I VIAGGI DI MADELEINE

(ITALIE)

TRA LUCE E OMBRA

(2023)
LABEL:

M.P.

GENRE:

ROCK PROGRESSIF

TAGS:
Fusion
"I Viaggi di Madeleine déroule avec "Tra Luce e Ombra" un progressif varié et mélodieux dont les écoutes renouvelées procurent un plaisir grandissant."
CORTO1809 (01.09.2023)  
4/5
(0) Avis (0) commentaire(s)
Originaire de Lecce, ville des Pouilles italiennes, I Viaggi di Madeleine, formé en 2015, a produit son premier album au titre éponyme en 2019. Depuis, le trio d’origine a perdu son guitariste et c’est donc sous la forme d’un duo que Francesco Carella (chant et claviers) et Giuseppe Quarta (batterie) présentent leur second effort intitulé "Tra Luce e Ombra".

Cette absence de guitariste officiel dans le line-up se ressent assurément par la prédominance des claviers aux sonorités diverses sur tout l’album, bien secondés par une batterie diserte, mais jamais envahissante, mise en avant par la production. Effet secondaire plus inattendu, là où "I Viaggi di Madeleine" déroulait un progressif de facture très classique et peu surprenant avec l’exposition de plusieurs thèmes au sein de morceaux assez longs, "Tra Luce e Ombra" choisit de condenser son propos dans des titres courts et variés.

Et le résultat est réjouissant. Ne vous laissez pas abuser par ‘Migrazioni’ qui ouvre l’album, instrumental enlevé et certes mélodieux mais ressemblant trop au passage imposé que nombre de groupes progressifs s’infligent (et nous infligent par la même occasion). La suite est bien plus intéressante, passant d’un hard rock jouissif que Deep Purple aurait pu enfanter (‘Frequenze Solari’) à un superbe titre à tiroirs aux influences moyenâgeuses (‘L’ultima Battaglia’) en passant par le nonchalant et canterburien ‘Poker’ sur lequel le légendaire Richard Sinclair nous régale de son toucher de basse et de quelques plaisantes onomatopées. Loin de cette décontraction solaire, d’autres titres jouent la carte de la mélancolie ou de l’angoisse et certains se risquent même à quelques expériences chaotiques (‘Road Roller’) qui, si elles ne convainquent pas tout à fait, ont le mérite de participer à la diversité de cet album.

Si "Tra Luce e Ombra" laisse beaucoup d’espace aux parties instrumentales, le chant de Francesco Carella quand il s’élève est rocailleux juste ce qu’il faut, sans excès démonstratif, et ne devrait pas indisposer ceux qui sont rebutés par la fréquente théâtralité des chanteurs italiens. "Tra Luce e Ombra" est un album de prog accessible dont la diversité assure le plaisir de nombreuses écoutes.
- Site officiel

LISTE DES PISTES:
01. Migrazioni (6:59)
02. Frequenze Solari (3:44)
03. Poker (5:08)
04. Bronx (4:57)
05. L'ultima Battaglia (7:30)
06. Androgino (5:18)
07. Road Roller (3:04)
08. Nostalgie (3:17)

FORMATION:
Francesco Carella: Chant / Claviers / Guitare Acoustique / Basse Synthé
Giuseppe Quarta: Batterie
Francesco Del Prete: Invité / Violon (8)
Marco Ancona: Invité / Guitare Électrique (2)
Pietro Sansonetti: Invité / Guitare Électrique (7)
Richard Sinclair: Invité / Chant (3) / Basse (3)
Roberto Gagliardi: Invité / Saxophone Soprano (2)
Santi Spanna: Invité / Voix (4)
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
4/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
 
AUTRES CHRONIQUES
TUBEWAY ARMY: Tubeway Army (1978)
POP - Premier disque éponyme gravé par Gary Numan sous le nom de Tubeway Army où le punk cède sa place au post punk et à la new wave.
SOEN: Memorial (2023)
METAL PROGRESSIF - "Memorial" est un album chaleureux et efficace, mais aussi extrêmement prévisible. Soen manquerait-il d’ambition ?
 
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2024