STOMB

(FRANCE)

MASSIVE DISTURBED META ART

(2023)
LABEL:

KLONOSPHERE

GENRE:

METAL PROGRESSIF

TAGS:
"Les Français savent faire du djent ! Stömb le prouve avec "Massive Disturbed Meta Art", un album onirique invitant à l’introspection mais qui n’évite pas certaines longueurs."
GYVY (21.04.2023)  
4/5
(0) Avis (0) commentaire(s)
Les Parisiens de Stömb reviennent avec un troisième album alliant Metal technique et nappes atmosphériques. Quoi de plus naturel de faire de l’alliage avec du metal, me direz vous. Certes, mais les fourneaux de Stömb sont conçus pour la sidérurgie de précision, à l’instar de leurs riffs lourds et syncopés propres au Metal progressif et au djent, n’en déplaise à Periphery qui nous dirait que ce n’est pas un genre.

Le titre de l’album "Massive Disturbed Meta Art" ne fait aucune ambiguïté sur ce qui nous attend, les initiales MDMA étant le composé chimique de l’ecstasy. Il ne s’agit toutefois pas là d’une apologie de la drogue, plutôt d’une mise en relief des états modifiés de conscience et des réalisations associées que les psychotropes peuvent créer. Sans juger de la nécessité de recourir aux drogues pour atteindre des états modifiés de conscience, les alternances de riffs lourds mid-tempo et d’ambiances planantes nous transportent dans des recoins inexplorés de nous-mêmes.

Les toutes premières notes de l’album rappellent l’introduction de ‘Ghost Of Perdition’ d’Opeth dont on ressentira l’influence à nouveau plus tard, mais c’est surtout celle de Meshuggah qui nous enveloppe au fil des morceaux. Si l’esprit de Tool n’est pas très loin non plus, celui de leurs compatriotes français Gojira ou Klone est, lui, assez cohérent avec la récente signature de Stömb chez Klonosphere.

L’album ouvre donc sur la combinaison risquée mais originale du chant aigu de Laure Le Prunenec (Igorrr/Öxxö Xööx/Rïcïnn) et de guitares survitaminées. La recette de Stömb ne laissant pas vraiment de place au chant, l’accompagnement vocal ne dure pas, même si on a pu un instant y croire avec les vocalises mongoles qui embrayent sur 'Sidereal Lucid Dreamer'. L’auditeur croise également un saxophone sur 'Meta Art', un instrument qui semble faire son trou dans le monde du Metal après son utilisation par Klone sur “Meanwhile” et Periphery sur "Djent Is Not A Genre". Le morceau qui sort le plus du lot est peut-être 'The Extantrasy' car, s’il réconfortera les adeptes de Meshuggah (à l’exception de ceux qui écoutent les Suédois pour le growl de Jens Kidman), l’apport d’une musique électronique singulière pour le genre proposé, lui donne son identité propre.

Techniquement tout est en place, mais si les guitares nous gratifient d’un petit solo en début de parcours sur 'Realm Of Delirium', il faudra attendre la toute fin d’album avec 'Transcendance' pour réitérer l’expérience, l’excellent Quentin Godet (Ten56/Kadinja), invité pour l’occasion, nous proposant en effet une très belle envolée mélodique. Trop d’économie sur les soli frôle la radinerie, mais c’est sans doute par souci de concentration, le groupe ne souhaitant pas diluer son style. Notez enfin qu’il vous faudra tout de même plus d’une heure pour ingurgiter l’album dans son entièreté, ce qui peut paraître long pour du djent instrumental.
- Site officiel

LISTE DES PISTES:
01. The Realm of Delirium
02. Sidereal Lucid dreamer
03. Kaleidoscope
04. The extantrasy
05. Meta Art
06. In The Eye of Aghemahra
07. An Absence of Sun
08. Of Absolute White
09. The Altered
10. Transcendence

FORMATION:
Alexandre Garachon: Basse
Aurélien De Freitas: Guitares
Tom Bonetto: Guitares
Tom Gadonna: Batterie
Jørgen Munkeby: Chant / Invité
Laure Le Prunenec: Chant / Invité
Léo Natale: Chant / Invité
Quentin Godet: Chant / Invité
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
4/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
STÖMB : Nouvel EP en septembre
DERNIERE INTERVIEW
STOMB (10 octobre 2017)
Music Waves a interviewé Stomb pour la sortie de son nouvel EP "Duality".
 
AUTRES CHRONIQUES
JETHRO TULL: Rökflöte (2023)
ROCK - "RökFlöt" aurait pu être un excellent album de Jethro Tull s’il n’avait pas été desservi par une prestation vocale plutôt médiocre.
JIRFIYA: W (2023)
METAL PROGRESSIF - Jirfiya densifie son propos tant au niveau de la musique s'orientant vers un metal plus progressif qu'au plan vocal qui s'affine encore plus. Ces qualités font de ce "W" leur meilleur album jusqu'à présent.
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT STOMB
STOMB_Duality
Duality (2017)
4/5
-/5
AUTRE LABEL / METAL PROGRESSIF
STOMB_The-Grey
The Grey (2014)
4/5
-/5
DOOWEET / METAL PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2024