ARTISTE:

ALICE COOPER

(ETATS UNIS)
TITRE:

DETROIT STORIES

(2021)
LABEL:

EAR MUSIC

GENRE:

HARD ROCK

TAGS:
Bluesy, Chant grave, Concept-album, Dissonant, Mélancolique, Psychédélique, Punk
"Alice Cooper revisite sa propre mythologie à travers sa ville natale. Malgré quelques longueurs, l'album est un bel hommage au son du Coop."
ADRIANSTORK (11.03.2021)  
4/5
(1) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

2020 aurait pu être une année funeste pour Vincent Furnier. Ayant été contaminé par l'insidieux Covid19, le roi du shock rock aurait très bien pu descendre définitivement aux Enfers. Après avoir senti le souffle glacé de la mort de très près, le chanteur, maintenant rétabli, a décidé à 73 ans de faire un retour aux sources vers le Detroit qui l'a vu naître. Les amateurs de bons mots pourront dire que, dévastée aujourd'hui, Detroit a des allures de ville fantôme ou de zombies, ce qui ne pouvait qu'armer son inspiration. Le Coop a réuni autour de lui un équipage de rêve avec des invités prestigieux comme les guitaristes Wayne Kramer (MC5), Mark Farner (Grand Funk Railroad), Joe Bonamassa, Tommy Henricksen (Warlock, Hollywood Vampires), Paul Randolph à la basse, les batteurs Johnny Bednajek (Mitch Rider) ou encore Larry Mullen (U2). Cerise sur le gâteau, on retrouve à nouveau le gang d'autrefois avec les guitaristes Michael Bruce et Steve Hunter, le bassiste Dennis Dunaway, le batteur Neal Smith (Glen Buxton est malheureusement mort en 1997). Nul autre que Bob Ezrin, grand ordonnateur du son Alice Cooper, ne pouvait être aux commandes de ce "Detroit Stories".

Pas le temps de boucler sa ceinture, cet album dédié à la Motor City démarre sur des chapeaux de roue. Cette allure est toutefois justifiée par le thème de la première chanson 'Rock And Roll', une reprise du Velvet Underground qui relate la découverte du rock à la radio par une jeune fille et le choc irréversible provoqué (pour la peine, le lieu de l'intrigue a été transféré de New York à Detroit). L'écoute de ce morceau se révèle plus jouissive que celui de la bande de Lou Reed grâce à l'orgue aérien joué par Bob Ezrin, deux soli de guitare décontractés de Steve Hunter et Joe Bonamassa et enfin l'énergie qui en découle. 'Go Man Go', la piste suivante passe la sixième vitesse avec une rythmique endiablée sur laquelle plane le spectre de MC5 grâce à la présence du pyromane Wayne Kramer qui emprunte une route parallèle pour décocher un solo énergique. Tout au long de l'album, la poudre parle et le risque de finir prématurément sur l'aire d'autoroute, les pneus à plat, aurait pu être à craindre. Heureusement la Alice Cooper Team est capable d'accomplir une course d'endurance. 'Detroit City 2021' prouve que si le Coop a encore du souffle, les guitares peuvent être encore tranchantes. 'Independance Dave' prend un même débit vocal que 'Aspirin Damages' avant de laisser la menace s'exprimer à grands coups de chœurs et d'harmonica. Le feu côtoie un soupçon de glace, 'Wonderful World' avec sa voix grave et son texte provocateur ou encore 'Hanging On By A Thread (Don't Give Up') avec ses claviers gothiques font sourdre la folie et l'horreur de façon plus subtile.

Car là est le principal écueil de cet album, le pilotage automatique est parfois enclenché et l'imminence d'un solo de guitare peut presque être pronostiquée à la seconde près ('Hail Mary', 'Sister Anne' reprise du MC5, 'Shut Up And Rock'). Pour autant, si Alice Cooper pioche parfois dans sa propre discographie, ses emprunts ne sont que des clins d'œil et ne dénotent aucunement une perte d'inspiration. Une poignée de morceaux plus calmes compense légèrement quelques excès énergiques. 'Our Love Will Change The World' a certes des accents spectoriens voire Motown (fondée à Detroit !) mais s'intègrent bien au canevas du Coop comme petite sœur de 'Department Of Youth', offrant un message d'espoir contrasté. Le funky '1000 Dollars High Heel Shoes' avec ses chœurs féminins sucrés, ses cuivres, un petit solo de Wah-Wah se révèle jubilatoire.

Chacun des morceaux est une vignette ayant Detroit pour toile de fond. Alice Cooper ne s'est pas assagi mais le but n'est plus de choquer, et sortir de nouveau des morceaux de la trempe de 'Dead Babies' (mal compris à l'époque) ou 'I Love The Deads' serait contre-productif (et lui vaudrait quelques procès). Alice Cooper sait se montrer sensible et profondément humain. Les paroles du blues torride 'Drunk And In Love' pourraient nous rappeler le dragueur raté de 'I Like Girls' mais le chanteur y ajoute une dimension désespérée. 'Detroit City 2021' évoque l'âge d'or de Detroit à grands coups de name ping (Iggy Pop, Suzy Quatro, MC5 sont évoqués) avant de plonger dans la ruine. 'Social Debris' laisse parler un paranoïaque qui diffuse quelques vérités. A travers toutes ces voix, n'est-ce pas la ville de Detroit qui nous interpelle directement sur sa déchéance? A la fin de 'Hanging On By A Thread (Don't Give Up)' qui traite du mal-être, le chanteur s'adresse en personne à l'auditeur, donnant le numéro de SOS Suicide de Detroit à composer avant de faire le grand saut (le morceau sorti plus tôt en single sous le titre 'Don't Give Up' parlait plus ouvertement de la Covid 19). Notons également 'I Hate You', une auto-critique aussi délirante que jouissive où tous les musiciens dénoncent ce type immonde avec "ses toiles d'araignée et sa guillotine".

Alice Cooper rend hommage autant à sa ville natale (l'ultime morceau est une reprise d'un autre natif de Detroit, Bob Seger) qu'à sa discographie. Avec son esprit enjoué et ses guitares détonantes, le nouvel album "Detroit Stories" n'a pas à rougir et invite l'auditeur néophyte ou non à de nouveaux voyages dans la géographie cooperienne. Certes, on peut reprocher à l'album d'être trop généreux, gagnant à être allégé de quelques pistes et accusant un manque de variété sonore (où sont passés les ballades, le metal-indus ?) mais ne boudons pas notre plaisir, le Coop est bel est bien de retour parmi les vivants.


Plus d'information sur http://www.alicecooper.com/





LISTE DES PISTES:
01. Rock 'n' Roll
02. Go Man Go
03. Our Love Will Change The World
04. Social Debris
05. $1000 High Heel Shoes
06. Hail Mary
07. Detroit City 2021
08. Drunk And In Love
09. Independence Dave
10. I Hate You
11. Wonderful World
12. Sister Anne
13. Hanging On By A Thread
14. Shut Up And Rock
15. East Side Story

FORMATION:
Alice Cooper : Chant / Harpe
Tommy Denander: Guitares / Claviers / Invité
Bob Ezrin: Claviers / Invité / Percussions, Piano, Orgue
Dennis Dunaway: Chant / Guitares / Basse / Invité
Garret Bielaniec: Guitares / Invité
James Shelton: Invité / Orgue
Jimmy Lee Sloas: Basse / Invité
Joe Bonamassa: Guitares / Invité
John Rutherford: Invité / Trombone
Johnny "bee" Bedanjek: Batterie / Invité
Keith Kaminski: Invité / Saxophone
Larry Mullen Jr.: Batterie / Invité
Mark Farner: Guitares / Invité
Matthew Smith: Guitares / Invité
Michael Bruce: Chant / Guitares / Invité
Neal Smith : Chant / Batterie / Invité
Paul Randolph: Basse / Invité
Rick Tedesco: Guitares / Invité
Steve Hunter: Guitares / Invité
Steven Crayn: Guitares / Invité
Tommy Henriksen: Guitares / Invité
Walter White: Invité / Trompette
Wayne Kramer: Guitares / Invité / Choeurs
   
(1) AVIS DES LECTEURS    
CORTO1809
15/03/2021
  0 0  
3/5
Cela fait des décennies que le hard rock d'Alice Cooper n'a plus rien d'irrévérencieux et ne risque guère d'effaroucher les honnêtes gens. Cela fait aussi des décennies qu'Alice Cooper reste accrocher à une formule qu'il reproduit inlassablement à chaque album. "Detroit Stories" ne déroge pas à la règle et l'auditeur qui connaît le chanteur américain sait déjà à quoi s'attendre avant même d'avoir entendu la première note. Finalement, d'un album à l'autre, les seules différences tiennent à la qualité des mélodies et à l'implication d'Alice Cooper.

"Paranormal", son précédent album, m'avait laissé de marbre. Inspiration en berne, interprétation en pilotage automatique, l'album était d'une platitude navrante. "Detroit Stories", lui, fait partie des bonnes surprises. Même s'ils ne sont guère originaux, les titres sont plutôt pêchus et nous avons un Alice Cooper des grands jours semblant s'appliquer et s'impliquer dans son nouveau bébé. Certes, l'album étant long (trop long), le pilotage automatique repointe son nez ici et là mais globalement, l'écoute de cet album permet de passer un agréable moment.

Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
2.5/5 (2 avis)
STAFF:
3.6/5 (7 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
Sondage de la semaine (Alice Cooper, Annihilator, Helloween, Iron Savior)
 
AUTRES CHRONIQUES
3 DREAMS NEVER DREAMT: Another Vivid Detail (2021)
METAL PROGRESSIF - Entre doom nonchalant et metal prog trop sage, "Another Vivid Detail" échoue à nous révéler la vraie personnalité de 3 Dreams Never Dreamt.
LABYRINTH: Welcome To The Absurd Circus (2021)
METAL MELODIQUE - Mettant en évidence des mélodies accrocheuses et une technique en place dans la grande tradition italienne du genre, "Welcome To The Absurd Circus" propose un solide album de metal progressif.
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT ALICE COOPER
ALICE-COOPER_Paranormal
Paranormal (2017)
4/5
1/5
EAR MUSIC / ROCK
ALICE-COOPER_Raise-The-Dead-Live-From-Wacken
Raise The Dead Live From Wacken (2014)
2/5
5/5
U.D.R. / HARD ROCK
ALICE-COOPER_Welcome-2-My-Nightmare
Welcome 2 My Nightmare (2011)
3/5
4/5
UNIVERSAL / HEAVY METAL
ALICE-COOPER_Alice-Does-Alice
Alice Does Alice (2010)
3/5
-/5
AUTOPRODUCTION / HARD ROCK
ALICE-COOPER_The-Live-And-Crimes-Of-Alice-Coo
The Live And Crimes Of Alice Cooper (2008)
2/5
4/5
RHINO RECORDS / HARD ROCK
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021