GROUPE/AUTEUR:

MIKE OLDFIELD

(ROYAUME UNI)

TITRE:
INCANTATIONS (1978)
LABEL:
VIRGIN
GENRE:
ROCK PROGRESSIF

""
TONYB - 17.09.2008 - (2) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
4/5
Après l'accouchement plus que compliqué d'Ommadawn, et toujours plongé dans la terrible dépression qui l'accompagne depuis le succès de Tubular Bells, Mike Oldfield se remet au travail et va une nouvelle fois déconcerter sa maison de disques et Richard Branson, en pondant une œuvre totalement anti-commerciale, couvrant 2 vinyles de l'époque. Découpées en 4 parties, ces Incantationsvont se révéler quelque peu indigestes au premier abord, Mike Oldfield prenant son temps en allongeant de manière parfois démesurée des thèmes rappelant pourtant dans la forme Ommadawn et Hergest Ridge.

Dans un climat général apaisé et d'apparence sereine, la première partie voit l'orchestre tenir le premier plan, les mélodies étant portées par la flûte ou la trompette, déroulant des thèmes pastoraux évoquant la campagne et le petit val au fond duquel coule une rivière. Quelques percussions et tambours cristallins viennent saupoudrer l'ensemble, tandis que les interventions de guitare du maître se font plutôt rares. Après 9 minutes pour le moins bucoliques, les instruments modernes reprennent le dessus, avec l'apparition des synthétiseurs et surtout de chœurs féminins qui marqueront la différence d'Incantations par rapport à ses prédécesseurs. Le premier thème reviendra enfin boucler cette première partie, qui se conclut toutefois en "eau de boudin".

La deuxième partie poursuit dans la même lignée, avec des arabesques de flûte et synthétiseurs en introduction, étirant jusqu'à plus soif son premier thème qui se termine de manière quasi évanescente. Puis, soutenu par des percussions aux accents tribaux, le vibraphone prend le relais et vient porter en beauté une mélodie chantée (là encore, une première dans l'œuvre de Mike Oldfield) par Sally Oldfield.

A mi-chemin de ce nouvel album, l'impression reste mitigée, partagée entre sonorités et thèmes magnifiques, mais un peu trop étirés en longueur, ce que la version ramassée plus dynamique proposée dans la tournée qui s'ensuivra, et que l'on retrouve sur le double Exposed, viendra corriger.

La troisième partie présente quant à elle une lignée plus dynamique, avec une guitare enjouée bien plus présente, assurant la majorité des mélodies et des soli, avec des montées et descentes de manche qui renvoient inévitablement à Ommadawn. Le vibraphone est toujours bien présent, donnant un parfait contrepoint aux sonorités électriques à la limite de la saturation délivrées par Mike Oldfield. La longue montée en puissance de cette plage est tout bonnement jubilatoire, avec un final symphonique qui rappelle les meilleurs moments d'Hergest Ridge.

Après cette avalanche de sonorités superposées, la quatrième partie redémarre en douceur, avant d'introduire un nouveau long thème répétitif au vibraphone, sur lequel finit par se poser la guitare qui entame alors une nouvelle montée en puissance, entraînant dans son sillage tout l'orchestre qui finit par fusionner à merveille avec les instruments modernes. Puis, une subite rupture annonce le dernier thème, toujours porté par le vibraphone sur lequel viennent se poser une dernière mélodie chantée, qui donnera des frissons à nombre d'auditeurs, rythmée par les coups de tambourins qui deviendront très caractéristiques dans les albums futurs de Mike Oldfield.

Parfaite synthèse de ses deux albums précédents, Incantations est une œuvre qu'il faut prendre le temps d'apprécier sur la durée. En-dehors des quelques longueurs relevées sur les 2 premières parties, nous sommes une nouvelle fois en face d'un véritable petit bijou de musicalité et d'orchestration, malheureusement pas toujours reconnu à sa juste valeur par les fans de Mike Oldfield.

Plus d'information sur http://www.mikeoldfieldofficial.com/



GROUPES PROCHES:
AETHER, MORILD, JOHANNES LULEY, PANDORA, GIORGIO C. NERI, KOMPENDIUM, TEMPUS FUGIT, ANTONIUS REX, ERIC VALLEY, ETERNAL WANDERERS

LISTE DES PISTES:
01. Part One - 19:08
02. Part Two - 19:36
03. Part Three - 16:58
04. Part Four - 17:01


FORMATION:
Sally Oldfield & The Queens College Girls Choir: Voix et Choeurs
David Bedford: Orchestrations
Jabula: Percussions africaines
Maddy Prior: Voix et Choeurs
Mike Laird: Trompette
Mike Oldfield: Guitares / Basse / Claviers / Tous les instruments sauf ...
Pierre Moerlen: Batterie / Vibraphone
Terry Oldfield & Sebastian Bell: Flûtes


TAGS:
Choeurs, Instrumental, Symphonique
 
 
(2) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
REALMEAN - 22/09/2010 -
0 0
3/5
Mike Oldfield est prudent: cet album (très beau lui aussi) intervient après que ses preuves soient faites, s'agissant de sa maîtrise des longues tirades progressives.
Après Tubular Bells, Hergest Ridge et Ommadawn, comment refuser d'accueillir ce nouvel opus, à priori de la même trempe ?
Cette fois, on semble être invité à s'installer plus confortablement dans le fauteuil faisant face à la hifi; c'est comme si le maestro nous disait, "vous savez que ma musique est une et indivisible, je vous l'ai montré, cette fois-ci encore j'ai des choses à vous dire, mais j'aimerais que vous preniez le temps de vous plonger plus longuement dans cette nouvelle aventure musicale".
Pour moi, néanmoins, le projet est une demi-réussite. Bien sûr, on assiste une nouvelle fois à l'étonnante puissance créative de cet auteur. L'adoption des choeurs féminins est une nouveauté, et se révèle plutôt bien réussie. Au fond, il n'y a pas grand-chose à reprocher à cet album... si ce n'est ses longueurs.
On a le choix: soit on considère que l'extraction complète de la "substantifique moëlle" y est conditionnée, soit on estime que l'usage de cette doctrine répétitive a été poussée inutilement loin.
Incantations aurait pour ma part certainement eu le même impact que ses prédécesseurs de la même lignée, si les 4 volets avaient été condensés en 2, pour une durée un peu plus courte.
En l'état, si Mike Oldfield avait commencé par là en 73, à la place de Tubular Bells, les débuts auraient pu être plus difficiles.
Reste qu'il faut, quoi qu'il en soit, disposer de cet album dans sa collection, si l'on est proche de Tubular Bells et des suivants.

ALADDIN_SANE - 25/08/2009 -
0 0
5/5
L'album de Mike Oldfield qui m'a le plus marqué avec "Amarok". Une oeuvre qui prend son temps et dont les véritables influences sont plus à chercher dans la musique contemporaine (et notamment le courant "minimaliste") que dans le rock progressif des 70's finalement.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC MIKE OLDFIELD
DERNIERE ACTUALITE
MIKE OLDFIELD: Return To Ommadawn
Toutes les actualités sur MIKE OLDFIELD
NOTES
4/5 (4 avis) 4/5 (5 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
PURE INC.: Parasites And Worms (2008)
HARD ROCK
 
CHRONIQUE SUIVANTE
DRAUTRAN: Throne Of The Depths (2007)
BLACK METAL
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT MIKE OLDFIELD
MIKE-OLDFIELD_Return-To-Ommadawn
Return To Ommadawn (2017)
5/5
4.8/5
MERCURY / ROCK PROGRESSIF
MIKE-OLDFIELD_Man-On-The-Rocks
Man On The Rocks (2014)
3/5
3.3/5
VIRGIN / POP
MIKE-OLDFIELD_Tubular-Beats
Tubular Beats (2013)
1/5
-/5
EDEL / AUTRES
MIKE-OLDFIELD_Music-of-the-Spheres
Music of the Spheres (2008)
2/5
4/5
UNIVERSAL / ROCK PROGRESSIF
MIKE-OLDFIELD_Light--Shade
Light + Shade (2005)
1/5
4/5
MERCURY / AUTRES
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020