ARTISTE:

MARQUETTE

(ALLEMAGNE)
TITRE:

INTO THE WILD

(2020)
LABEL:

PROGRESSIVE PROMOTION

GENRE:

ROCK PROGRESSIF

TAGS:
Instrumental, Mélancolique
"Résolument progressif et presque instrumental, "Into The Wild" s'aventure dans de nombreux styles mais manque d'idées fortes et de dynamisme pour susciter réellement l'intérêt de l'auditeur tout au long de l'album."
DARIALYS (28.01.2021)  
2/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

"Into The Wild" est un film culte. Adapté du livre "Voyage Au Bout De La Solitude" de Jon Krakauer, il met en avant une histoire vraie, celle de Christopher McCandless, jeune étudiant américain décidant de traverser son pays et de s’exiler en pleine forêt pour apprendre à vivre en harmonie avec la nature, loin de la société moderne dans laquelle il a grandi. Récompensée à de multiples reprises, l’œuvre de Sean Penn a marqué le cinéma. Le cinéma, et aussi Markus Roth, guitariste et claviériste allemand des groupes Horizontal Ascension et Force Of Progress. A tel point que le musicien, après avoir fait paraître "Human Reparation", son premier opus en 2015, a décidé de s’inspirer de ce film pour sortir son deuxième album qui ne pouvait s’appeler autrement que "Into The Wild".

Résolument progressif, ce deuxième album quasiment instrumental s’aventure dans de nombreuses contrées. ‘Seven Doors’ évoque des sonorités metal progressif à la Porcupine Tree, ‘Alexander Supertramp’ revêt un aspect cinématographique, tandis que l’on trouve des traces de jazz dans ‘Into The Homeland’ ou de rock plus symphonique sur ‘Portrait Of Men’. Nous sommes donc en présence d’un opus riche et diversifié, se plaisant à expérimenter différentes sonorités, souvent technique, toujours exécuté proprement. Les moments les plus intéressants sont ceux qui tirent vers le jazz, comme le solo de saxophone signé Robin Mock dans ‘Seven Doors’, précédé d’un solo de claviers porté par une basse groovy. Dans le même registre, le premier tiers de ‘Into The Homeland’ propose un très bon passage jazzy avec un retour du saxophone.

Le chant de Maurizio Menendez reste en revanche très en retrait. Présent uniquement sur les deux morceaux les plus courts (‘Criminal Kind’ et ‘Portrait Of Men’), il joue davantage le rôle d’un instrument au même titre qu'un autre, ne s’accordant que de rares interventions. Et c’est bien là où le bât blesse. Nous ne le répèterons jamais assez : la musique instrumentale est un exercice délicat et difficile. Si le chant amène de la cohérence à un morceau et a tendance à recentrer les débats et l’attention, à plus forte raison dans le genre progressif, celui-ci pose également un cadre à la musique.

Ici, nous sommes au cœur d’un opus d’une durée d’une heure avec des formats longs, ‘Seven Doors’ et ‘Into The Homeland’ atteignant respectivement 14 et 19 minutes. Sans lignes de chant permettant d’agrémenter le tout, l’ennui et la lassitude pointent souvent le bout de leur nez. Même sur des titres plus ramassés comme ‘Alexander Supertramp’, certaines mélodies tournent en rond et s’avèrent répétitives comme à la fin du morceau. Sur les titres les plus longs, les sections s’enchaînent parfois sans réelle connexion et manquent de liant pour maintenir une certaine curiosité et donner l’envie de poursuivre l’écoute sur la durée.

Techniquement en revanche, il n’y a rien à redire sur la performance des musiciens qui restent impeccables quel que soit le registre interprété et la difficulté des différentes parties. En résumé, nous pourrions dire que rien n’est mauvais, mais rien n’est vraiment bon non plus. Une certaine fatigue auditive s’instaurant à mesure que le temps passe. "Into The Wild", malgré des idées parfois excellentes, manque d’idées fortes et de dynamisme pour réellement susciter l’intérêt de l’auditeur tout au long de l’album.


Plus d'information sur https://www.marquette-music.com



GROUPES PROCHES:
FORCE OF PROGRESS, PORCUPINE TREE

LISTE DES PISTES:
01. No Answer
02. Seven Doors
03. Criminal Kind
04. Alexander Supertramp
05. Sensuality
06. Portrait of Men
07. Poisoned Homeland
08. Into the wild

FORMATION:
Dennis Degen: Batterie
Markus Roth: Claviers
Maurizio Menendez: Chant
Reiner Wendland: Guitares / Basse
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
2.5/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
 
AUTRES CHRONIQUES
WOBBLER: Dwellers Of The Deep (2020)
ROCK PROGRESSIF - Avec "Dwellers Of The Deep", Wobbler gagne son pari de donner une suite aussi réussie que son superbe "From Silence to Somewhere" et synthétise à lui seul la jubilation que les amoureux du rock progressif symphonique recherchent dans cette musique.
THE CASANOVAS: Reptilian Overlord (2020)
HARD ROCK - The Casanovas propose avec "Reptilian Overlord" une bonne demi-heure d'un plaisir bien remuant et sans prise de tête.
 
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021