GROUPE/AUTEUR:

EMERSON LAKE & PALMER

(ROYAUME UNI)

TITRE:
TRILOGY (1972)
LABEL:
CASTLE
GENRE:
ROCK PROGRESSIF

""
VANDERGRAAF - 29.08.2003 - (4) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
4/5
Nous sommes au coeur du prog'. Avec cet album, l'un de leur tout meilleurs, le trio ELP nous offre quelques uns des morceaux les plus typiques du genre. Et si ce disque n'est pas exempt de quelques erreurs, elles sont elles aussi caractéristiques de notre genre favori.

"Trilogy" est ouvert par un fameux triptyque : "The Endless enigma", dont les deux parties sont séparées par la fameuse fugue au piano d'Emerson.

L'ouverture de ce triptyque est fameuse : des sons abstraits, sauvages, qui aboutissent à un grandiose éclat. Suit la doucereuse et envolée "From the beginning". Après une reprise fulgurante à l'orgue Hammond d'un morceau du compositeur Aaron Copland, vient le morceau-titre, qui illustre à lui seul le paradoxe ELP. Commencé comme une oeuvre envolée et glorieuse, elle se perd dans des complications électroniques. Le disque s'achève avec un autre exercice de style prestigieux emprunté à la musique classique : "Abaddon's bolero".

"Trilogy" est un disque plein de qualités qui, en fin de compte, n'accuse pas plus les années que certains albums-cultes devenus intouchables auprès des intégristes du prog'. Alors n'oublions pas cet opus coloré et flamboyant, qui a tant apporté aux groupes de metal progressif d'aujourd'hui.

Plus d'information sur



GROUPES PROCHES:
-

LISTE DES PISTES:
01. The Endless Enigma (Part 1)
02. Fugue
03. The Endless Enigma (Part 2)
04. From The Begining
05. The Sheriff
06. Hoedown
07. Trilogy
08. Living Sin
09. Abaddon's Bolero
10. Hoedown (Live)


FORMATION:
Carl Palmer: Batterie
Greg Lake: Chant / Basse
Keith Emerson: Claviers


TAGS:
Expérimental, 70's, Musique Classique
 
 
(4) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
CORTO1809 - 05/02/2010 -
0 0
4/5
Après Tarkus, ELP nous gratifie une nouvelle fois d'un excellent album.
Hoedown et Abaddon's Bolero sont deux morceaux instrumentaux taillés sur mesure pour Keith Emerson. De même, From The Beginning et The Sheriff sont deux chansons permettant à Greg Lake de mettre sa voix en valeur.
Mais ce sont The Endless Enigma, Trilogy et Living Sin qui font l'unité de cet album et lui confèrent son charme. Ces trois titres changent d'atmosphère en un éclair, passant brutalement du pianissimo au fortissimo, et alternent les morceaux de bravoure, permettant à chaque musicien de se mettre en relief tout en conservant à l'ensemble une identité de groupe, ce qui n'est pas toujours le cas avec ELP. La voix de Greg Lake a cette belle profondeur, cette chaleur caractéristique, Carl Palmer joue intelligemment de sa batterie, mettant un incroyable relief à cette musique, Keith Emerson est égal à lui-même, époustouflant de virtuosité.
Si les autres titres ne déméritent pas, cette "trilogy" là justifie amplement l'achat de ce disque.

ABADDON - 21/08/2007 -
0 0
4/5
J’avoue avoir un petit faible pour Trilogy : c’est mon premier contact avec le prog’! A l’époque je l’avais acheté parce que vu dans une revue, troisième d’un hit-parade des achats de lecteurs, derrière “Machine Head” de Deep Purple et “Harvest” de Neil Young (trouverait-on aujourd’hui un album de prog’ aussi bien classé ?) ...
Reste que c’est quand même très bien fichu, avec de sacrés musiciens (Carl Palmer à la batterie, c’est quelque chose !). Le morceau-titre illustre bien toute l’inventivité du groupe : après un départ façon classique piano-voix, une des plus belles envolées que je connaisse vers le délire électronique, et une fin presque jazz, tout çà en un peu plus de 8 minutes, le bonheur ! Même si le son a un peu vieilli, cet album reste un prodigieux témoignage de la créativité des premiers temps du prog!

DAVID - 21/08/2007 -
0 0
3/5
C'est le plus accessible d'ELP, pour les 1ères années, mais pas mon préféré.
VOIR LES 4 AVIS DES LECTEURS
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC EMERSON LAKE & PALMER
NOTES
4/5 (4 avis) 3.9/5 (7 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
EMERSON LAKE & PALMER: Emerson Lake & Palmer (1970)
ROCK PROGRESSIF
 
CHRONIQUE SUIVANTE
SYLVAN: Artificial Paradise (2002)
ROCK PROGRESSIF Dans un style oscillant entre le rock néo-progressif et le métal progressif, "Artificial Paradise" est une pure réussite.
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT EMERSON LAKE & PALMER
EMERSON-LAKE--PALMER_In-The-Hot-Seat
In The Hot Seat (1994)
2/5
2/5
VICTORY / ROCK PROGRESSIF
EMERSON-LAKE--PALMER_Live-At-The-Royal-Albert-Hall
Live At The Royal Albert Hall (1993)
4/5
4/5
VICTORY / ROCK PROGRESSIF
EMERSON-LAKE--PALMER_Black-Moon
Black Moon (1992)
2/5
3/5
MANTICORE / ROCK PROGRESSIF
EMERSON-LAKE--PALMER_Love-Beach
Love Beach (1978)
1/5
3/5
ATLANTIC RECORDS / ROCK PROGRESSIF
EMERSON-LAKE--PALMER_Works-I
Works I (1977)
2/5
4/5
ATLANTIC RECORDS / ROCK PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020