MW / Accueil / Chroniques / ALAN PARSONS: Stereotomy
GROUPE/AUTEUR:

ALAN PARSONS

(ROYAUME UNI)

TITRE:
STEREOTOMY
ANNEE PARUTION:
1985
LABEL:
ARISTA
GENRE:
A.O.R.
"Changement de ligne éditoriale chez APP : "Stereotomy" est nettement plus électro et nettement moins réussi que ses pédécesseurs."
ABADDON - 19.03.2008 -
Au moment de la sortie de Stereotomy, en 1984, l’inspiration est en perte de vitesse chez le duo de compositeurs. Woolfson et Parsons choisissent donc de changer de “ligne éditoriale” en sortant un album moins systématiquement mélodique, plus agressif et avec une instrumentation beaucoup plus électro, donc assez éloignée des habitudes d’Alan Parsons Project.

D’emblée, ce changement de ton surprend: les claviers, les basses et la guitare ont changé de registre, avec des sons plus métalliques, plus “frappés”, et moins de présence orchestrale (Andy Powell n’est d’ailleurs plus là). L’étude du line-up révèle que les chanteurs ont changé (Eric Woolfson ne chante aucun titre et John Miles est de retour). Stereotomy est donc une vraie nouveauté, très moderne pour son époque, mais qui peine à lancer un instrumental à la hauteur de ses ambitions.

Presque dans la même lignée, Beaujolais part sur une rythmique sautillante inédite pour le combo. Mais il apparaît que le groupe n’arrive pas à défendre le titre, affublé de paroles d’une rare pauvreté. S’agit-il d’une difficulté à réussir à s’affranchir d’un style devenu trop habituel ? Dans les plages suivantes, cette impression va tendre à se confirmer, n’arrivant à proposer que des musiques assez conventionnelles : Limelight, avec des lignes de synthé durcies par rapport aux sons entendus chez APP; Light of the World, assez classique, Chinese Whispers, sans grande consistance, ou Stéreotomy 2, replay un peu inutile du morceau d’ouverture.

Reste un essai dans le rock “basique” (The real World) , louable même si ce style n’est pas naturel pour le groupe, et un instrumental électro (Where’s the Walrus) développant une belle énergie (l’autre instrumental, Urbania, assez jazzy, ne possède pas la magie habituelle, et Richard Cottle n’est pas Mel Collins).

Au final, un essai louable mais pas vraiment transformé pour ce Stereotomy, qui n’arrive pas à créer une atmosphère totalement originale. Woolfson et Parsons reviendront sur un terrain plus connu avec leur dernier album Gaudi, réutilisant les recettes qui avaient préalablement fait leur succès.

Plus d'information sur http://www.alanparsons.com/


GROUPES PROCHES:
BARCLAY JAMES HARVEST, SUPERTRAMP, UNITOPIA, PARZIVALS EYE, KAYAK, JEFF LARSON, AGUENAOU

LISTE DES PISTES:
01. Stereotomy - 07:15
02. Beaujolais - 04:27
03. Urbania - 04:34
04. Limelight - 04:39
05. In The Real World - 04:17
06. Where's The Walrus? - 07:34
07. Light Of The World - 06:22
08. Chinese Whispers - 01:22
09. Streotomy Two - 01:28


FORMATION:
Alan Parsons: Claviers
Chris Rainbow: Chant
David Paton: Basse
Eric Woolfson: Chant / Claviers
Gary Brooker: Chant
Graham Dye: Chant
iarn Bairnson: Guitares
John Miles: Chant
Richard Cottle: Claviers / Sax
Steve Dye: Chant
Stuart Eliott: Batterie


TAGS:
Choeurs, 90's, Accessible / FM, Electro
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
productionuser_idproduction_comment_idproduction_review_id

REALMEAN - 13/01/2013 14:47:50
Il est vrai que Stereotomy marque une réelle rupture par rapport aux productions précédentes, même si ce n’est pas la première fois que l’APP s’aventure en territoires électro. Mais, comme le dit Ab’, ce qui est nouveau ici, c’est une sonorité passablement aseptisée, à tel point qu’on pourrait la croire presque entièrement générée par les machines.
Et pourtant, même si cet album m’apparaît comme le seul (éventuellement) dispensable de la période du Project, le combo parvient encore à faire en sorte que le fond soit opportunément servi par la forme.
Le vocal rocailleux de John Miles, l’austérité rythmique du titre éponyme proclament haut et fort son ambition rock-électro, tout en posant le cadre de la suite du programme. La froideur sonore de 'Beaujolais' est une composante pleine et entière de son pouvoir hypnotique.
'Urbania' et 'Where’s the Walrus' n’auront peut-être pas leur place dans le meilleur du meilleur de la production instrumentale APP ; mais, pour le premier, phrasés syncopés et agressifs entrecoupés de moments de quiétude somnolente évoquent assez bien les rythmes de la vie citadine (entre activité trépidante de la ville et home sweet home). Et le second affiche une très belle réussite mélodique et rythmique : une inlassable course-poursuite parfaitement bien orchestrée par des guitares, batterie, claviers et cuivres tous plus impétueux les uns que les autres. Au chapitre des compositions plus traditionnelles, 'Limelight' et 'Light of the World' sont des ballades bien agréables, sans être inoubliables ; et le catchy 'In the Real World' a toute l’étoffe d’un classique de la scène rock (et pourtant, Alan Parsons lui a préféré 'Limelight' pour son projet live de 1994).
Si le choix de la production sonore empêche d’envisager une écoute très régulière de cet album, sous peine d’une irritation des oreilles, on redécouvre en revanche les talents de Stereotomy avec stupeur lorsque son état d’esprit refait surface.
2174 13115
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
EN RELATION AVEC ALAN PARSONS
DERNIERE ACTUALITE
ALAN PARSONS: Nouvelle vidéo
VIDEO

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant ALAN PARSONS
 
DERNIER ARTICLE
A l'occasion de la sortie de "The Secret", nous avons pu avoir en ligne, pour quelques minutes, le sorcier les consoles et tables de mixage Alan Parsons afin d'évoquer sa manière de travailler et le retour aux sources avec cet album.

Lire l'article
Voir tous les articles concernant ALAN PARSONS
 
NOTES
 
2.1/5 (7 avis)
3/5 (1 avis)
MA NOTE :
AUTRES CHRONIQUES CONCERNANT ALAN PARSONS
 
ALAN-PARSONS_The-Secret The Secret (2019)
FRONTIERS RECORDS / ROCK PROGRESSIF
ALAN-PARSONS_A-Valid-Path A Valid Path (2004)
ARTEMIS / ROCK PROGRESSIF
ALAN-PARSONS_The-Time-Machine The Time Machine (1999)
AUTRE LABEL / ROCK PROGRESSIF
ALAN-PARSONS_On-Air On Air (1996)
AUTRE LABEL / ROCK ATMOSPHERIQUE
ALAN-PARSONS_Alan-Parsons-Live Alan Parsons Live (1994)
AUTRE LABEL / ROCK PROGRESSIF
ALAN-PARSONS_Try-Anything-Once Try Anything Once (1993)
ARISTA / ROCK
ALAN-PARSONS_Gaudi Gaudi (1987)
ARISTA / POP
ALAN-PARSONS_Stereotomy Stereotomy (1985)
ARISTA / A.O.R.
ALAN-PARSONS_Vulture-Culture Vulture Culture (1984)
ARISTA / POP
ALAN-PARSONS_Ammonia-Avenue Ammonia Avenue (1984)
ARISTA / POP
ALAN-PARSONS_Eye-In-The-Sky Eye In The Sky (1982)
ARISTA / POP
ALAN-PARSONS_The-Turn-Of-A-Friendly-Card The Turn Of A Friendly Card (1980)
ARISTA / POP
ALAN-PARSONS_Eve Eve (1979)
ARISTA / POP
ALAN-PARSONS_Pyramid Pyramid (1978)
ARISTA / POP
ALAN-PARSONS_I-Robot I Robot (1977)
ARISTA / POP
ALAN-PARSONS_Tales-Of-Mystery-And-Imagination Tales Of Mystery And Imagination (1976)
ARISTA / POP
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner Records, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville Records, Warner, Unicorn Digital, Frontiers Records, Karisma Records, Insideout Music, Kscope, Ear Music, Progressive Promotion Records

© Music Waves | 2003 - 2020