ARTISTE:

WHITE LION

(ETATS UNIS)
TITRE:

RETURN OF THE PRIDE

(2008)
LABEL:

FRONTIERS RECORDS

GENRE:

HARD ROCK MELODIQUE

TAGS:
Chant éraillé, FM
""
MARC M (17.04.2008)  
4/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Seize années que White Lion a raccroché les manteaux, après 4 albums (dont un premier sorti plutôt confidentiellement au Japon au départ)… Et pourtant, il s'agissait d'un groupe prometteur, qui a d'ailleurs connu un gros succès commercial et avait su évoluer au fil de ses albums, même si l'on avait tendance à les retenir surtout pour des ballades sucrées et un hard rock mélodique qui faisait la joie des minettes aux grandes heures de MTV. White Lion, c'était surtout la voix un peu éraillée mais chaude de Mike Tramp et la guitare flamboyante de Vito Bratta, disciple remarquablement doué d'Eddie Van Halen avec un goût prononcé pour les soli parfaitement construits, fluides et mélodiques. Bratta a disparu de la scène musicale il y a bien des années à la séparation du groupe. Et même s'il a réapparu dans un programme de radio internet aux USA en 2007, il ne fait en aucun cas partie de cette nouvelle mouture du groupe (et il n'apprécie guère que son ancien compère et chanteur utilise le nom White Lion avec d'autres musiciens, semble-t-il).

Il ne reste de la formation originale que Mike Tramp, qui a rassemblé un quatuor très international autour de lui, ajoutant au passage un claviériste qui faisait défaut au groupe original (le quatrième et dernier album de White Lion, "Mane Attraction" contenait pourtant déjà un peu de claviers). Ce White Lion nouvelle formule a déjà tourné aux USA et un double CD live comportant essentiellement des morceaux du répertoire ancien est paru en 2007 ("Rocking The USA").

Musicalement, "Return Of The Pride" possède un son qui puise peut-être ses racines dans le passé mais pas spécialement dans ce que les années 80 avaient d'aseptisé et de clinquant… On peut parler de rock mélodique, de rock AOR, de metal même suivant les morceaux, mais on est souvent plus ou moins loin du hard FM bien propret de certains. Le son bien chaleureux de l'album y est aussi pour quelque chose.

En fait le disque se rapprocherait plutôt du très réussi "Mane Attraction" qui voyait White Lion explorer des horizons musicaux assez divers, prenant un son parfois plus "européen" comme on disait pour le heavy rock de l'époque et s'aventurant, en quelques occasions, sur un terrain plus ou moins progressif, avec quelques morceaux longs aux différentes sections. Au fil des textes variés, Tramp savait également s'éloigner de temps en temps des clichés du rock. C'est aussi le cas ici, avec un peu moins de diversité. Il n'y a qu'à écouter le grand morceau d'ouverture pour s'en convaincre : "Sangre De Cristo" alterne moment intimistes et ambiances épiques avec de gros riffs bien épais et des synthés en retrait mais orchestraux ; et surtout, toujours une mélodie vocale accrocheuse. Un autre moment épique de l'album est "Battle At Little Big Horn", ayant pour thème les massacres perpétrés sur les Amérindiens. Voilà qui dépasse les limites de ce que font les groupes de hard rock américains des années 80.. on se rapprocherait plutôt de morceaux à thème aux différentes sections que des groupes tels que Thin Lizzy savaient faire dans les dernières années de leur carrière. Un titre quand même un tantinet répétitif sur la fin - avec cette idée assez discutable des chœurs faisant des "waouwaouwaouwaou"… Tramp aurait mieux fait de prendre de vrais chants amérindiens.

On a par ailleurs quelques hymnes de hard mélodique imparables où il n'y a pas que le refrain qui soit mémorable ("Dream", "Gonna Do It My Way", "Finally See The Light") et un titre un peu plus metal avec quand même un refrain accrocheur ("Never Let You Go"). "Set Me Free" avec sa première partie calme et acoustique a un vague relent du meilleur Scorpions. Seul "Live Your Life" me semble un peu quelconque.

Et les inévitables ballades sont au nombre de trois. White Lion était bien doué dans ce genre et là encore, c'est une réussite, que ce soit une chanson mélancolique au piano (magnifique "Never Let You Go"), un titre plus enlevé et électrique ("I Will") ou le final "Take Me Home" avec guitare acoustique et cordes discrètes, plus un joli solo électrique, un peu comme sur "When The Children Cry" de "Pride". Il s'agit d'un titre supplémentaire exclusif à la version européenne et pour une fois, nous sommes vraiment veinards !

Côté voix, Mike Tramp a changé, c'est clair. Il a curieusement pris un timbre un peu plus aigu mais moins guttural, et n'abuse plus de la réverbe comme cela a pu être parfois le cas dans le passé, sur "Pride" par exemple. Il faut reconnaître honnêtement qu'il n'a plus la puissance d'antan, hélas, et que sa voix est encore plus voilée. Réenregistrée sur de multiples pistes, cela passe bien. Sur quelques morceaux où elle est très sèche et sans effet, c'est un peu juste (et il semble presque essoufflé sur "Let Me Be Me").

Côté accompagnateurs, White Lion dispose d'une excellente section rythmique avec Claus Lengerskov et Troy Patrick Farrell, dont le son très chaud et naturel donne une touche particulièrement authentique à tout l'album. Par contre, les claviers de Henning Wanner auraient pu être mis plus en avant parfois (il est même absent sur un ou deux morceaux). Quant aux guitares, malgré une bonne technique et un certain talent mélodique, Jamie Law ne fera pas oublier Vito Bratta, bien qu'il y ait des similitudes (une influence de Edward Van Halen et un goût pour les parties solistes fluides et mélodiques, la plupart du temps). Il mérite même une ovation pour son solo lyrique sur "Never Let You Go".

Au niveau production, "Return Of The Pride" possède un son naturel, parfois même un peu rustique. On aurait aimé que les parties solistes et les claviers soient parfois davantage mises en valeur. Mais c'est plutôt la rythmique qui tire les marrons du feu, en général. Le son aurait gagné à avoir plus d'ampleur, également. Mais ne faisons pas la fine bouche, voici un disque aussi inattendu que réussi, qui démontre que l'on peut faire un album rock/hard à la fois mélodique et puissant, chaleureux et surtout... Varié !


Plus d'information sur http://www.myspace.com/returnofthepride



GROUPES PROCHES:
XYZ, F.E.A.S.T.


LISTE DES PISTES:
01. Sangre De Cristo (8:44)
02. Dream (5:08)
03. Live Your Life (4:52)
04. Set Me Free (4:59)
05. I Will (4:13)
06. Battle At Little Big Horn (7:32)
07. Never Let You Go (4:50)
08. Gonna Do It My Way (4:24)
09. Finally See The Light (4:55)
10. Let Me Be Me (4:00)
11. Take Me Home (european Bonus Track) (3:50)

FORMATION:
Claus Lengeskov: Basse
Henning Wanner: Claviers / piano
Jamie Law: Guitares
Mike Tramp: Chant
Troy Patrick Farrell: Batterie
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
4/5 (1 avis)
STAFF:
3.7/5 (3 avis)
MA NOTE :
 
 
AUTRES CHRONIQUES
BON JOVI: 7800° Fahrenheit (1985)
A.O.R. -
ASIA: Astra (1985)
ROCK PROGRESSIF -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT WHITE LION
WHITE-LION_Last-Roar
Last Roar (1999)
2/5
-/5
MAUSOLEUM RECORDS / METAL MELODIQUE
WHITE-LION_Mane-Attraction
Mane Attraction (1991)
4/5
3.5/5
ATLANTIC RECORDS / HARD ROCK
WHITE-LION_Big-Game
Big Game (1989)
4/5
3.5/5
ATLANTIC RECORDS / HARD ROCK MELODIQUE
WHITE-LION_Pride
Pride (1987)
5/5
4.7/5
ATLANTIC RECORDS / METAL MELODIQUE
WHITE-LION_Fight-To-Survive
Fight To Survive (1985)
2/5
2/5
RCA / HARD ROCK MELODIQUE
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022