ARTISTE:

EMIR HOT

(BOSNIE HERZEGOVINE)
TITRE:

SEVDAH METAL

(2008)
LABEL:

LION MUSIC

GENRE:

METAL PROGRESSIF

TAGS:
Chant aigu, Epique, Symphonique, Technique
""
PLATYPUS (02.04.2008)  
3/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Que sait-on des Balkans en général, de la Bosnie-Herzégovine en particulier, sinon ce que nous en ont dit les journalistes envoyés là-bas durant la terrible guerre qui ensanglanta la région durant la première moitié des années 90 ? Que sait-on d’autre, sinon que le valeureux BHL, pseudo-philosophe en belle chemise, se porta volontaire pour couvrir l’événement et en ramena un livre – puis un film, décidément rien ne l’arrête – pour le moins ineptes ? Emir Hot, talentueux guitariste bosniaque, est décidé à nous en apprendre davantage sur son pays et sur cette région du monde, dont les richesses culturelles ont été occultées par les massacres. Ainsi son premier album en tant que soliste se nomme-t-il « Sevdah Metal », en référence à une musique traditionnelle originaire du centre du pays, symboliquement porteuse d’un message de tolérance car traversée d’influences ottomanes, juives, orthodoxes et tziganes, le Sevdah, connu aussi sous le nom de Sevdalinka. Entouré de John West (ex-Royal Hunt) au chant et de Mike Terrana à la batterie (ex-Malmsteen), secondé par un surprenant accordéoniste chargé de renforcer la couleur folklorique de certains thèmes ou soli, Emir Hot s’est réservé la basse et les guitares. Le décor ainsi posé, voyons ce que nous propose ce trio qui mélange allègrement métal néo-classique, métal progressif et musique balkanique.

Dès le deuxième titre – car le premier est une courte introduction fort dispensable – un terrible doute vous saisira peut-être : le riff introductif semblant tout droit sorti de « The Divine Wings of Tragedy » de Symphony X, vous aurait-on trompé sur la marchandise ? Eh bien non, il s’agit bel et bien de Emir Hot, mais disons que ce dernier a du passer quelques mois, casque vissé sur les oreilles, en compagnie de Romeo et sa bande. Ce qui n’est au demeurant pas déplaisant, bien au contraire ! Certes, et ce malgré tout le respect qui leur est dû, Terrana gagnerait à faire une utilisation plus parcimonieuse de la double-pédale, et John West éviterait parfois de sombrer dans le ridicule s’il ne poussait pas aussi haut sa voix. Mais ce ne sont après tout que des détails, qui sont de plus généralement propres au genre (reconnaissons juste que Symphony X s’en tire beaucoup mieux…) et qui ne suffisent pas à gâcher l’écoute du disque. L’intermède folklorique est fort bien intégré à l’ensemble du morceau, et s’il prête à sourire lors de la première écoute, c’est plus de surprise, puis de joie naïve, que d’ironie. Au contraire, il apporte une fraîcheur appréciable et met en exergue la formidable technique de ce diable d’homme qu’est Emir Hot !

Techniques, les morceaux de cet album le sont tous ; mais les mélodies ne sont pas en reste, autant au niveau de la voix (et des chœurs, très présents mais jamais envahissants) que des instruments. L’influence néo-classique reste prépondérante ("Land of the Dark" en est l’expression quasi caricaturale, même si le morceau reste agréable), et guitare, clavier mais aussi accordéon nous gratifient de lignes mélodiques d’une grande finesse harmonique, généralement inspirées d’airs traditionnels, avant les explosion en soli invraisemblables, ultra-rapides, sautillants et entraînants. Car c’est le point fort de ce « Sevdah Metal » de haute tenue : la musique balkanique, parfois mélancolique, est aussi faite pour la danse et par conséquent invite au mouvement, à l’exubérance, à la manière d’un Emir Kusturica & The No Smoking Orchestra. Les morceaux "Skies and Oceans" et "Sevdah Metal Rhapsody" proposent tous deux des parties instrumentales assez spectaculaires qui allient puissance et vitesse du métal, complexité et longueur du progressif, foisonnement mélodique et (parfois) simplicité rythmique de la musique traditionnelle. "Sevdah Metal Rhapsody" est d’ailleurs le meilleur titre de l’album, en grande partie instrumental, très imprégné de folklore, proposant une diversité climatique et des arrangements symphoniques que ne renieraient pas – on y revient, forcément – Symphony X ; même West a laissé tomber les longs cris suraigus et nous gratifie d’une prestation vocale apaisée, mélancolique et tout simplement belle.

L’album nous réserve également quelques morceaux plus acoustiques, ballades épiques de qualité dont l’intensité émotionnelle doit beaucoup au touché des soli de guitare, marqués par une tristesse toute emplie d’urgence, à l’image de la voix d’ailleurs. "Stand and Fight" et "You" sont de ces morceaux, qui sans être inoubliables, introduisent d’agréables variations dans le rythme de l’album et s’en apprécient d’autant plus. Le titre "You" se trouve être sublimé par une voix féminine toute sympathique, qu’il est regrettable de ne pas avoir mis plus en valeur. Ce dernier morceau propose également une partie instrumentale virtuose qui, semblant le conclure, annonce en fait le retour à l’acoustique et à sa lyrique solennité. Puis c’est de nouveau une explosion électrique, sur un mid-tempo inhabituel pour le groupe mais qu’il sait bien exploiter par le chant et les chœurs. Soulignons enfin le court instrumental "Hora Martisorului", qui résume en moins de deux minutes l’ensemble des passages folkloriques de l’album (l’accordéon en moins) ; anecdotique, mais un bon moyen de vous tester : allergique à ce morceau, passez votre chemin.

Comment conclure cette chronique ? L’honnêteté intellectuelle voudrait que je finisse en descendant un groupe dont les références n’ont pas du tout été digérées et qui nous propose donc une musique bien trop proche de Symphony X pour être personnelle ; mais je ne puis m’y résoudre. Car inconditionnel de Symphony X, ne reculant pas à l’occasion devant un petit Rhapsody, je ne peux pas ne pas être charmé par cet album. Charmé ne signifie pas convaincu ; il en faudrait beaucoup plus pour cela. Mais l’intégration du folklore balkanique étant assez réussi, la technique sans faille, les mélodies rythmées et entraînantes, les soli impressionnants et jouissifs, je ne vois pas de raison suffisante pour ne pas vous recommander cet album, même si je sais qu’il sera, pour la majorité des titres qui le composent, vite oublié…


Plus d'information sur http://www.myspace.com/sevdahmetal



GROUPES PROCHES:
SYMPHONY X


LISTE DES PISTES:
01. Forspil (intro) - 00:28
02. Devils In Disguise - 04:36
03. World Set On Fire - 03:30
04. Skies And Oceans - 04:00
05. Sevdah Metal Rhapsody - 11:53
06. Stand And Fight - 05:45
07. Endless Pain - 04:12
08. Hora Martisorului (instrumental) - 01:50
09. Land Of The Dark - 03:42
10. You - 08:27

FORMATION:
Emir Hot: Guitares / Basse
John West: Chant
Mike Terrana: Batterie
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
4/5 (1 avis)
STAFF:
3/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
 
AUTRES CHRONIQUES
CAMEL: Breathless (1978)
ROCK PROGRESSIF - Frère jumeau de "Rain Dances", plus marqué canterbury et moins homogène, mais qui contient avec 'Echoes' et 'Summer Lightning' deux pépites à ne pas manquer.
ANTI DEPRESSIVE DELIVERY: Chain Of Foods (2008)
HARD ROCK -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021