ARTISTE:

THE BEATLES

(DEFAULT)
TITRE:

ABBEY ROAD

(1969)
LABEL:

EMI

GENRE:

POP

TAGS:
FM, Old School
"Un tel accomplissement à la fin d’une carrière, et qui ouvre de nouveaux horizons musicaux, ne peut porter qu’un seul nom : chef d’œuvre. In-con-tour-nable !"
ABADDON (23.05.2008)  
5/5
(3) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

J’entends d’ici les commentaires : “Ça devait arriver, à force de chroniquer les vieilleries, à MW, ils ont fini par nous pondre un papier sur les Beatles !” Et en effet, tout a été dit / écrit sur cet album mythique (tout comme Sgt Pepper’s ...) de ce groupe mythique.
Mais qu’importe ! C’est parce que cet album est mythique qu’il faut en reparler, et le situer dans le courant qui nous intéresse, à savoir le progressif.

Replaçons-nous dans le contexte historique : en 1969, le groupe sait qu’il va se séparer. Il vient d’enregistrer Let it Be, en réalité un bœuf musical assez bâclé et qui a demandé des trésors d’imagination aux ingénieurs du son pour arriver à sortir un résultat exploitable. Ce groupe qui a en 7 ans seulement révolutionné la musique, qui est parti du rock n’roll basique, l’a fait évoluer au gré de tournées épuisantes, ce groupe qui a été obligé d’abandonner la scène en 1966, victime d’un succès par trop envahissant, mais qui a su faire encore évoluer sa musique en studio, ce groupe ne peut pas se séparer sans livrer une œuvre ultime, un condensé de tout son savoir-faire, pour sortir sur une “note élevée”.
Les quatre garçons se retrouvent donc dans l’été 1969 aux studios d’Abbey Road, et vont utiliser pour partie des chansons écrites en 1968 pendant les sessions de l’album blanc.

Techniquement, les Beatles disposent du meilleur équipement du moment : Abbey Road est le premier album enregitré en 8 pistes, et on entend sur certains titres (Maxwell’s Siver Hammer et Because, par exemple), un des premiers sons de synthétiseur (un Moog tenu par George Harrison).
Musicalement, les Beatles ont progressivement fait dériver le rock ‘n roll de leurs débuts vers une pop sophistiquée, en intégrant des apports blues, folk, orchestraux, world-music (le terme n’existait pas à l’époque), classiques, jazz, etc ... Depuis Sgt Pepper’s, le travail réalisé en studio leur a permis de progresser tous azimuts, avec un succès et une estime grandissants. Ils cumulent les réussites : en 1969, ils ont vendu 300 millions d’albums (et un peu plus d’un milliard, tous supports confondus, à ce jour ...). Qu’attendre donc de cet Abbey Road : une collection de tubes ou une nouvelle ouverture musicale ?

Les deux, mon Général ! La face A du vinyle est bien une collection de hits, chacun y allant de sa composition marquante : Octopus’s Garden pour Ringo, Oh, Darling + Maxwell’s Silver Hammer pour Paul, Come Together + I want You pour John, et Something pour George (le seul titre d’Harrison qui gagnera la première place des charts avec les Beatles). Cette première partie est une démonstration de savoir-faire d’un groupe qui n’a rien a prouver de ce côté.
La Face B s’ouvre sur Here Comes the Sun, signé Harrison, et l’auditeur pourrait se dire que la nouveauté n’est pas au rendez-vous. Nous évoluons toujours dans une pop haut de gamme terriblement efficace et remarquablement calibrée. Et puis voilà Because, avec ses harmonies à 9 voix, plaquées sur un accompagnement quasi-classique (n’était le Moog de George ...), et là, le groupe rappelle qu’il est un des meilleurs compositeurs d’harmonies, notamment vocales.
A partir de You Never Give Me your Money, s’ouvre ce que d’aucuns ont appelé le Medley. Cette combinaison de titres, certains longs de quelques dizaines de secondes à peine, va durer 16 minutes et inaugure une nouvelle manière d’enchaîner les thèmes musicaux. La cohésion apportée à l’ensemble, l’efficacité des breaks (ah, l’entrée de She Came into the Bathroom Window ! ), la reprise de thème vers la fin, l’utilisation des instruments (les solos enchaînés de guitare par Paul, George puis John dans The End : étonnant de modernité ! ), tout concourt à faire de cet étourdissant tourbillon une des premières strucutres progressives jamais jouées. La conclusion orchestrale est une pure splendeur, achevant de clouer l’auditeur.

On reste pantois devant une telle unité d’ensemble, alors que le groupe était sur le point de se séparer, et en proie à de graves dissensions internes. Un tel accomplissement à la fin d’une carrière, et qui ouvre de nouveaux horizons musicaux, ne peut porter qu’un seul nom : chef d’œuvre.


Plus d'information sur



GROUPES PROCHES:
ALICE COOPER, KEVIN RIDLEY, THE HAPPY ENDINGS, RESEARCH TURTLES, THE SOURCE, MOJO FILTER, THE BRIMSTONE SOLAR RADIATION BAND , MOON SAFARI, LONNY ZIBLAT, PROCOL HARUM

LISTE DES PISTES:
01. Come Together - 04:21
02. Something - 03:03
03. Maxwell's Siver Hammer - 03:27
04. Oh ! Darling - 03:27
05. Octopus's Garden - 02:51
06. Want You (she's So Heavy) - 07:47
07. Here Comes The Sun - 03:06
08. Because - 02:46
09. You Never Give Me Your Money - 04:02
10. Sun King - 02:26
11. Mean Mr Mustard - 01:06
12. Polythene Pam - 01:13
13. She Came In Through The Bathroom Window - 01:58
14. Golden Slumbers - 01:32
15. Carry That Weight - 01:37
16. The End - 02:20
17. Her Majesty - 0:23

FORMATION:
George Harrison: Chant / Guitares
John Lennon: Chant / Guitares / Claviers
Paul McCartney: Chant / Basse / Claviers
Ringo Starr: Chant / Batterie
   
(3) AVIS DES LECTEURS    
PICSO
24/06/2011
208
  0 0  
5/5
Un des rares albums qui mérite le 10/10...
Précurseur...
Indispensable...
La plus grande réussite à mon sens du groupe, un album que tous les amateurs de musiques devraient posséder. L'émotion reste la même à chaque réécoute.

PASCALJ
26/05/2008
  0 0  
5/5
Incontournable, indispensable dans toute discothèque qui se respecte..
DEFNAEL
23/05/2008
  0 0  
5/5
Certainement le meilleurs disque du plus grand groupe de tout les temps. Absolument incontournable.
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
5/5 (4 avis)
STAFF:
4.7/5 (9 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
REVOLUTION : La musique des BEATLES le 23 octobre au Grand Rex
 
AUTRES CHRONIQUES
MIKE + THE MECHANICS: M6 (1999)
POP -
DIRE STRAITS: Dire Straits (1978)
ROCK - Premier album et énorme succès : Dire Straits marque le rock de son empreinte. Mythique !
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT THE BEATLES
THE-BEATLES_Let-It-Be
Let It Be (1970)
2/5
3/5
APPLE RECORDS / POP
THE-BEATLES_Yellow-Submarine
Yellow Submarine (1969)
2/5
2/5
EMI / POP
THE-BEATLES_The-Beatles
The Beatles (1968)
4/5
5/5
APPLE RECORDS / POP
THE-BEATLES_Magical-Mystery-Tour
Magical Mystery Tour (1967)
4/5
4.5/5
EMI / POP
THE-BEATLES_Sgt-Pepper-s-Lonely-Heart-Club-Ba
Sgt Pepper's Lonely Heart Club Band (1967)
5/5
5/5
CAPITOL / ROCK
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021