.
.
GROUPE/AUTEUR:

VOYAGER

(AUSTRALIE)

TITRE:
UNIVERS (2007)
LABEL:
DOCKYARD1
GENRE:
METAL PROGRESSIF

"Si vous aimez les albums au contenu très diversifié, "Univers" est fait pour vous !"
LYNOTT - 29.10.2007 - (1) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
4/5
Voici donc débarquer sur nos platines érodées par les décibels auxquels nous les soumettons, le second essai de ce groupe australien peu connu en nos contrées mais qui commence à éveiller quelque intérêt du côté des insulaires marsupiophiles.

« Element V » avait en 2004 déjà provoqué quelques vaguelettes dans le landerneau des anthropologues du genre, toujours sur le qui vive pour dénicher une nouvelle gâterie à offrir aux mélomaniaques. Oh, quelques critiques avaient bien pointé du doigt l’étrange mélange de genres proposé par le combo, mais s’étaient généralement accordés pour reconnaître que cet éclectisme ne nuisait pas forcément à la cohérence de l’ensemble.

Il est vrai, puisque disons le tout de go les potes à Skippy ont gardé cette caractéristique avec ce nouvel opus, que le style musical de VOYAGER est assez difficile à définir. En effet, peuvent être entendus, à l’écoute des 11 titres composant cet album, des sonorités parfois électro (les claviers), des vocaux mélodieux mais également à dose infinitésimale black (!), des élans progressifs, des passages symphoniques et des harmonies heavy mélodique… Allez ma p’tite dame, faites vot’marché !...

Daniel Estrin, le chanteur et tripoteur de clavier, est doté d’un organe vocal particulièrement agréable qui développe parfois une tessiture proche de celle de Morten Harket le chanteur de… A-Ah (j’en vois qui rigolent au fond !). Homéopathiquement (ça doit lui être conseillé par son ORL), il nous déstabilise avec quelques poussées gutturales venues de nulle part… Etonnant. Attention, elles ne sont vraiment qu’anecdotiques, mais la particularité méritait d’être notée.

Autre originalité du combo, un des deux gratteux est une gratteuse et elle est rousse (ici, c’est le coiffeur tendance des hard-rockeuses qui l’a conseillée… la quasi-constante chatoyante chez nos musiciennes c’est lui…).

« Higher existence » démarre sur un rythme guilleret, l’entame vocale est gutturale, mais ça ne dure pas, Estrin nous berce alors de son timbre si charmeur et nous ne tardons pas à sentir notre oreille titillée. Ce morceau, à la construction prog, est doté d’une mélodie accrocheuse, la batterie roule gaillardement et le clavier est teinté électro… Bigarrée la tendance je vous disais…
Avec « Deep weeds », qui nous est proposé ensuite, le fantôme de l’"Angra" d’antan sur ses titres calmes nous frôle de ses doigts éthérés. Commence à se dessiner dès ce second morceau une certitude : la voix du chanteur se positionne comme étant un atout majeur pour le groupe.
Celle-ci se confirme avec « Everwaiting » qui nous renvoie à un A-Ah musclé (j’entends les mêmes qui se marrent dans le couloir – oui, ils ont été virés).
Suit un court instrumental acoustique aux sonorités Angraesques, ci-devant : « Between the shits ».
« Sober » et sa mélodie (rythmique et vocale) ultra efficace déboule à sa suite. Celle-là, elle balance sévère. Bon sang cette voix !
Pas le temps de souffler nous avons, car « Cross the line » nous scotche direct sous le casque. Une vingtaine de mots balancés façon black pour l’entame, puis vous êtes balayés par des vagues mélodieuses diverses et incessantes pendant 5 minutes. Les vocaux, les chœurs, les claviers, les guitares, tous, à l’unisson, vous capturent dans un maelstrom échevelé. Beau.
Vous croyez vous en être sorti sans dégâts ? Ne bougez pas, la perle mélodieuse du squeud va vous pourfendre de ces flèches lumineuses. « Pulse » est une bombe, point barre. Les dix secondes finales limite Extrême (ils sont carrément barjots) étaient évitables, mais ce n’est pas grave.
Vous en voulez encore, pas de souci, ces gaillards ont de la réserve. Angra, ils aiment bien visiblement. « Falling » est très mélodieux, les brésiliens auraient apprécié son thème musical, comme le solo de gratte qui accouche d’une mélopée jubilatoire.
Débarque ensuite « What I need » qui flirte encore avec la bande à Harket, les claviers frisent parfois l’électro et la mélodie est enlevée.
La fin de l’œuvre est proche, et elle se prépare avec « One more time » et sa guitare sèche qu’accompagne la voix enchanteresse d’Estrin. Nous sommes ici coincés, avec ce morceau tranquille et fort agréable, entre devinez qui… Angra et A-Ah (ben si c’est possible !).
Puis, vient le temps d’inscrire sur cette table de la Loi éclectique la dernière offrande de ces australiens sacrément surprenants. « White shadow » est un morceau mélodico-prog -blacko-symphonico-heavy et ça, c’est assurément signé… VOYAGER !

Porter ce nom et choisir « UniVers » comme titre d’album quand on est capable de proposer une telle diversité musicale, ça ne peut pas être innocent. Ces mecs-là méritent toute votre attention.

Plus d'information sur https://www.voyagerau.com



GROUPES PROCHES:
TEARS FOR FEARS, DISPERSE, DEPECHE MODE, OPETH, ANATHEMA, DEVIN TOWNSEND, CHAOSBAY, LEPROUS, VOLA, ORPHANED LAND

LISTE DES PISTES:
01. Higher Existence
02. Deep Weeds
03. Everwaiting
04. Between the Sheets
05. Sober
06. Cross the Line
07. Pulse
08. Falling
09. What I need
10. One more Time
11. White Shadow


FORMATION:
Daniel Estrin: Chant / Claviers
Mark Boeijen : Batterie
Mark De Vattimo: Guitares
Simone DOW: Guitares


TAGS:
Electro, Symphonique
 
 
(1) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
NUNO777 - 08/11/2007 -
0 0
5/5
Ce groupe m'était inconnu et je dois dire qu'il vaut le coup que l'on s'y intéresse. Le chanteur a une voix qui me plait vraiment, mix entre Akerfeld et je ne sais pas , le chanteur de A-Ah, pourquoi pas.
Par contre les références à Angra je ne les vois pas trop. Cet album est étrange et ressemble à beaucoup de musique mais je n'arrive pas à situer ces influences. Je me laisse bercer par l'envoûtement et je suis presque sûr que cet album va se bonifier à force d'écoutes.

Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC VOYAGER
DERNIERE ACTUALITE
VOYAGER: Nouvelle vidéo
Toutes les actualités sur VOYAGER
NOTES
4.7/5 (3 avis) 3.8/5 (5 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
JADED HEART: Sinister Mind (2007)
HARD ROCK
 
CHRONIQUE SUIVANTE
LIQUID TRIO EXPERIMENT: Spontaneous Combustion (2007)
METAL PROGRESSIF
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT VOYAGER
VOYAGER_Colours-In-The-Sun
Colours In The Sun (2019)
5/5
5/5
SEASON OF MIST / METAL PROGRESSIF
VOYAGER_Ghost-Mile
Ghost Mile (2017)
5/5
4.3/5
AUTRE LABEL / METAL PROGRESSIF
VOYAGER_V
V (2014)
4/5
-/5
AUTRE LABEL / METAL PROGRESSIF
VOYAGER_Element-V
Element V (2004)
3/5
-/5
DVS / METAL MELODIQUE
 
.
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020