ARTISTE:

THE BLACK CROWES

(ETATS UNIS)
TITRE:

WARPAINT

(2008)
LABEL:

SONY BMG

GENRE:

ROCK

TAGS:
Bluesy, Chant éraillé, Sudiste
""
LOLOCELTIC (04.04.2008)  
4/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

C’est bien peu de dire qu’après 7 années de silence discographique, le nouvel album des Black Crowes était attendu avec impatience, surtout après un "Lions" très mitigé et alors que le guitariste Marc Ford et le clavier Eddie Harsch ont quitté le navire. Mais mettons immédiatement un terme à cette angoisse étouffante qui vous étreint tous dans l’attente du diagnostic quant au niveau atteint par "Warpaint". Vous pouvez vous détendre et arborer votre plus beau sourire chauffé au soleil du sud des Etats-Unis car le plumage de nos corbeaux préférés a retrouvé tout son lustre.

Et c’est un véritable hommage à la musique de cette région du pays de l’oncle Sam que le gang des frères Robinson nous offre. Dès les premiers accords de "Goodbye Daughters Of The Revolution", la tradition des grands boogie-rocks, entamée sur les premiers albums avec les incontournables "Twice As Hard" ou "Sting Me", fait un retour tonitruant. C’est également l’occasion pour les petits nouveaux d’affirmer leur talent et la valeur ajoutée qu’ils apportent à la musique des Crowes. Luther Dickinson se met particulièrement en valeur grâce à ses lumineuses interventions de slide. Et c’est toute la palette du southern-blues qui défile devant nos oreilles hypnotisées par la chaleur de la voix d’un Chris Robinson revigoré par le long break du groupe. Du heavy-blues sombre de "Walk Believer Walk" au folk sudiste de “Whoa Mule” que quelques notes viennent conclure au son d’un accordéon, tout n’est que dynamisme maîtrisé et mélancolie distillée avec une émotion à fleur de peau. La ballade countrysante "Oh Josephine" en est le meilleur exemple alors que les guitares se donnent la réplique sur chaque enceinte pendant qu’Adam MacDougall enrobe l’ensemble d’harmonies de piano et d’orgue Hammond. Sans oublier sa compagne folk d’un "Locust Street" nous baladant dans les rues des quartiers pauvres de la Nouvelle-Orléans.

Mais si le sextet sait parfaitement nous faire fondre, il sait aussi devenir brûlant comme le soleil du désert en accélérant le tempo vers des rives boogie-rock ("Wounded Bird" et son refrain mélancolique) voir rock US à la Aerosmith ("We Who See The Deep" et son groove psychédélique). Il nous emmène vers des horizons religieux avec cette surprenante reprise du révérend Charlie Jackson ("God’s Got It"), blues-gospel arrangé à la sauce rock. En parlant d’horizon, il est également pétrifiant de le voir se troubler tel un mirage de chaleur pour laisser, petit à petit, s’avancer un "Movin’ On Down The Line" à l’intro digne de Doors sous ecxtazy et qui se transforme en un boogie blues rock US illustré d’interventions à l’harmonica et au final enflammé. C’est cependant vers des territoires plus calmes que ce voyage s’achève avec la ballade "There’s Gold In Them Hill" où le piano-clavecin se transforme en piano-bar sur une accélération digne d’un début de bagarre dans un saloon, suivie de "Whoa Mule" dont nous parlions précédemment.

C’est donc un retour gagnant que réussissent les frères Robinson, entourés par leurs 4 compagnons sudistes parmi lesquels Luther Dickinson et Adam MacFougall ont parfaitement trouvé leur place et qui font souffler un vent de renouveau sur la carrière des corbeaux-noirs. Il n’y a plus qu’à souhaiter que les bonhommes trouvent une certaine stabilité, qui leur faisait parfois défaut dans le passé, pour continuer à nous gratifier de nouvelles œuvres de cette envergure, tout en souhaitant qu’ils nous ferons enfin l’honneur d’une venue sur une ou plusieurs (ne rêvons pas trop tout de même) scène(s) françaises. Qu’on se le dise : les Black Crowes sont vivants et ils sont même en grande forme.


Plus d'information sur http://www.blackcrowes.com/





LISTE DES PISTES:
01. Goodbye Daughters Of The Revolution - 5:03
02. Walk Believer Walk - 4:39
03. Oh Josephine - 6:37
04. Evergreen - 4:20
05. We Who See The Deep - 4:49
06. Locust Street - 4:14
07. Movin' On Down The Line - 5:41
08. Wounded Bird - 4:23
09. God's Got It - 3:22
10. There's Gold In Them Hills - 4:46
11. Whoa Mule - 5:45

FORMATION:
Adam MacDougall: Claviers
Chris Robinson: Chant
Luther Dickinson: Guitares
Rich Robinson: Guitares
Steve Gorman: Basse
Sven Pipien: Batterie
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
3.5/5 (4 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
THE BLACK CROWES en concert à Paris en octobre
 
AUTRES CHRONIQUES
DISMEMBER: Massive Killing Capacity (1995)
DEATH METAL -
RETROSPECTIVE: Spectrum Of The Green Morning (2008)
ROCK PROGRESSIF - "Spectrum of the Green Morning" n’est qu’une démo, et, il faut bien l’avouer, une sacrée carte de visite.
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT THE BLACK CROWES
THE-BLACK-CROWES_Before-The-Frost-…-Until-The
Before The Frost … Until The Freeze (2009)
5/5
-/5
AUTOPRODUCTION / ROCK
THE-BLACK-CROWES_The-Lost-Crowes
The Lost Crowes (2006)
3/5
-/5
AMERICAN RECORDINGS / ROCK
THE-BLACK-CROWES_Lions
Lions (2001)
3/5
-/5
AUTOPRODUCTION / ROCK
THE-BLACK-CROWES_Live-At-The-Greek-with-Jimmy
Live At The Greek (with Jimmy Page) (2000)
4/5
-/5
AUTRE LABEL / HARD ROCK
THE-BLACK-CROWES_By-Your-Side
By Your Side (1998)
3/5
-/5
COLUMBIA / ROCK
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021