ARTISTE:

FISH

(ROYAUME UNI)
TITRE:

SUNSETS ON EMPIRE

(1997)
LABEL:

CHOCOLATE FROG

GENRE:

ROCK PROGRESSIF

TAGS:
Groovy
""
TORPEDO (29.08.2003)  
3/5
(2) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Ce nouvel album de Fish paraît en 1997, soit trois ans après Suits et aussi après deux très belles compilations, Yin et Yang, parues en 1995.

Suits avait été l’album d’un certain retour en forme pour Fish après un début de décennie très difficile. Cet album paraît sur le propre label de Fish, Dick Bros records que le chanteur a crée pour échapper aux problèmes avec les gros labels. Si l’initiative est excellente, elle rend ce disque difficile à dénicher.

Pour ce Sunset of empire, Fish fait appel au génial Steven Wilson (Porcupine Tree) pour l’épauler. Celui-ci produit le disque, s’occupe de la guitare, des claviers et contribue à l’écriture de plusieurs titres.

Ce quatrième album du géant écossais est un véritable festival d’ambiances. On trouve du bon rock aux guitares assez acérées sur « The Perception of Johnny Punter ». Sur Goldfih and clowns, on remarquera particulièrement le superbe travail à la guitare de Robin Boult et Frank Usher, deux excellents techniciens.

Avec « Sunsets On Empire » Fish s’ouvre à des sonorités plus modernes en s’éloignant du progressif. On peut citer par exemple Jungle ride aux sonorités arabisantes et son coté groovy. Cet aspect se retrouve d’ailleurs sur la plupart des titres. N’oublions pas la fameuse ballade, « Tara », remplie d’émotions.

Fish réalise ainsi un remarquable album, très riche et nécessitant plusieurs écoutes pour en saisir toutes les subtilités. En réunissant autour de lui une solide équipe il s’est permis de tenter toutes les expériences qu’il souhaitait. On ne peut donc que saluer ce retour presque inespéré et louer aussi le talent de Steven Wilson, semblant être à l’origine de cette renaissance.


Plus d'information sur https://www.facebook.com/derek.dick/





LISTE DES PISTES:
01. The Perception of Johnny Punte
02. Goldfish And Clowns
03. Change Of Heart
04. What Colour Is God
05. Jungle Ride
06. Worm In A Bottle
07. Brother 52
08. Sunsets on Empire
09. Say It With Flowers
10. Do Not Walk Ouside This Area

FORMATION:
Dave Stewart: Batterie
Ewen Vernal: Basse
Fish: Chant
Foss Patterson: Claviers
Steve Wilson: Guitares / Claviers
   
(2) AVIS DES LECTEURS    
REALMEAN
14/12/2016
  0 0  
3/5
Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’album ne respire pas la romance et la poésie. Fish y déploie un bilan sociétal et humain proprement désespéré (les paroles de 'The perception of Johnny Punter' et de 'Jungle Ride' sont particulièrement âpres et torturées), s’abandonne au nihilisme ('Goldfish & Clowns' remet en question la différence entre valeurs ou entités contraires), dépasse les tabous (« I left on a nightly surfing run to a cybersex site in Chile »), ou encore s’enfonce dans les sombres méandres de l’auto-dépréciation ou de la solitude (en parcourant les paroles de 'Worm in a bottle' par exemple, on prend toute la mesure de la dérision dépressive véhiculée par son « Happy birthday to me ! »). On ne rigole pas beaucoup avec un tel programme, mais il faut lui reconnaître la liberté qui est la sienne, et qui lui permet de maintenir l’auditeur en éveil.
Musicalement, "Sunsets..." nous embarque sur une mauvaise piste, de prime abord : celle de "Suits", qui délaissait toute inspiration progressive, au profit d’un formatage rock FM lourdement plombé de mises en boucle indigestes. Comme le dit la chronique, cette impression se dissipe sensiblement au fil des écoutes, à la condition de parvenir à saisir le pouvoir hypnotique de cet album au cœur même de ses gimmick rédhibitoires et lancinants. Le symptôme et sa contre-réaction se répètent sur plusieurs morceaux. 'The perception of Johnny Punter' semble primaire et beaucoup trop long, avant la détection de la montée en puissance de ses nappes de violon et du contre-point vocal injecté par les chœurs, qui finissent par s’installer durablement dans l’oreille. 'Goldfish and Clowns' commence par irriter avec le martellement de son « What is the difference », jusqu’au moment où l’agacement se change en force persuasive, appuyée de l’imperturbable ré du piano qui semble triompher à lui seul de la déferlante rock qui domine pourtant la dorsale de la composition. La méthode est semblable avec 'What colour is God', avec des percussions tribales qui prennent la place du piano, et bien que diluées au fur et à mesure que l’instrumentation rock gagne du terrain, parvenant à maintenir une emprise obnubilante jusqu’au bout du morceau. 'Jungle Ride', qui n’est peut-être pas la pièce maîtresse de l’album mais qui prend toute sa place dans cette logique d’accroche à retardement, démarre sur la même ambiance, et paraît bien répétitif à la première écoute. Finalement, c’est son refrain minimaliste (on dirait qu’il en manque une moitié) qui aura raison de la lassitude initiale. Le constat est encore plus déstabilisant avec 'Brother 52', qui pour sa part continue à irriter mes oreilles, et dont je surprends l’austérité, hors audition, à venir taquiner la mémoire du cortex avec son « tattoo, tattoo, tattoo, brother fifty-two ».
Avec ses guitares saturées en permanence, le chant criard de Fish, ses phrasés de rock spartiate voire primate - que le déploiement et les efforts de 3 ballades ne parviendront pas à compenser, cet album n’a pas l’assise nécessaire pour inverser radicalement la pente savonneuse sur laquelle "Suits" s’était laissé glisser sans retenue. Mais avec son insidieuse capacité à faire muter ses faiblesses en atouts, il est difficile de renoncer à lui accorder une place utile dans la discographie. Il s’approche sans doute de près de la catégorie des vrais faux mauvais albums.

DAVID
21/08/2007
175
  0 0  
2/5
C'est le 1er album de Fish où il abandonne complètement le son Marillion (il y en avait encore sur les albums précédents).
Malgré quelques titres bien cool (Brother 52, Johnny Punter) et la superbe pièce épique (Jungle ride), le reste de l'album est assez lourd à digérer avec un peu trop de ballades. La période "adult rock" de Fish n'est pas celle que je préfère.

Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
3.5/5 (6 avis)
STAFF:
2.9/5 (9 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
FISH: Les détails sur le nouvel album
DERNIER ARTICLE
Fish + PYT Chez Paulette (54) le 02 Novembre 2013
Fish s'est arrêté Chez Paulette (54) dans le cadre de la tournée pour promouvoir son dernier album. Retour sur une soirée où la déception fût malheureusement présente.
DERNIERE INTERVIEW
FISH (04 NOVEMBRE 2013)
A quelques minutes de son entrée son scène pour son concert parisien, Music Waves a rencontré Fish pour un bref tour d'horizon de sa carrière mais surtout faire le point sur son actualité brûlante, l'album "A Feast Of Consequences"...
 
AUTRES CHRONIQUES
EXPLORER'S CLUB: Age Of Impact (1998)
METAL PROGRESSIF -
FISH: Raingods With Zippos (1999)
ROCK PROGRESSIF - Fish (ex marillion) a réussi avec talent à se renouveler et à nous proposer un album à fleur de peau, exceptionnel de la première à la dernière piste.
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT FISH
FISH_Weltschmerz
Weltschmerz (2020)
4/5
4.6/5
AUTRE LABEL / ROCK PROGRESSIF
FISH_A-Feast-Of-Consequences
A Feast Of Consequences (2013)
5/5
3.8/5
AUTOPRODUCTION / ROCK PROGRESSIF
FISH_13th-Star
13th Star (2007)
4/5
3.8/5
CHOCOLATE FROG / ROCK PROGRESSIF
FISH_Field-Of-Crows
Field Of Crows (2004)
3/5
3.3/5
CHOCOLATE FROG / ROCK
FISH_Fellini-Days
Fellini Days (2001)
2/5
2.7/5
CHOCOLATE FROG / ROCK PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021