MW / Accueil / Chroniques / SONATA ARCTICA: Unia
GROUPE/AUTEUR:

SONATA ARCTICA

(FINLANDE)

TITRE:
UNIA
ANNEE PARUTION:
2007
LABEL:
NUCLEAR BLAST
GENRE:
METAL MELODIQUE
""
BOULISTO - 01.06.2007 -
"Unia" est ce que nos amis traducteurs nomment un faux ami. En effet, s’il est très similaire avec le mot "union", il s’avère que ce terme finnois trouve son pendant français dans le mot "rêve". A bien y réfléchir, ce titre sied à merveille au petit dernier de la bande à Tony Kakko. On le sentait poindre depuis "Winterheart’s Guild" où le rythme s’était déjà considérablement ralenti. Bien sûr, des brûlots de speed dans la pure tradition Stratovariusienne subsistaient, en attestent les "Victoria’s Secret" et autres "Wildfire", mais de plus en plus de mid-tempo jalonnaient les derniers albums. Avec "Unia", la rupture est totale puisque plus aucun titre véloce, ayant grandement contribué au succès de jeunes loups, n’est présent. A la place, chaque élément ayant fait son apparition au fil des albums se voit ici développé à l’extrême. Ainsi, les chœurs, qui se sont faits de plus en plus soutenus à mesure des dernières réalisations du combo, sont désormais omniprésents. De même, les arrangements chiadés ainsi que les structures alambiquées de précédentes pièces, très prog dans l’esprit, sont ici repris à foison.

Evidement, cette nouvelle approche ne se fait pas sans heurts, aussi la complexité des nouvelles compo d’"Unia" se fait au détriment de la spontanéité et de l’aspect tubesque des titres d’antan tels que "Fullmoon" ou "Blank File". Mais en dépit de ces diverses réorientations, Sonata Arctica n’a pas pour autant renié ses origines metal. Les morceaux sont certes plus lents mais toujours très heavy. A ce titre, "In Black and White" ouvre l’album avec une agressivité aussi étonnante que jouissive. La véritable usine à mélodies qu’est devenu Sonata tourne toujours à plein régime et nous distille tout au long de cet "Unia" de véritables pépites de heavy d’un genre nouveau. En classique en devenir, citons "It Won’t Fade" et son break sublime, "Caleb", prologue de la trilogie entamée avec "The End Of This Chapter", au refrain magnifique, bien qu’il ne soit dit qu’une fois (quand on parlait de construction alambiquée…) et enfin, le déjanté "My Dream’s But A Drop Fuel For A Nightmare" et ses chœurs survoltés, véritable hommage au "Bohemian Rhapsody" de Queen. A bien des égards, cet album rappelle d’ailleurs "A Night At The Opera". Celui de Queen donc, dont Tony Kakko assume pleinement l’influence, mais aussi celui de Blind Guardian de par la réorientation musicale amorcée, faite d’une surenchère d’arrangements et de chœurs. Aucun titre faible n’est à déplorer. Beaucoup demandent plusieurs écoutes pour être pleinement appréciés mais cela assure à l’album une excellente durée de vie. La seule doléance à émettre concerne "Under Your Tree" qui, s’il contient une belle mélodie et des paroles touchantes, confine tout de même à la mièvrerie.

Loin du rôle de crécelle qu’il campe depuis des années en bon clone de Timo Kotipelto, le père Kakko varie désormais son chant comme jamais. D’une hargne étonnante sur des compo comme "In Black and White" ou "The Vice", l’homme brille également sur les titres à l’émotion palpable d’un "Good Enough Is Good Enough" ou du très beau "The Worlds Forgotten, The Worlds Forbidden". Quant à ses acolytes, ils ne déméritent assurément pas. Le plus étonnant est sans doute Marko qui ne s’était jamais fait entendre de la sorte, sa basse ronflant comme jamais. Henrik aux claviers ratisse aussi énormément et nous alimente d’excellentes nappes d’ambiances et de lignes superbes sur "Paid In Full" ou "Caleb". Enfin, le virtuose Jani propose une prestation plus nuancée qui sert d’avantage les ambiances. D’aucuns regretteront les riffs d’extraterrestres dont il nous abreuvait par le passé, comme sur "8th Commandement" ou "Wolf And Raven", mais de superbes soli et autres duels guitare/clavier perdurent pour le bonheur des fans de la première heure qui n’auront pas quitté le navire après ce changement de cap radical.

Alors que pendant longtemps, associer Sonata Arctica au speed metal relevait pour ainsi dire du pléonasme, le nouveau visage qu’arbore nos Finlandais avec ce "Unia" n’a que peu de rapport avec son glorieux passé. Mais ce revirement de style apporte une fraîcheur salutaire au monde du heavy metal mélodique. Contrairement à ce que l’on pourrait croire de prime abord, Sonata Arctica, n’est plus synonyme de speed metal mais s’est mué en un néologisme des plus somptueux.

Plus d'information sur http://www.sonataarctica.com

VIDEO

GROUPES PROCHES:
STRATOVARIUS, KAMELOT, EDGUY, ELVENKING, BOOK OF REFLECTIONS, VISION DIVINE, THE FIFTH SEASON, GHOST MACHINERY, THUNDERSTONE

LISTE DES PISTES:
01. In Black And White - 05:03
02. Paid In Full - 04:24
03. For The Sake Of Revenge - 03:23
04. It Won't Fade - 05:58
05. Under Your Tree - 05:14
06. Caleb - 06:16
07. The Vice - 04:08
08. My Dream's But A Fuel For A Nightmare - 06:13
09. The Harvest - 04:18
10. The Worlds Forgotten, The Worlds Forbidden - 02:57
11. Fly With The Black Swan - 05:08
12. Good Enough Is Good Enough - 05:32


FORMATION:
Henrik Klingenberg: Claviers
Jani Liimatainen: Guitares
Marko Paasikoski: Basse
Tommy Portimo: Batterie
Tony Kakko: Chant


TAGS:
Symphonique
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
productionuser_idproduction_comment_idproduction_review_id

ALADDIN_SANE - 21/08/2007 14:15:16
Grandiose ! Voilà ce qu'on peut se dire à l'écoute de cet album. Je ne connaissais Sonata Arctica que de nom, je les prenais pour un groupe de seconde division mais ils viennent de frapper un grand coup avec "Unia". Parmi les influences, on retrouve Shadow Gallery et Queen (ha ! Ces choeurs...) mais aussi Blind Guardian pour le côté Power-metal et Arena (Celui de Contagion) pour l'unité "progressif" de l'album (il ne s'agit pas d'un album concept et pourtant, on a l'impression que tous les morceaux s'enchaînent facilement). Une vrai révélation en ce qui me concerne.
367 3632
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
EN RELATION AVEC SONATA ARCTICA
DERNIERE ACTUALITE
SONATA ARCTICA: Les détails sur "Talviyö"
SORTIE

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant SONATA ARCTICA
 
DERNIER ARTICLE
A l'occasion de la sortie de "The Ninth Hour", nous avons rencontré le leader de Sonata Arctica, Tony Kakko pour une entrevue riche...

Lire l'article
Voir tous les articles concernant SONATA ARCTICA
 
NOTES
 
3.7/5 (9 avis)
3.4/5 (5 avis)
MA NOTE :
AUTRES CHRONIQUES CONCERNANT SONATA ARCTICA
 
SONATA-ARCTICA_Talviyö Talviyö (2019)
NUCLEAR BLAST / METAL MELODIQUE
SONATA-ARCTICA_The-Ninth-Hour The Ninth Hour (2016)
NUCLEAR BLAST / METAL MELODIQUE
SONATA-ARCTICA_Pariah’s-Child Pariah’s Child (2014)
NUCLEAR BLAST / METAL MELODIQUE
SONATA-ARCTICA_Stones-Grow-Her-Name Stones Grow Her Name (2012)
NUCLEAR BLAST / METAL MELODIQUE
SONATA-ARCTICA_The-Days-Of-Grays The Days Of Grays (2009)
NUCLEAR BLAST / METAL MELODIQUE
SONATA-ARCTICA_Unia Unia (2007)
NUCLEAR BLAST / METAL MELODIQUE
SONATA-ARCTICA_Reckoning-Night Reckoning Night (2004)
NUCLEAR BLAST / METAL MELODIQUE
SONATA-ARCTICA_Winterhearts-Guild Winterhearts Guild (2003)
WAGRAM / METAL MELODIQUE
SONATA-ARCTICA_Silence Silence (2001)
WAGRAM / METAL MELODIQUE
SONATA-ARCTICA_Ecliptica Ecliptica (1999)
WAGRAM / METAL MELODIQUE
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner Records, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn Digital, Frontiers Records, Karisma Records, Insideout Music, Kscope, Ear Music, Progressive Promotion Records

© Music Waves | 2003 - 2019