ARTISTE:

VIRON

(ALLEMAGNE)
TITRE:

FERRUM GRAVIS

(2008)
LABEL:

METAL HEAVEN

GENRE:

HEAVY METAL

TAGS:
Chant aigu, Technique
""
NICOFRED (13.02.2008)  
3/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Viron est une formation germanique dont les débuts remontent aux alentours de l’année 2000. A cette époque, le groupe alors nommé Seduction, produit deux mini-lp en 2002 et 2003 suivis de nombreux concerts, notamment avec Bonfire. 2004 est aussi l’année de la sortie du premier véritable support qui vit le jour sous le nom de Viron, définitivement adopté par le groupe. Battant le fer tant qu’il est chaud, Viron embraye sur beaucoup de gigs en terre allemande. En 2006, l’album intitulé "NWOGHM" est distribué par un label indépendant. Il reçoit des échos positifs émanant de la presse spécialisée. L’année 2008 sera-t-elle décisive pour Viron qui bénéficie d’un label costaud, en l’occurrence Métal Heaven, pour assurer la distribution de son nouvel opus fièrement baptisé "Ferrum Gravis".

Avec un tel titre et une pochette tout droit sortie des forges d’une industrie où le métal coule en fusion, il n’y a guère d’illusion à se faire quant à la teneur de cette nouvelle production. Et le contenu ne déroge pas au contenant. Viron propose avec "Ferrum Gravis" une heure de plongée dans les méandres d’un heavy métal rugueux et puissant mais non dénué d’aspect mélodique. Tout d’abord la voix d’Alex Stahl, à la tessiture claire et puissante, donne le change aux riffs nerveux et brutaux des deux duellistes armés de six cordes, qui au passage se complètent efficacement en solo comme en rythmiques. Le duo basse/batterie tient une place prépondérante sur chaque titre, ce qui semble plutôt logique dans le style présenté ici. L’aspect technique étant irréprochable (le contraire aurait été étonnant, vu la provenance de Viron), il convient dorénavant de se pencher plus en détail sur les neuf titres concoctés par ces fougueux musiciens.

Le riff virevoltant de "Liberator" ouvre la boîte métallique de manière concise et directe et déjà la puissance du groupe interpelle immédiatement. Le son est robuste, les soli endiablés et mélodiques ne laissent que peu de répit entre les couplets rapides et le refrain plus heavy. La lourdeur se fait plus tendancieuse sur "On the Run" avec un riff tendu quand survient tout à coup une incursion acoustique et mélancolique aussi inattendue que réussie. Décidément, ces germains ont de la suite dans les idées.
"The Isle Of Man" renoue avec une intro speed et une construction plus convenue, mais le refrain reste tout de même captivant. Le déroutant "War" fait une incursion remarquée dans une sphère mélodieuse et subtile, où les parties vocales d’Alex Stahl, accompagné seulement à la guitare, laissent planer l’ombre de Jack Russel.
Retour en force des accords brûlants et bondissants avec "Beyond The Gates" et "Metal Ball", qui oeuvrent gaillardement dans le registre heavy/speed, cependant toujours agrémentés de refrains mélodieux et entêtants. Les guitaristes se renvoient les coulées de notes en fusion sur fond sonore musclé, avec la voix toujours bien en avant du hurleur de service. "Ferrum Gravis" tient ses promesses en terme de poids dans ce domaine qui lui sied comme un gant. "Playground For Billions" ralentit un tant soit peu la cadence sous la forme d'une power ballade remplie de contrastes dans lesquels se fondent astucieusement des thèmes acoustiques et électriques. Toujours assez riche en structures opposées, "Led Astray" renoue vers un genre dont Viron sait se faire le porteur. Pour clôturer "Ferrum Gravis", "Sniper" s’impose comme une pièce riche en rebondissements où sont mis en scène tous les ingrédients nécessaires pour en faire un titre réussi, rappelant par la même que cette formation sait naviguer dans des registres plus feutrés tout en restant fidèle à ses convictions profondément "métallistiques".

"Ferrum Gravis" va permettre à Viron d’espérer une notoriété grandissante chez les aficionados d’un heavy métal dynamique et percutant, même si cette bouillonnante marmite ne laisse pas émaner une originalité pour le moins débordante. En effet, toutes les influences dont Viron s’inspire, si élogieuses soient-elles, se doivent d’être mieux appréhender pour se forger une identité plus marquée. Mais ne jetons pas la pierre (ou le boulet) à ces preux chevaliers respectueux au plus haut point d’un savoir-faire métallique qui sait puissamment se faire entendre. A défaut de réelle sensation du renouveau heavy métal teuton, Viron s’inscrit comme un groupe plus prometteur que novateur. Cependant, cette "Arme Lourde" est digne de figurer dans la discographie du "graisseux" de tout poil, tant sa force de persuasion est probante.


Plus d'information sur http://www.viron1.com





LISTE DES PISTES:
01. Liberator - 05:53
02. On The Run - 05:40
03. The Isle Of Man - 06:29
04. War - 04:34
05. Beyond The Gates - 04:48
06. Metal Balls - 06:17
07. Playground For Billions - 06:45
08. Led Astray - 05:08
09. Sniper - 11:40

FORMATION:
Alex Stahl: Chant
Ingmar "Inge" Holzhauer: Basse
Neudi: Batterie
Roger Dequis: Guitares
Thilo Feucht: Guitares
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
2.7/5 (3 avis)
MA NOTE :
 
 
AUTRES CHRONIQUES
MIKE + THE MECHANICS: Mike + the Mechanics (1985)
POP - Loin de ce qu'il peut faire chez Genesis, Mike Rutherford nous propose avec "Mike + the Mechanics" des titres pop/rock courts, variés et directs très agréables. Un moment de bonheur simple!
FATE: A Matter Of Attitude (1986)
A.O.R. -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022