JASON BIELER

(ETATS UNIS)

POSTCARDS FROM THE ASYLUM

(2023)
LABEL:

AUTRE LABEL

GENRE:

HARD ROCK

TAGS:
Fusion, Psychédélique
"A trop vouloir surprendre l’auditeur, Jason Bieler passe une fois de plus à côté de son sujet avec “Postcards From The Asylum”."
NEWF (14.09.2023)  
2/5
(0) Avis (1) commentaire(s)
Nous le constatons dans les nombreuses interviews que nous publions chaque année. Beaucoup d’artistes s’accordent pour dire que, en substance, ils ne font pas de la musique pour faire plaisir au public, mais pour satisfaire d’abord leurs envies de création. Eh bien, cette assertion va comme un gant à Jason Bieler qui nous revient, deux ans après "Songs For The Apocalypse", avec un nouveau bazar musical sur lequel il est bien difficile de se faire un avis tranché. Et même si “Postcards From The Asylum” est dans l’ensemble meilleur que son prédécesseur, il n’en demeure pas moins un collage plus ou moins inspiré de chansons aux influences diverses sans réel fil rouge, si ce n’est le fait de laisser libre cours à l’inspiration torturée de son concepteur.

“Postcards From The Asylum” commence pourtant plutôt bien avec trois titres metal entraînants aux riffs bien sentis et à l’énergie communicative (‘Bombay’, ‘Numb’, ‘Heathens’). Hélas, tout se gâte bien vite avec un ‘Mexico’ digne des ballades sirupeuses de Bon Jovi. Dès lors, l’auditeur est entraîné dans un voyage interminable de près de 75 minutes, ponctuées de titres alternant pop rock sans saveur (‘The Depths’, ‘9981 Dark’, ‘Deep Blue’), resucées des Beatles et des Beach Boys (‘Beneath The Waves’, ‘9981 Dark’) et délire insupportable à la Mr Bungle (‘Flying Monkeys’, ‘Sic Riff’), le principal problème étant que ces titres ne décollent jamais vraiment et distillent un ennui profond comme un puits sans fond.

Tous les défauts du premier album sont ainsi reproduits sur le deuxième, en premier lieu un éclectisme mal maîtrisé doublé d’un manque flagrant d’ambition musicale. Certains diront sans doute que Jason Bieler n’a pas son pareil pour insuffler humour et ironie dans sa musique et que son objectif est surtout de s’amuser avec ses nombreux invités (Marco Minnemann étant ici le plus prestigieux). L’ennui, c’est qu’à trop vouloir être original et surprendre l’auditeur, il passe totalement à côté de son sujet, comme un humoriste qui serait le seul à rire de ses blagues.
- Site officiel
GROUPES PROCHES:
DEVIN TOWNSEND, GHOST

LISTE DES PISTES:
01. Bombay
02. Numb
03. Heathens
04. Mexico
05. Birds Of prey
06. Flying Monkeys
07. Sic Riff
08. The Depths
09. Beneath The Waves
10. Sweet Eliza
11. 9981 Darkness
12. Feels Just Like Love
13. Bear Sedatives
14. Deep Blue
15. Human Head

FORMATION:
Jason Bieler: Chant / Guitares
Ambly Dwadston: Basse / Invité
Andee Blacksugar: Guitares / Invité
Baklava Jones: Batterie / Invité
Chris Mclernon: Basse / Invité
Edu Cominato: Batterie / Invité
Larimount Dundlesmith: Basse / Invité
Marco Minneman: Batterie / Invité
Raritan Normals: Basse / Invité
Ricky Sanders: Batterie / Invité
Roald Downhill Jr.: Basse / Invité
Ryo Okumoto: Claviers / Invité / Piano
Stilton Shoebaggies: Basse / Invité
Stralinksi Waka-waka: Basse / Invité
The Bard Of Emmentaler: Batterie / Invité
Todd “dammit” Kerns: Basse / Invité
Wimsby Chimes: Basse / Invité
Wormbsy Troutlick: Invité / Cuivres
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(1) COMMENTAIRE(S)    
 
 
CGLAUME
30/09/2023
 
1
0
Oui, cet album est super éclectique. C'est un des aspects qui fait son charme. Mais au lieu d'être un bordel hétérogène, comme le dit cette chronique, c'est un superbe bouquet bigarré et cohérent, cette cohérence venant de la patte inimitable de l'artiste, et d'un don insolent pour les mélodies qui tuent et les refrains accrocheurs.
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
2/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
JASON BIELER: Les détails sur son nouvel album solo
 

"Découvrez le nouveau clip de Michaelle Dioni"
AUTRES CHRONIQUES
IL BACIO DELLA MEDUSA: Imilla (2023)
ROCK PROGRESSIF - Si "Imilla" s’avère le moins progressif des albums de la discographie d’Il Bacio Della Medusa, il n’en est pas moins une œuvre de qualité par sa densité et l’implication de ses interprètes.
CANNIBAL CORPSE: Chaos Horrific (2023)
DEATH METAL - "Chaos Horrific" n'est qu'un album de plus pour Cannibal Corpse qui s'exécute sans jamais forcer son talent.
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT JASON BIELER
JASON-BIELER_Songs-For-The-Apocalypse
Songs For The Apocalypse (2021)
2/5
4/5
FRONTIERS RECORDS / HARD ROCK
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2024