GENESIS

(ROYAUME UNI)

FOXTROT

(1972)
LABEL:

CHARISMA

GENRE:

ROCK PROGRESSIF

TAGS:
Concept-album, Old School, Théatral
"Avec "Foxtrot", Genesis transforme l'essai de "Nursery Cryme" et achève de créer son univers fascinant."
VANDERGRAAF (29.08.2003)  
4/5
(11) Avis (1) commentaire(s) (1) Biographie + (1) storie(s)
Le second des albums de la grande trilogie de Genesis est celui du succès international. Avec "Foxtrot", Genesis transforme l'essai de "Nursery Cryme" et achève de créer son univers fascinant.

Sur la première face du vinyle original, quatre chansons dévoilent toutes les facettes du groupe : le tranquille "Time table" rappelle leur côté folk, et "Can utility and the coastliners" leur esprit d'invention et d'aventure. Les deux autres morceaux sont une véritable paire de claques à leurs auditeurs. C'est d'abord "Watcher of the skies", monologue d'un visiteur extraterrestre, et son ouverture à l'orgue hyper-saturé : le comble du grandiose. La chanson est pourtant née d'une anecdote : Tony Banks et Mike Rutherford, après un concert en Italie, observaient d'une terrasse les toits de Milan en se demandant ce que pourrait en penser un E.T !

L'autre chanson est "Get'em out by Friday". Cette fresque magique et morbide empoigne. Son rythme fracassé, sa sonorité sardonique, sont coupés par un émouvant solo de flûte. L'histoire est celle d'une agence immobilière rachetant toutes les maisons d'une petite ville. En 2012, propriétaires de toute la commune, ils obtiennent une diminution de la taille réglementaire des gens : tous ceux de plus de 1m 20 se voient rétrécis par opération génétique. Et les agents immobiliers peuvent caser deux fois plus de gens dans un immeuble de même hauteur... Ce conte cruel et poignant est interprété, avec tous ces personnages, par l'innénarable Peter Gabriel sur scène. Le succès de la chanson conduira même Gotlib, Solé et Dister à la mettre en image dans une BD aujourd'hui rarissime.

Enfin, sur la seconde face, introduit par un petit solo de guitare classique ("Horizons"), se trouve le plus abouti des travaux de Genesis avant "The lamb lies down on Broadway" : "Supper's Ready" et ses vingt-cinq minutes de délire.

Comme son grand frère "The lamb...", "Supper's Ready" mérite à lui seul une analyse de plusieurs pages. C'est une expérience étrange, sorte d'hallucination collective vécue par Peter Gabriel et sa femme, qui sert de base à cette fresque. En neuf sous-parties, Genesis raconte le voyage magique d'un couple d'amants dans un monde où s'affrontent des religions fantoches, où des objets se transforment quand retentit un sifflet, et où des renards assistent à l'apocalypse. Cette histoire folle et fantaisiste est servie par une musique à la construction parfaite, et surtout une reprise de thème (écrit par Tony Banks quand il n'était encore qu'un étudiant) entre l'ouverture et le final qui arracherait des larmes aux plus sceptiques. "Je l'ai toujours chanté comme si ma vie en dépendait", a déclaré Peter Gabriel, pour qui ce morceau reste le meilleur de son passage dans Genesis. Inutile d'en rajouter : il est indispensable de posséder Foxtrot...
- Site officiel

LISTE DES PISTES:
01. Watcher Of The Skies
02. Time Table
03. Get'Em Out By Friday
04. Can-Utility And The Coastliners
05. Horizon's
06. Supper's Ready

FORMATION:
Mike Rutherford: Basse
Peter Gabriel: Chant
Phil Collins: Batterie
Steve Hackett: Guitares
Tony Banks: Claviers
   
(11) AVIS DES LECTEURS    
LONEWOLF1300
03/03/2024
235
  0 0  
5/5
Foxtrot, c'est d'abord "Supper's Ready". Je pense que personne ne peut le contester.

Une des pierres angulaires du prog-rock, cette immense oeuvre de 23 minutes est un sommet à tous points de vue. La voix de Peter Gabriel, emblématique, envoutante, subtile, profondément émouvante, la richesse créative dans la composition des différents volets de ce titre, la très haute qualité de jeu des musiciens (dont chacun, sans exception, prouvera à quel point il est une "bête de course" dans son domaine), l'absence de tout temps mort ou de défaut, la poésie et l'attrait des textes, le rendu de la production, il n'y a rien qui soit laissé de côté et le résultat est bluffant. En plus d'être d'un niveau d'émotion absolument bouleversant. Nos si fameux compères se défoulent, avec nuance et retenue ou bien avec une énergie à vous faire défriser illico. L'écoute attentive de ce monstre musical ne peut pas laisser indifférent. Au casque, c'est encore mieux, on en ressort presque hébété tellement on se fait secouer.

Il est difficile, après une écoute entière, de ne pas revenir encore et encore sur ce titre époustouflant. Pour autant, les précédents ne déméritent en rien. En fait, et ça lui sauve la mise, il est "tout simplement" bourré de pépites musicales ! et leur agencement très judicieux en fait un album très plaisant à écouter de bout en bout.

"Watchers of the Sky" est lui aussi un énorme coup de poing qui vous cueille dès la première seconde, avec son intro imposante, majestueuse, qui m'a fait directement penser aux grandes orgues de la Toccata et fugue en ré mineur de J.S. Bach. Largement à un niveau aussi haut ! C'est sévèrement burné et ça cogne du début à la fin, en ornant le tout d'instants plus subtils. La rythmique est déchainée, la basse vrombit comme un avion de guerre (un engin spatial ?). Enfin bref, un peu dans le même esprit que "The Knife".
"Time Table" joliment ciselé, délicieusement nostalgique, permet de reprendre son souffle.
"Get them out..." est une histoire surprenante, contemporaine à souhait, acide, revendicatrice, étonnemment prémonitoire et dénonciatrice du monde qui s'annonce et que nous connaissons fortement aujourd'hui. La virtuosité est toujours au rendez-vous et l'énergie qui s'en dégage montre à quel point Genesis est excellent dans les titres longs.
"Can-Utility..." est un véritable joyau du prog à la richesse harmonique incroyable, d'une émotion incomparable, portées par un Peter Gabriel très inspiré. Ses 6 minutes paraissent très courtes et nous fait rester sur notre faim. Certains thèmes et phrases musicales auraient mérité d'être développées un peu plus longuement pour en tirer le maximum, et le pousser à 10 minutes aurait été parfait pour en faire une référence.
"Horizons" est une petite mise en bouche instrumentale, fine et délicate, qui vient à point après un "Can Utility..." tendu et tonitruant, de façon à relacher la pression..... pour mieux vous préparer à "Supper's ready", ce truc qui va vous enfoncer profondément dans votre canapé et dont vous ne réussirez pas à sortir avant ces 23 minutes jamais connues auparavant.

La force irrésistible de cette galette, avant sa remarquable cohérence, c'est d'être réalisée par des musiciens qui sont TOUS des pointures, vivant dans un groupe ou personne ne bouffe personne, lequel ayant trouvé très rapidement sa propre signature musicale. L'identité de Genesis est là à son paroxysme. Cet album est un point culminant du genre, un chef-d'oeuvre de leur discographie, "un des" sinon LE seul album à posséder si on n'en a qu'un à choisir.

RICKEN-51
28/12/2023
20
  0 1  
5/5
J'adore l’œuvre de Genesis: ça, c'est dit !

Pour moi, c'est sans doute l'album le plus caractéristique du groupe dans sa période Gabriel et le plus homogène aussi en termes de son et d'ambiance (The Lamb sera ensuite tout aussi homogène mais bien moins représentatif du groupe tant il est extraordinaire).

Donc partant de là, s'il ne faut qu'un Genesis dans sa discothèque: C'EST CELUI LA !

- Watcher of the Skies: L'arme absolue des anti-Genesis, avec son intro au mellotron tonitruant ! C'est une rythmique entêtante, saccadée, avec une énorme ligne de basse, un jeu de batterie hallucinant et hallucinée, une guitare en contrepoint, un chant harmonieux, et le final: incessant, fracassant !

- Time Table: C'est médiéval à souhait, formidablement chanté, musicalement doux, joué tout en touché, le seul morceau apaisant de l'album.

- Get'em out by Friday: On est sans cesse retourné, de brutalité en douceur, d'aboiements en plaintes, avec un chant qui reprend la recette de Harold the barrel (multiples personnages). Absolument dingue !

- Can-utility and the coastliners: Crescendo fabuleux et final explosif: une vraie synthèse de ce qu'est le prog et un des meilleurs morceaux du groupe à mon sens.

- Horizon: Instrumental à la guitare classique, simplement plein subtilité et de beauté.

- Supper's Ready: C'est bien sûr mon morceau préféré de Genesis; il représente à lui seul toute la musique du groupe à savoir:
- La beauté des mélodies (flûte, claviers et guitares 12 cordes)
- La présence du chant (voix principale et choeurs)
- Les multiples changements de rythme (fabuleux travail de Collins et Rutherford)
- La virtuosité sans aucun esprit de démonstration, totalement au service de la composition (Banks et Hackett au sommet)
- L'humour tant dans les textes que les enchaînements (Gabriel semble possédé)
et au final de cet album, et donc de ce morceau de plus de 20 minutes, reste le silence:
Plus possible d'écouter quoi que ce soit afin de perpétuer l'ambiance !


REALMEAN
21/02/2013
  0 1  
5/5
Aaah, Foxtrot… Son "Watcher of the Skies", avec ses orgues et ses rythmiques aussi préhistoriques que ses cris d’angoisse sont inhumains. Avec son "Time Table", évident et lumineux, autant que psychédélique, introspectif et déchiré. Son "Get’em out by Friday", précurseur et visionnaire à tous les étages. "Can utility and the Coastliners", une dentelle progressive, un concentré de génie génésien ; la courte pièce de la formation qu’il faut posséder absolument, s’il faut n’en posséder qu’une. Son "Horizon's" et sa spiritualité hackettienne, qui tombe à point nommé, juste avant la clôture. Et puis, évidemment, le monumental "Supper’s Ready", l’archétype de la composition progressive. Symptomatique d’une époque peut-être, mais quand on intègre aussi bien l’ensemble des éléments qui en fonde son essence, ce n’est plus l’époque qui dicte sa loi, c’est le génie musical qui fait l’époque.
Foxtrot, ou quand le rock progressif rencontre la vie, dans ce qu’elle a de plus incisif : ses merveilles, ses malheurs, sa folie, sa magie, ses éternels tiraillements entre espoir et désespoir, victoires et échecs, bien et mal. Quand les sens de la mélodie, de l’harmonie et de la créativité cérébrale entrent en parfaite osmose.
Le meilleur album de Genesis, peut-être (ha, c’est vrai, il y a The Lamb, aussi… ). Et sans aucun doute l’un des meilleurs albums de prog’ de tous les temps. Avec Foxtrot, « All Change ! »
Inoubliable, indispensable !
9,5/10

Voir les 11 avis
Haut de page
   
(1) COMMENTAIRE(S)    
 
 
LONEWOLF1300
02/03/2024
 
235
0
Foxtrot, c'est d'abord "Supper's Ready". Je pense que personne ne peut le contester.

Une des pierres angulaires du prog-rock, cette immense oeuvre de 23 minutes est un sommet à tous points de vue. La voix de Peter Gabriel, emblématique, envoutante, subtile, profondément émouvante, la richesse créative dans la composition des différents volets de ce titre, la très haute qualité de jeu des musiciens (dont chacun, sans exception, prouvera à quel point il est une "bête de course" dans son domaine), l'absence de tout temps mort ou de défaut, la poésie et l'attrait des textes, le rendu de la production, il n'y a rien qui soit laissé de côté et le résultat est bluffant. En plus d'être d'un niveau d'émotion absolument bouleversant. Nos si fameux compères se défoulent, avec nuance et retenue ou bien avec une énergie à vous faire défriser illico. L'écoute attentive de ce monstre musical ne peut pas laisser indifférent. Au casque, c'est encore mieux, on en ressort presque hébété tellement on se fait secouer.

Il est difficile, après une écoute entière, de ne pas revenir encore et encore sur ce titre époustouflant. Pour autant, les précédents ne déméritent en rien. En fait, et ça lui sauve la mise, il est "tout simplement" bourré de pépites musicales ! et leur agencement très judicieux en fait un album très plaisant à écouter de bout en bout.

"Watchers of the Sky" est lui aussi un énorme coup de poing qui vous cueille dès la première seconde, avec son intro imposante, majestueuse, qui m'a fait directement penser aux grandes orgues de la Toccata et fugue en ré mineur de J.S. Bach. Largement à un niveau aussi haut ! C'est sévèrement burné et ça cogne du début à la fin, en ornant le tout d'instants plus subtils. La rythmique est déchainée, la basse vrombit comme un avion de guerre (un engin spatial ?). Enfin bref, un peu dans le même esprit que "The Knife".
"Time Table" joliment ciselé, délicieusement nostalgique, permet de reprendre son souffle.
"Get them out..." est une histoire surprenante, contemporaine à souhait, acide, revendicatrice, étonnemment prémonitoire et dénonciatrice du monde qui s'annonce et que nous connaissons fortement aujourd'hui. La virtuosité est toujours au rendez-vous et l'énergie qui s'en dégage montre à quel point Genesis est excellent dans les titres longs.
"Can-Utility..." est un véritable joyau du prog à la richesse harmonique incroyable, d'une émotion incomparable, portées par un Peter Gabriel très inspiré. Ses 6 minutes paraissent très courtes et nous fait rester sur notre faim. Certains thèmes et phrases musicales auraient mérité d'être développées un peu plus longuement pour en tirer le maximum, et le pousser à 10 minutes aurait été parfait pour en faire une référence.
"Horizons" est une petite mise en bouche instrumentale, fine et délicate, qui vient à point après un "Can Utility..." tendu et tonitruant, de façon à relacher la pression..... pour mieux vous préparer à "Supper's ready", ce truc qui va vous enfoncer profondément dans votre canapé et dont vous ne réussirez pas à sortir avant ces 23 minutes jamais connues auparavant.

La force irrésistible de cette galette, avant sa remarquable cohérence, c'est d'être réalisée par des musiciens qui sont TOUS des pointures, vivant dans un groupe ou personne ne bouffe personne, lequel ayant trouvé très rapidement sa propre signature musicale. L'identité de Genesis est là à son paroxysme. Cet album est un point culminant du genre, un chef-d'oeuvre de leur discographie, "un des" sinon LE seul album à posséder si on n'en a qu'un à choisir.
Haut de page
LECTEURS:
4.6/5 (30 avis)
STAFF:
4.6/5 (20 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
GENESIS: 2 dates parisiennes en 2022
DERNIER ARTICLE
CONCERT DE GENESIS LE 12 JUILLET 2007 À LYON
Le 12 juillet 2007, El_Bia était au stade de Gerland de Lyon afin d'assister à l'un des derniers shows du groupe de Rock prog légendaire ! Petit reportage de ce concert extraordinaire...
DERNIERE INTERVIEW
FREDERIC DELAGE (03 MARS 2015)
Dans le cadre des interviews du Triumvirat de la critique française de rock progressif, nous avons interviewé Frédéric Delâge, entre autres auteur de deux recueils de chroniques sur le rock progressif et d´un livre consacré à Genesis.
 
AUTRES CHRONIQUES
CAMEL: The Snow Goose (1975)
ROCK PROGRESSIF - Entièrement instrumental, "The Snow Goose" s'écoute comme on regarde un film. Envoûtant et mystique.
MARILLION: Holidays In Eden (1991)
ROCK PROGRESSIF -
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT GENESIS
GENESIS_When-In-Rome
When In Rome (2008)
5/5
4.3/5
VIRGIN / ROCK PROGRESSIF
GENESIS_Calling-All-Stations
Calling All Stations (1997)
3/5
2.8/5
VIRGIN / ROCK PROGRESSIF
GENESIS_We-Can-t-Dance
We Can't Dance (1991)
2/5
3.1/5
VIRGIN / ROCK PROGRESSIF
GENESIS_Invisible-Touch
Invisible Touch (1986)
2/5
2.7/5
CHARISMA / ROCK PROGRESSIF
GENESIS_Genesis
Genesis (1983)
3/5
3.1/5
VIRGIN / ROCK PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2024