ARTISTE:

ANGALYS

(FRANCE)
TITRE:

U.T.O.P.Y.S

(2008)
LABEL:

AUTOPRODUCTION

GENRE:

POP

TAGS:
Chant féminin, Happy, Punk
""
LOLOCELTIC (15.05.2008)  
1/5
(1) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Il n’y a encore pas si longtemps, fleurissaient des groupes de jeunes adolescents dont l’objectif était de se produire à la prochaine fête du lycée. Rares étaient ceux qui survivaient après cette reconnaissance des camarades du milieu scolaire, la motivation et la qualité n’ayant pas le niveau nécessaire pour espérer plus. Seulement voilà, depuis quelques années, la technique a suffisamment évolué pour devenir accessible à un plus grand nombre, ce qui a permis à certains de ces groupes de pouvoir sortir un album sans avoir ni le niveau suffisant, ni la reconnaissance du milieu musical. Nous voici donc en présence du parfait exemple de ce nouveau phénomène, j’ai nommé le premier album d’Angalys titré « U.T.O.P.Y.S ».

Alors, bien sûr, il est vrai que nous avons pour principe sur Music Waves, d’éviter au maximum d’enfoncer un album et d’essayer de lui trouver des motifs d’espoir pour l’avenir, surtout lorsqu’il s’agit d’une première œuvre. Seulement voilà, les principes c’est très bien, mais parfois, il est impossible de les appliquer, malgré toute la bonne volonté qui nous caractérise. Une bonne chronique nécessite un minimum de 3 écoutes pour pouvoir parler sérieusement d’un album, et là, vous n’imaginez pas l’épreuve que cela a pu représenter.
Vous prenez donc 4 jeunes au look étudié et faussement rebelle. Vous leur mettez dans les mains des instruments que la plupart d’entre eux viennent de découvrir récemment. Vous placez une jeune fille plutôt mignonne au poste de chanteuse et vous saupoudrez le tout de paroles faussement rebelles (encore du faux rebelle ?) et de compositions à 3 accords, et vous obtenez cette suite de 11 titres plus pénibles les uns que les autres. Et n’allez pas croire que nous inventons car le groupe lui-même le reconnaît à travers des paroles d’une niaiserie désespérante et d’une profondeur dont il serait difficile de faire un pédiluve. Prenons par exemple le titre « Tans pis » dont le refrain est, je cite : « Et rien ne m’empêchera de chanter et de sauter sur… na na na na na na… ». Ou bien, l’interminable « Encore », je cite à nouveau : « Un style, 3 accords, un peu d’effort, j’dirige mon sort… »

Je vous épargne tous les « la la la », « na na na » et autres « oh oh ouah oh » et « yeah yeah yeah ». Et le niveau technique n’est pas plus élevé. La chanteuse est donc mignonne, elle chante juste et… et puis c’est tout ! Aucune puissance ni émotion, si ce n’est une furieuse envie d’appuyer sur le bouton stop au bout de quelques morceaux. En ce qui concerne ses 3 acolytes, il est possible d’amortir nos propos en mettant en avant le fait que le style néo-punk n’a jamais nécessité une technique supérieure à la moyenne. Et nous avons presque envie de rajouter à cela : tant mieux, car ils n’auraient pas pu espérer autre chose. Tout juste pouvons nous noter un solo de guitare sur un « Punkette 07 » aux paroles hautement philosophiques : « p’tite punkette la vie est dure, ça c’est sûr…».
Et pour couronner le tout, Angalys essaye de masquer toutes ses faiblesses avec l’ajout de samples électro qui, dans le meilleur des cas, n’apportent rien, « Mal de glace », ou qui, le plus souvent, achèvent de faire sombrer l’album dans les tréfonds du ridicule, comme l’effet de clavier téléphonique de « Dernier message », l’introduction aux claviers Bontempi d’un « No Flowers » chanté en anglais avec un accent au niveau du reste de la production, et surtout un faux-live sur « J’avance » qui n’est même pas synchronisé avec le morceau.

Vous pouvez donc toujours essayer d’écouter « U.T.O.P.Y.S », mais dans ce cas, ne venez pas vous plaindre car nous vous aurons prévenu. Dans le cas contraire, nous espérons que cette chronique vous aura fait prendre conscience des difficultés qui peuvent attendre vos serviteurs qui, s’ils adorent leur job, en payent également parfois le prix fort. Et puisqu’il faut essayer de terminer sur une note positive, nous envisagerons que tout ceci soit à prendre au 36ème degré. Après tout, la place laissée libre par Bézu (mais si… « La Queuleuleu »…) n’a toujours pas été prise…


Plus d'information sur http://angalys.free.fr/



GROUPES PROCHES:
NELLY OLSON


LISTE DES PISTES:
01. Utopys - 4:11
02. Je mens - 3:04
03. Mal de glace - 3:04
04. Tant pis - 2:58
05. Dans un bocal - 3:34
06. Punkette O7 - 3:22
07. Dernier message - 2:55
08. De retour - 3:34
09. Encore - 4:02
10. No Flowers - 3:47
11. J'avance - 2:09

FORMATION:
Berga: Batterie
Lulu: Chant
Tiju: Guitares
Tizzy: Basse
   
(1) AVIS DES LECTEURS    
NIURK
01/04/2009
  0 0  
1/5
Je lis la chronique, je pleure de rire, j'écoute l'album, je pleure tout court, et au final une question me reste à l'esprit : pourquoi ne pas avoir mis 1/10 ?!

Non pas qu'il n'y ait rien à sauver, car "rien à sauver" sous-tend qu'il y ait déjà quelque chose ! Non, là il n'y a rien ! Angalys vient de réinventer le vide, plongé dans le rien, aspiré par un trou noir et sombrant dans une abysse sans fond.

Je lui donne donc un 1/10, sachant qu'une nouvelle question m'étreint : pourquoi ne pas autoriser le 0 ?!

Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
1.4/5 (8 avis)
MA NOTE :
 
 
AUTRES CHRONIQUES
GOV'T MULE: Gov't Mule (1995)
ROCK -
ASSAILANT : Wicked Dream (2008)
DEATH METAL -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021