ARTISTE:

ORESUND SPACE COLLECTIVE

(DEFAULT)
TITRE:

IT'S ALL ABOUT DELAY

(2007)
LABEL:

RECORD HEAVEN

GENRE:

ROCK PROGRESSIF

TAGS:
Instrumental
"Au milieu d'une orgie d'improvisations publiées sur le net, OSC prend néanmoins le temps de peaufiner une petite partie de son travail en studio, de manière à produire des CD officiels"
TONYB (07.11.2007)  
3/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Il était une fois, en 2004, dans une Scandinavie déjà bien encombrée de groupes progressifs en tout genre, une bande de zazous nordiques et américains qui décidèrent de se retrouver régulièrement entre Malmö et Copenhague, pour jammer en totale improvisation dans un style space rock. Autour d'un noyau dur de 6 musiciens, c'est toute une kyrielle de membres non permanents qui vient s'additionner pour produire des heures et des heures de musique exclusivement instrumentale.

La plus grande partie de ces sessions est mise directement à disposition des fans en téléchargement gratuit sur le site du collectif, tandis que les meilleurs moments sont disponibles à la demande sous forme de CD-R intitulés "Picks from Space". Au milieu de cette orgie musicale, le groupe prend néanmoins le temps de peaufiner une petite partie de son travail en studio, de manière à produire des CD officiels (il faut bien vivre après tout !).

"It's All About Delay" appartient ainsi à cette dernière catégorie, et nous propose sur 2 CD plus de 2H30 de musique et un large panorama des productions de O.S.C.
Pas du surprise quant au style de ce double album : c'est du space rock, dans la plus pure tradition des canons du genre, et les fans d'Ozric Tentacles ne seront pas dépaysés, du moins au premier abord. En effet, O.S.C. se targue d'introduire dans sa musique des éléments jazz, reggae ou encore heavy, et les compositions du premier CD leur donnent en partie raison. Un très dynamique et électrique "Roller" ouvre ainsi les hostilités, tandis que les deux parties de "Circus Yoda" continuent dans le même style, mais cette fois-ci ce sont les claviers qui se retrouvent en avant. "Nebula 4747" évoque ensuite le meilleur d'Ozric, avant que les trois titres suivants ne viennent doucher l'enthousiasme qui commençait pourtant à poindre entre les oreilles. Heureusement, "In Her Majesty …" vient clôturer en beauté cette première partie somme toute assez inégale.

A cet instant de la chronique, mon honnêteté m'oblige à avouer au lecteur (et peut-être futur auditeur ?) que j'ai eu beaucoup de mal à ingurgiter en une seule fois cette double galette lourdement chargée. La faute aux structures répétitives qui, comme leur nom l'indique si bien, se répètent à l'infini ou presque, allongeant de manière plus qu'inconsidérée le propos.
Si le premier CD fait plus ou moins dans la concision, avec des rythmiques syncopées, des interventions de guitares tranchantes et des soli de claviers 70's dynamiques, le second est nettement plus orienté vers la mouvance allemande du début des années 70, Ashra Tempel, Klaus Schulze et autres Tangerine Dream, le côté inspiré en moins. Les quatre titres de cette deuxième partie s'étirent ainsi en longueur, répétant jusqu'à plus soif leurs différents thèmes. Certes, on retrouve bien un peu de vigueur à la guitare dans "Alien Strip Club" ou bien une rythmique reggae qui vient rompre la monotonie de "Chris Ice Sack" (j'ai oublié de vous le signaler : ces gars ont un superbe humour pour choisir le titre de leurs improvisations !), mais globalement ce deuxième CD est bien compliqué à digérer.

Finalement, que retenir de tout cela ? S'il s'agissait de patinage artistique, la note technique serait proche du parfait, tandis que la note artistique serait bien basse. De plus, vu la boulimie effrénée de ce groupe, on peut légitimement s'interroger sur la pertinence d'une publication en format double CD, d'autant plus qu'un troisième album ("The Black Tomato") est paru quelques mois après celui-ci. De mon point de vue, O.S.C. devrait ainsi raccourcir son propos officiel proposé sur CD : l'effet marketing n'en serait que meilleur ! Libre aux fans du style d'aller ensuite se goinfrer sur leur site Web.


Plus d'information sur http://www.oresundspacecollective.com/





LISTE DES PISTES:
01. Rolling.. (12:15)
02. Circus Yoda 1 (8:27)
03. Circus Yoda 2 (7:57)
04. Nebula 4747 (10:27)
05. Isle Of Mogens (6:30)
06. Shaved Cortex (15:23)
07. Pink Jumps In The Ring (5:03)
08. In Her Majesty's Secret Saucer (10:15)
09. Jupiter Flyby (25:46)
10. Alien Strip Club (17:56)
11. Chris Ice Sack (20:11)
12. The Tony Blair Eitch Crocket Project (15:07)

FORMATION:
Dr Space: Claviers
Joakim: Basse
Magnus: Guitares
Mihrel: Basse
Mogens: Claviers
Soren: Batterie
Tobias: Guitares
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
3/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
 
AUTRES CHRONIQUES
WATERCLIME: Imaginative (2007)
ROCK PROGRESSIF -
DIMENSION: Ego (2007)
METAL PROGRESSIF -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT ORESUND SPACE COLLECTIVE
ORESUND-SPACE-COLLECTIVE_Good-Planets-Are-Har
Good Planets Are Hard To Find (2009)
3/5
4.5/5
TRANSUBSTANS / ROCK PROGRESSIF
ORESUND-SPACE-COLLECTIVE_Inside-your-Head
Inside your Head (2008)
1/5
3/5
MONUMENTUM / ROCK PROGRESSIF
ORESUND-SPACE-COLLECTIVE_The-Black-Tomato
The Black Tomato (2007)
2/5
2/5
RECORD HEAVEN / ROCK PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021