.
.
GROUPE/AUTEUR:

LA DESOOORDEN

(CHILI)

TITRE:
CIUDAD DE PAPEL (2008)
LABEL:
AUTOPRODUCTION
GENRE:
ROCK PROGRESSIF

"Couvrant un large spectre allant du R.I.O. à la fusion métallique, en passant par un prog plus traditionnel, Ciudad de Papel se révèle globalement plus furieux et "heavy" que son prédécesseur,"
TONYB - 28.05.2008 - (0) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
4/5
Une ville de papier … un papier qui serait forcément transparent et poreux, laissant filtrer une multitude d'influences musicales qui se retrouveraient concentrées, fusionnées dans les compositions de ce quatrième album des chiliens de La Desooorden.

La liste des instruments utilisés donne une première approche : aux côtés de la fanfare rock traditionnelle, on retrouve pêle-mêle un trio de saxos, un ocarina en écho, violon et ebow (une bière bien fraîche au lecteur qui trouve la traduction !), du didgeridoo, du trutuca (probablement un objet local !), une tronçonneuse (sic ! … à moins d'une erreur de traduction de ma part), auxquels mes oreilles y ajouteront de la guimbarde (lames vibrantes que l'on fait résonner dans la bouche). Cette liste digne d'un bazar de l'hôtel de ville local ne présente toutefois qu'une vision partielle du véritable melting-pot dans lequel nos sud-américains vont nous engloutir durant une grosse heure.

La première pièce va poser les bases de ce méli-mélo musical : après une ouverture au violon sur fond de basse et percussions tribales, les saxophones mélancoliques de Peter Pfeifer vont apporter une couleur sud-américaine, avant que la sauce ne monte progressivement par l'intermédiaire de guitares en fusion, opérant en alternance avec des parties chantées plus calmes. Ciudad de Papel nous entraîne ensuite dans un univers Crimsonien d'une noirceur absolue, avant que El Llamado del Totoral nous transporte dans le bush australien, didgeridoo et percussions tribales en tête.

Cet éclectisme va ainsi se poursuivre tout au long des 12 plages qui peuplent cet album, avec un petit détour par des sonorités "folkloriques" locales (Tralcao), ou encore un inattendu mais rafraîchissant La Voz del Ninos, qui vient fort à propos scinder l'album en deux en déroulant son chœur d'enfants aux sonorités naïves sobrement accompagnées au piano. Le chant en espagnol, parfois déclamé avec fureur, accompagne finalement plutôt bien le style (ou plutôt les styles) musical (aux) de La Desooorden et n'est en aucun cas un handicap (en-dehors de la non-compréhension des textes pour les non-hispanophones) dans la sonorité globale.

Couvrant un large spectre allant du R.I.O. à la fusion métallique, en passant par un prog plus traditionnel, Ciudad de Papel se révèle globalement plus furieux et "heavy" que son prédécesseur, La Isla De Los Muertos, mais également plus varié, offrant ainsi un intérêt supérieur. Rarement le terme de fusion n'aura été autant approprié pour décrire une musique : fusion de genres, de musiques du monde, de folklore local et de rock bigarré. Hormis 2 ou 3 longueurs et répétitions, cet album se révèle tout simplement enthousiasmant par bien des égards. Une véritable curiosité propre à ravir les amateurs de progressif de toute obédience, du R.I.O. au post-rock en passant par la palette complète des différentes tendances progressives.

Plus d'information sur http://www.desooorden.cl/



GROUPES PROCHES:
HOMINIDO

LISTE DES PISTES:
01. Fumarolas Del Alma (7:32)
02. Ciudad De Papel (6:56)
03. El Llamado Del Totoral (2:28)
04. El Gran Acuerdo (3:50)
05. Migraciones Eternas (7:23)
06. La Voz De Los Niños (2:50)
07. Acción Por Los Cisnes (6:51)
08. Tralcao (lugar De Truenos) (3:08)
09. Homínidos (historia De Seres Nerviosos) (3:51)
10. Los Trabajadores (6:12)
11. Esto No Es Un Juego (4:10)
12. Boletos Para Ir (6:40)


FORMATION:
Alfonso Banda: Guitares / Ebow (?)
Benjamin Ruz: Violon
Fernando Altamirano: Chant / Trutruca
Francisco Martin: Basse / Didgeridoo, Piano, Tronçonneuse (!)
Henry Veliz: Trompette
Karsten Contreras: Chant / Tambourin, Ocarina
Peter Pfeifer: Saxophones (soprano, ténor et baryton), Didgeridoo, trutruca
Rodrigo Gonzalez: Batterie


TAGS:
Fusion
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC LA DESOOORDEN
DERNIERE ACTUALITE
La Desooorden: El Andarín
Toutes les actualités sur LA DESOOORDEN
NOTES
4/5 (2 avis) 4/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
KIP WINGER: From the Moon To The Sun (2008)
ROCK
 
CHRONIQUE SUIVANTE
KALMAH: For The Revolution (2008)
DEATH METAL Après plusieurs écoutes cela fait un album incontournable pour les fans de CoB et de death mélodique en général.
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT LA DESOOORDEN
LA-DESOOORDEN_El-Andarin
El Andarin (2012)
4/5
4/5
AUTOPRODUCTION / ROCK PROGRESSIF
LA-DESOOORDEN_La-Isla-de-los-Muertos
La Isla de los Muertos (2007)
3/5
-/5
AUTOPRODUCTION / ROCK PROGRESSIF
LA-DESOOORDEN_La-Isla-de-los-Muertos
La Isla de los Muertos (2005)
3/5
-/5
AUTOPRODUCTION / ROCK PROGRESSIF
 
.
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020