ARTISTE:

VERBAL DELIRIUM

(GRÈCE)
TITRE:

SO CLOSE AND YET SO FAR AWAY

(2010)
LABEL:

MUSEA

GENRE:

ROCK PROGRESSIF

/ ROCK ALTERNATIF
TAGS:
Mélancolique, Théatral
"A mi-chemin entre rock progressif et rock alternatif, "So Close and Yet So Far Away" de Verbal Delirium s'avère un bel album, bien équilibré, à la fois abordable et complexe."
CORTO1809 (23.11.2020)  
4/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Si la Grèce est réputée pour son soleil, ses oliviers, ses vieilles pierres et ses îles enchanteresses, elle est moins connue pour ses groupes de rock progressif. Certes, il y a bien eu Aphrodite's Child à la fin des années 60, avant que Demis Roussos n'entame une carrière de chanteur de variété et que Vangelis ne se tourne vers la musique électronique, notamment pour le cinéma. On pourra aussi citer La Tulipe Noire et son néo-prog léché ou Ciccada et son progressif bucolique et apaisant. Et puis, c'est à peu près tout. Bien sûr, il existe quelques autres groupes hellènes s'adonnant à notre musique de prédilection, mais ils sont fort peu nombreux et d'une aura très confidentielle.

Aussi n'est-il pas inutile de mettre en lumière, même tardivement, Verbal Delirium pour sa forte personnalité et parce que son leader, John 'Jargon' Kosmidis, vient de sortir sous le pseudonyme de Jargon l'un des meilleurs albums de rock progressif de 2020. Formé autour du noyau constitué par John Kosmidis et Nik Michailadis en 1999, il faut attendre la fin de l'année 2010 pour que Musea produise le premier album du groupe, "So Close and Yet So Far Away". Le duo fondateur est renforcé des guitares de Nikitas Kissonas, le batteur n'ayant que le statut d'invité. Il faut dire que la batterie est un poste particulièrement instable chez Verbal Delirium comme on le verra dans les albums suivants.

Si la diversité de "So Close and Yet So Far Away" l'apparente à la mouvance progressive, la plupart des titres du disque ont l'immédiateté et l'étrangeté du rock alternatif, le chant, théâtral mais pas trop, lui donne un lustre gothique et les guitares aux riffs saturés une patine metal, le tout dans un enrobage mélancolique des plus seyants. Bref, autant dire que l'écoute s'annonce variée même si le groupe arrive à conserver une cohérence à l'ensemble.

Piano et guitares dominent les débats, créant une alternance parfaitement dosée entre douceur et vivacité. Au-dessus, le chant habité de John Kosmidis, tour à tour émouvant, inquiétant, mélodramatique ou confidentiel rappelle les prestations de Peter Hammill, en un peu moins effarouchant quand même. Le magnifique 'They', aux accents gothiques, en est la plus belle représentation. Le très sombre 'O.K.' lorgne, lui, plutôt du côté de Van der Graaf Generator, un VDGG mâtiné d'Uriah Heep, par l'ambiance installée par le trio guitare-basse-batterie et soulignée par un orgue sépulcral.

Les influences sont nombreuses (The Cure sur 'Lullaby', Muse sur 'Erased', la new wave d'Ultravox sur 'Time'…) mais tellement bien immergées dans une musique plus personnelle que le groupe en dégage une forte personnalité qui ne doit rien à personne. Les titres très directs et immédiats ('So Close And Yet So Far Away', 'Dancing Generation', 'Erased', 'Time') alternent avec d'autres plus tortueux mais jamais abscons ('Lullaby' au court break dissonant, 'The Scene Remains', 'O.K.') ou à la douceur mélancolique dominée par les piano-voix de John Kosmidis ('Ervelet', 'They', 'Reprise').

"So Close and Yet So Far Away", à la fois abordable et complexe, s'avère un bel album, équilibré entre passages doux et vigoureux, entre guitares et claviers, entre moments instrumentaux et chantés, diversifié mais homogène. Un premier jet parfaitement réussi.


Plus d'information sur https://verbaldelirium.bandcamp.com/?fbclid=iwar1y3hv_o-yvnfqmbfvnwmurdyiejncm4pek_ppdcflyadlopvm4crnkgvi



GROUPES PROCHES:
MATTHEW PARMENTER, VAN DER GRAAF GENERATOR, PETER HAMMILL, DISCIPLINE, MUSE, RADIOHEAD, JARGON

LISTE DES PISTES:
01. Ervelet (01:45)
02. So Close And Yet So Far Away (05:16)
03. Dancing Generation (05:26)
04. Lullaby (07:54)
05. They (03:14)
06. Erased (05:14)
07. Time (05:09)
08. The Scene Remains (05:59)
09. O.K. (06:48)
10. Reprise (04:12)

FORMATION:
John Kosmidis: Chant / Claviers
Nik Michailidis: Basse
Nikitas Kissonas: Guitares
Elsa Papeli: Invité / Violoncelle
Tolis Liapis: Batterie / Invité
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
3/5 (1 avis)
STAFF:
4/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
 
AUTRES CHRONIQUES
TAGADA JONES: A Feu Et À Sang (2020)
ROCK - Tagada Jones est de retour et se pose toujours en redoutable observateur d'une société en crise avec "A Feu et à Sang". Il hurle sa rage avec force dans un pur esprit punk mélodique très entrainant.
THE ALLMAN BETTS BAND: Bless Your Heart (2020)
ROCK - Avec un "Bless Your Heart" inégal malgré des qualités évidentes, The Allman Betts Band a encore du chemin à parcourir pour rejoindre les sommets atteints pas ses ainés du Allman Brothers Band.
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT VERBAL DELIRIUM
VERBAL-DELIRIUM_the-imprisoned-words-of-fear
The Imprisoned Words Of Fear (2016)
4/5
5/5
BAD ELEPHANT MUSIC / ROCK PROGRESSIF
VERBAL-DELIRIUM_From-the-small-house-of-weakness
From The Small House Of Weakness (2013)
4/5
-/5
AUTOPRODUCTION / ROCK PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021