GROUPE/AUTEUR:

MIKE OLDFIELD

(ROYAUME UNI)

TITRE:
HERGEST RIDGE (1974)
LABEL:
VIRGIN
GENRE:
ROCK PROGRESSIF

"Chef d'oeuvre pastoral ... le deuxième d'une longue série"
TONYB - 13.06.2008 - (2) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
5/5
A peine le temps de digérer le succès phénoménal et plutôt inattendu de Tubular Bells, et voilà Mike Oldfield de retour avec sa deuxième œuvre, au format similaire (2 longues suites) mais au contenu bien différent … quoique. Retiré dans une maison isolée proche du Pays de Galles pour fuir la pression liée au succès de son premier album, notre héros s'inspire cette fois-ci de son environnement campagnard, y compris dans le titre dévolu à cette deuxième galette, Hergest Ridge étant le nom d'un crête environnante.

Loin de la violence et de la multitude de thèmes présents dans Tubular Bells, Mike Oldfield nous propose ici une œuvre beaucoup plus calme, plus sereine, réduisant notamment le nombre de thèmes et prenant le temps de les répéter ad libitum. Ainsi, la première plage s'ouvre de manière un tantinet poussive, puis prend son rythme de croisière lors d'une longue montée en puissance de près de 8 minutes, portée par de splendides interventions à la trompette de Ted Hobart. Un second thème, tout aussi calme prend alors le relais, superbement introduit au hautbois. L'enchaînement avec la troisième phase de cette première partie a ensuite lieu après une nouvelle montée puissante associant la guitare et le glockenspiel. Ce dernier thème plus dynamique rappellera la séquence "présentation des instruments" de Tubular Bells, la mélodie s'enrichissant au fur et à mesure de nouveaux instruments, avant de culminer sur une intervention remarquable de … cloches tubulaires …

La seconde partie d'Hergest Ridge poursuit dans la même voie : une première partie à la mélodie paisible à la guitare sèche, accompagnée à l'orgue, et embarquant au fur et à mesure toutes sortes d'instruments à corde et à vent, avant l'intervention de vocalistes. Une nouvelle montée en volume permet ensuite d'introduire une seconde partie nettement plus dynamique et moderne (que l'on retrouve d'ailleurs en général sur les compilations). Celle-ci se présente tout d'abord sous la forme d'un air anodin, soutenu par un orgue à la rythmique saccadée, et débouchant sur un gigantesque chorus de guitares saturées superposées les unes aux autres (selon les sources, entre 50 et 90 !). 6 minutes dantesques d'un thème répétitif à souhait, que l'on trouvera (au choix) grandiose ou totalement rébarbatif. Après ce déluge auditif, une pause acoustique à la guitare permet à l'album de retrouver son caractère champêtre, avec un final accompagné par un orchestre à cordes, la musique s'achevant à la manière d'une boite à musique arrivée au bout de son mécanisme à ressort.

Peut-être moins immédiate que dans Tubular Bells et demandant plus d'attention, la musique d'Hergest Ridge n'en reste pas moins de toute beauté, déroulant calmement ses atmosphères et instaurant un climat propice à la rêverie, sans toutefois installer l'auditeur dans la torpeur grâce la deuxième partie se chargeant de réveiller les étourdis ! Après le succès phénoménal de son premier album, Mike Oldfield a réussi la gageure de continuer son incroyable parcours en évitant le piège de la redite, et ajoutant une deuxième pépite indispensable à son œuvre.

Plus d'information sur http://www.mikeoldfieldofficial.com/



GROUPES PROCHES:
GIORGIO C. NERI, KOMPENDIUM, ROBERT BERIAU, MOLECULE, MAGENTA, THE HEALING ROAD, BEN CRAVEN, WILLOWGLASS, XII ALFONSO, NATHAN MAHL

LISTE DES PISTES:
01. Part One - 21:40
02. Part Two - 18:51


FORMATION:
Chili Charles: Batterie
Clodagh Simmonds & Sally Oldfield: Choeurs
June Whiting & Lindsey Cooper: Hautbois
Mike Oldfield: Guitares / Basse / Claviers / ... et tous les instruments sauf ...
Orchestre à cordes et choeurs: dirigé par David Bedford
Ted Hobart: Trompette


TAGS:
Choeurs, Instrumental, Symphonique
 
 
(2) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
REALMEAN - 22/09/2010 -
0 0
4/5
Après Tubular Bells, nouvelle démonstration éclatante de Mike Oldfield. On reste dans la verve du premier album, mais de nouvelles facettes apparaissent ; l'auteur enfonce le clou, et installe son oeuvre dans une logique où le progressif n'a plus ni secret ni limite pour son inspiration: le fond et la forme s'entrecroisent tout au long de ce magnifique album, où Mike Oldfield jongle brillamment avec les sons, les rythmes, les atmosphères, les évocations tour à tour sereines, épiques, intimistes, tourmentées. Tout cela, au travers d'une incroyable cohérence musicale.
Le principe de l'album concept est sans aucun doute ce qui portera l'oeuvre de Mike Oldfield au plus haut niveau. Le principe est abandonné après Incantations (mais Mike Oldfield aura encore beaucoup de choses à nous dire), pour ressusciter brièvement en 90 avec un bel Amarok.

Tubular Bells II, Songs of Distant Earth, et Tubular Bells 2003 chercheront à ranimer la flamme de l'album concept, la couleur musicale apporte son liant, mais la construction segmentée avoue les limites du déguisement.
Pourtant, la magie fait encore mouche: 20 ans après l'excellent Tubular Bells, Songs of Distant Earth est un album qui m'a mis KO (pour moi, définitivement sans doute, l'un des meilleurs de Mike Oldfield).

BATRIC - 13/06/2008 -
0 0
5/5
Totalement d'accord avec Tonyb. On a ici un second chef-d'oeuvre de Mike Oldfield.

Ce Hergest Ridge constitue la seconde partie de ce que je considère personnellement comme la tétralogie de Mike Oldfield constituée par Tubular Bells, Hergest Ridge, Ommadawn et Incantations, tous splendides dans leur construction similaire mais leur ambiance chaque fois différente.

Hergest Ridge en est effectivement l'épisode champêtre, moins accessible à mon sens que Tubular Bells car pouvant paraître plat lors de la première écoute, voire agaçant sur ce passage très répétitif souligné par Tonyb.

Une oeuvre qui doit donc s'apprivoiser mais vers laquelle je reviens toujours avec bonheur.

Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC MIKE OLDFIELD
DERNIERE ACTUALITE
MIKE OLDFIELD: Return To Ommadawn
Toutes les actualités sur MIKE OLDFIELD
NOTES
4/5 (5 avis) 4.2/5 (6 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
SYMPHONY: Mind Reflections (2008)
METAL PROGRESSIF
 
CHRONIQUE SUIVANTE
JEREMY: Yesterday, Today and Forever (2007)
POP
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT MIKE OLDFIELD
MIKE-OLDFIELD_Return-To-Ommadawn
Return To Ommadawn (2017)
5/5
4.8/5
MERCURY / ROCK PROGRESSIF
MIKE-OLDFIELD_Man-On-The-Rocks
Man On The Rocks (2014)
3/5
3.3/5
VIRGIN / POP
MIKE-OLDFIELD_Tubular-Beats
Tubular Beats (2013)
1/5
-/5
EDEL / AUTRES
MIKE-OLDFIELD_Music-of-the-Spheres
Music of the Spheres (2008)
2/5
4/5
UNIVERSAL / ROCK PROGRESSIF
MIKE-OLDFIELD_Light--Shade
Light + Shade (2005)
1/5
4/5
MERCURY / AUTRES
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020