GROUPE/AUTEUR:

KING CRIMSON

(ROYAUME UNI)

TITRE:
IN THE COURT OF THE CRIMSON KING (1969)
LABEL:
AUTRE LABEL
GENRE:
ROCK PROGRESSIF

""
VANDERGRAAF - 29.08.2003 - (4) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
5/5
L'album qui donna son nom au groupe est un disque de légende. Certains prétendent qu'il est le premier véritable disque de prog'. Ce serait occulter l'importance d'autres albums (majeurs) d'autres groupes (mineurs), mais on doit reconnaître à "In the court of the crimson king" une place d'honneur dans la fondation du mouvement progressiste.

Portant déjà en germe des musiciens à l'avenir glorieux (Greg Lake futur ELP, Ian McDonald futur soliste, et bien sûr Robert Fripp), le premier album du Crimso est une incroyable déferlante. Pour un premier album, le coup est plus que réussi. Le fameux "21st century schizoid man", seul morceau à survivre sur scène dans les 30 années de carrière du groupe, est la seule chanson "hard" de l'album. Le reste est tout en délicatesse, tout en morceaux grooves et riches en sonorités uniques, dans l'ensemble presque médiéval. "I talk to the wind" est une hymne au prog', "Epitaph" un morceau fondateur du rite solennel musical, et le morceau-titre est une chanson unique à multiples tiroirs pleins de trésors.

Inutile de s'étendre sur le sujet : ce disque est l'une des références du prog', un disque que tout amateur un tant soit peu sérieux se doit de posséder.

Plus d'information sur http://www.king-crimson.com



GROUPES PROCHES:
HERD OF INSTINCT, FROGFLAVOR, LONGO, GRAN TORINO, ANDREW GORCZYCA, SEID, MAKAJODAMA, KEEP IT DEEP, GARGAMEL, ALQUILBENCIL

LISTE DES PISTES:
01. 21st Century Schizoid Man - 07:20
02. I Talk To The Wind - 06:05
03. Epitaph - 08:37
04. Moonchild - 12:11
05. The Court Of The Crimson King - 09:22


FORMATION:
Greg Lake: Chant
Ian Mcdonald: Claviers
Michael Giles: Batterie
Robert Fripp: Guitares


TAGS:
Expérimental, 70's
 
 
(4) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
REALMEAN - 20/09/2016 -
0 0
3/5
Mon appréciation aura pu subir les conséquences d’un certain décalage dans le temps, ayant découvert les premiers albums de King Crimson il y a une dizaine d’années seulement. A la grande époque du progressif aux élans psychédéliques, il est probable que cet "In the court…" m’eût conquis avec force. En tout cas, aucun doute sur sa puissance inspiratrice. Pour ne parler que de ce qui saute aux oreilles : le phrasé de la flûte ('I talk to the wind') précède à la perfection celui que Steve Hackett a écrit pour 'Hands of the Priestess', dans son premier album solo. C’est bien simple, c’est comme si Steve lui avait imaginé une suite ! Et pourtant, en 75, lorsque paraît le superbe "Voyage of the Acolyte", Mister Hackett n’est sûrement pas en quête d’identité musicale, puisqu’il a déjà co-signé 4 énormissimes albums avec Genesis.
CORTO1809 - 05/01/2014 -
0 0
5/5
"In The Court Of The King Crimson" est considéré par beaucoup comme l'acte fondateur du rock progressif. Un honneur que certains attribuent plutôt au "Sgt Pepper's Lonely Hearts Club Band" des Beatles.
Au-delà des polémiques, ce qui est certain c'est que "ITCOTCK" est un album incontournable et reste après bien des années un disque riche et des plus audacieux. 'I Talk To The Wind', 'Epitath' et 'The Court Of The Crimson King' sont dotés de mélodies d'une grande beauté qui ont conservé leur jeunesse au travers des âges, portées par une instrumentation luxuriante (ah ! ce mellotron !), transpercées de moments de sérénité limpide au détour d'une trille de flûte ou d'arpèges de guitare acoustique.
Moins consensuel, plus anguleux, '21st Century Schizoid Man' marque les esprits avec cette voix déformée, les sons stridents des sax et les riffs rageurs de la guitare. Le long instrumental jazz-rock qui constitue le centre du morceau paraît presque classique comparé à celui qui occupe les 4 cinquièmes du contreversé 'Moonchild'. Passées les deux premières minutes d'une douce chanson interprétée par Greg Lake, Fripp, McDonald et Giles se lancent dans une longue improvisation évanescente et minimaliste détonnant avec l'énergie et le caractère structuré des autres compositions. De l'aveu même de Ian McDonald, le jeune groupe n'avait pas suffisamment de matériel écrit pour un album entier. Ces dix minutes d'improvisation font office de remplissage, même si les tendances naturelles du groupe le poussent dans cette voie. King Crimson ne sera pas avare d'improvisations dans les albums qui suivront, qui s'avéreront cependant moins austères.
'Moonchild' a néanmoins le mérite d'apporter à "ITCOTCK" un sentiment d'étrangeté sans lequel un album de King Crimson ne serait pas un véritable album de King Crimson, l'impureté qui fait mieux ressortir l'éclat du diamant.
Car à n'en pas douter, "ITCOTCK" est une gemme d'une eau précieuse qui doit parer la collection de tout mélomane averti.

TARJY - 21/08/2007 -
0 0
5/5
Et ben oui, en voila un d'album indispensable...

Tout d'abord pour découvrir comme le dit si bien Keith Wakeman les racines du prog'... Mais pas seulement, tellement cet album renferme de superbes titres. 21st Century Schizoid Man (la cultissime, de la folie pure !!), I Talk To The Wind (si jolie et si reposante) Epitaph (véritable merveille !!) et In The Court Of The Crimson King (carrément géniale !!).
Bien sûr, reste le cas problématique de Moonchild... Euh vraiment le titre (où en tout cas, les 10 minutes de bruitages en tout genre) dont on aurait bien voulu se passer tellement celui-ci est d'un chiant tout aussi légendaire que l'album lui-même) Enfin, pour les 4 autres merveilles, un bien beau 9/10 !! Réellement indispensable !!

VOIR LES 4 AVIS DES LECTEURS
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC KING CRIMSON
DERNIERE ACTUALITE
KING CRIMSON: Live In Vienna, December 1st: 2016
Toutes les actualités sur KING CRIMSON
NOTES
5/5 (9 avis) 4.5/5 (19 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
DEVIL DOLL: The Girl Who Was... Death (1989)
ROCK PROGRESSIF
 
CHRONIQUE SUIVANTE
EDITION SPÉCIALE: Allée Des Tilleuls (2003)
ROCK PROGRESSIF
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT KING CRIMSON
KING-CRIMSON_The-Power-To-Believe
The Power To Believe (2003)
4/5
4/5
VIRGIN / ROCK PROGRESSIF
KING-CRIMSON_Starless-And-Bible-Black
Starless And Bible Black (1974)
4/5
-/5
ISLAND / ROCK PROGRESSIF
KING-CRIMSON_Red
Red (1974)
4/5
4.6/5
VIRGIN / ROCK PROGRESSIF
KING-CRIMSON_Larks-Tongue-In-Aspic
Larks' Tongue In Aspic (1973)
5/5
4.7/5
ISLAND / ROCK PROGRESSIF
KING-CRIMSON_Islands
Islands (1972)
4/5
4.5/5
VIRGIN / ROCK PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020