.
.

BLACK RIVER SONS

(FRANCE)

SKINS

(2023)
LABEL:

MUSIC RECORDS

GENRE:

ROCK

TAGS:
Bluesy, Chant éraillé, Sudiste
"Surprenant par son changement de direction stylistique, "Skins" n’en est pas moins une œuvre à la fois sombre, puissante et variée qui permet à Black River Sons de confirmer l’étendue de son potentiel."
LOLOCELTIC (24.11.2023)  
3/5
(0) Avis (0) commentaire(s)
Alors que "Poison Stuff" avait rencontré son public et reçu des commentaires très positifs, Black River Sons nous revient avec un line-up modifié de moitié. C’est dotée d’un nouveau guitariste soliste et d’un nouveau bassiste que la formation nordiste débarque avec un nouvel opus intitulé "Skins" que nombreux attendent afin de confirmer les espoirs nés quatre années auparavant d’un album fleurant bon le southern rock et les overcoats poussiéreux. Dans un style musical qui a vu de nombreuses formations hexagonales s’épuiser malgré leur immense talent, le quatuor mené par Emeric Martel va-t-il réussir là où des Natchez, General Store ou Double Stone Washed ont fini par rendre les armes ?

La réponse va en surprendre plus d’un car, à l’image des Américains de Black Stone Cherry, le quatuor a décidé d’opérer un virage artistique particulièrement marqué. En effet, les cavalcades guitaristiques et autres harmonies typiques des légendes du rock sudiste semblent bien loin. En dehors du très ZZTopien ‘Don’t Tell It Twice’, de la superbe et crépusculaire ballade ‘The Road’ derrière les effluves de laquelle on devine le ‘Wanted Dead Or Alive’ de Bon Jovi, ou du bonus ‘Lone Boy’ réservé aux acquéreurs de la version CD digipack et sur lequel les ombres de Lynyrd Skynyrd, Molly Hatchet ou Blackfoot font leur retour, il n’y aura pas grand-chose à se mettre sous la dent pour les amateurs des mélodies en provenance du sud des Etats-Unis.

Ce serait cependant une erreur de se détourner de ce "Skins" qui en vaut la peine. Certes, la musique ici proposée est beaucoup plus heavy et sombre que ce à quoi nous avait habitués Black River Sons sur sa précédente galette, mais elle n’en est pas moins intéressante pour autant. Guillaume, le nouveau guitariste, dégaine de nombreux soli incendiaires, véloces (‘Birds And Beast’, ‘Uncanny Land’) ou lumineux (‘Out Of Range’, ‘The Road’), alors que son compère bassiste bastonne son instrument avec puissance et dynamisme. Si certaines pièces souffrent d’une certaine linéarité, l’ensemble propose des morceaux velus et rageurs ou bénéficiant de riffs bluesy et groovy à la fois qui permettent à cet opus de parfaitement tenir la route malgré le virage artistique marqué qu’il représente.

Surprenant par son changement de direction stylistique, "Skins" n’en est pas moins une œuvre à la fois sombre, puissante et variée qui permet à Black River Sons de confirmer l’étendue de son potentiel. L’arrivée des deux nouveaux membres se révèle être une réelle plus-value et ouvre de nouveaux horizons à une formation qui confirme ici qu’elle mérite d’être suivie aussi bien par les esprits aventureux que par les amateurs d’ambiances lourdes et graisseuses.
- Site officiel

LISTE DES PISTES:
01. Skins - 5:17
02. Birds And Beasts - 3:50
03. Out Of Range - 7:05
04. No Pain No Gain - 4:10
05. Spit Me Out - 4:12
06. Uncanny Land - 4:32
07. Don’t Tell It Twice - 4:17
08. Underneath - 4:47
09. The Road - 4:30
10. Lone Boy (bonus Track Exclusively Digipack Cd) - 4:42

FORMATION:
Emeric Martel: Chant / Guitares
Frédéric: Basse
Guillaume Singer: Guitares
Vincent Bourree: Batterie
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
3/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
BLACK RIVER SONS SE MET A... PEAU!
DERNIERE INTERVIEW
BLACK RIVER SONS (26 OCTOBRE 2023)
Quatre ans après la sortie du remarqué premier album "Poison Stuff", Black River Sons a musclé son jeu et revient avec le tout aussi marquant "Skins"...
 

"Découvrez le nouveau clip de Verso"
AUTRES CHRONIQUES
SCAR SYMMETRY: The Singularity (phase Ii – Xenotaph) (2023)
DEATH METAL - Scar Symmetry ne change pas ses fondamentaux et propose avec "The Singularity (phase II – Xenotaph)" un disque majestueux, enrobé d’émotions et solide comme un roc.
HEAVY WATER: Red Brick City (2021)
HARD ROCK - Plongeant ses racines dans les années 70, "Red Brick City" voit Heavy Water proposer une œuvre à deux faces qui manque finalement de suffisamment de cohérence pour totalement convaincre.
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT BLACK RIVER SONS
BLACK-RIVER-SONS_Poison-stuff
Poison Stuff (2019)
4/5
-/5
MUSIC RECORDS / ROCK
 
.
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2024