ARTISTE:

POISON

(ETATS UNIS)
TITRE:

NATIVE TONGUE

(1993)
LABEL:

CAPITOL

GENRE:

HARD ROCK

TAGS:
Bluesy, FM
""
LOLOCELTIC (18.07.2008)  
4/5
(2) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Après 3 albums au succès croissant, Poison tutoie les sommets du star-system. Et comme souvent dans ce cas, certains membres ne résistent pas à la pression inhérente à ce statut. C’est le cas du guitariste CC DeVille qui est devenu complètement dépendant aux drogues dures. Son état général s’en ressentant fortement, il est remplacé par le virtuose Richie Kotzen pour une période indéterminée, le temps qu’il revienne de cet enfer. Ces évènements, ainsi que la personnalité du nouveau venu accélèrent l’évolution déjà entrevue sur « Flesh & Blood », le précédent opus des glammers venimeux.

En effet, en plus d’une technique nettement supérieure à celle de son prédécesseur, le petit génie de la 6 cordes participe activement à la composition de l’album et y intègre son identité à base de blues et de funk. Et ces nouveaux ingrédients se mêlent parfaitement au style du groupe qui avait déjà avancé sur cette voie sur son précédent album. Le côté bluesy reste dominant, mais un dosage plus funky est à l’origine de quelques brûlots tels que « Bring It Home » où Richie fait également étalage de ses talents vocaux en soutien de Bret Michaels, ou « Ain’t That The Truth », titre particulièrement catchy.

L’autre principale évolution du groupe se trouve au niveau des sujets des morceaux où seul les néanmoins très réussis « Body Talk » au titre évocateur ou « Strike Up The Band », laissent encore place à l’esprit festif et insouciant typique des débuts de Poison. Le reste des thèmes abordés est beaucoup plus sérieux.
Le puissant « The Scream », introduit par le titre éponyme, tribal et instrumental, ou l’hymne « Stand », renforcé par des chœurs gospels traitent de l’injustice. La magnifique ballade bluesy « Until You Suffer Some (Fire And Ice) » ou l’entraînant « 7 Days Over You », renforcé par un piano sautillant et des cuivres puissants, viennent rappeler que les relations sentimentales peuvent également déboucher sur des peines de cœur. D'autre part, la situation de CC DeVille sert de base à un cinglant « Stay Alive », ainsi qu’à « Theater Of The Soul », déchirante ballade à laquelle nous pourrions cependant reprocher une trop forte ressemblance avec le tube « Something To Believe In » du précédent album.
Enfin, il serait dommage de ne pas citer le dernier titre de ce « Native Son » : « Bastard Son Of A Thousand Blues ». Comme son nom l’indique, ce blues survitaminé est également le siège d’une jam déchaînée alternant les solos de piano, d’harmonica et de guitare. Un moment de pur bonheur pour les amateurs du genre.

Bien que s’éloignant de son style de prédilection, Poison nous offre donc un nouveau chef d’œuvre, plus mature et plus abouti, et surtout, bénéficiant des riffs et des solos d’un guitariste hors paire. Ce dernier donne une envergure supplémentaire à chacun des 15 titres qui ne souffrent d’aucun temps mort. Malheureusement, même s’il se vendit à plus d’un million d’exemplaires à travers le monde, ce petit bijou ne trouva jamais réellement son public, tout en déboussolant une partie des fidèles de la première heure.
Il n’en reste pas moins le magnifique témoignage d’une collaboration artistiquement réussie, même si elle se finit en queue de poisson. En effet, Richie Kotzen fût promptement exclu du groupe après que les autres membres aient découvert qu’il avait une liaison avec la petite amie de l’époque du batteur Rikki Rockett. Autant dire que, si cet album est d’une classe supérieure, cette conclusion n’en est pas de même.


Plus d'information sur http://www.poisonweb.com





LISTE DES PISTES:
01. Native Tongue - 1:01
02. The Scream - 3:49
03. Stand - 5:15
04. Stay Alive - 4:23
05. Until You Suffer Some (Fire And Ice) - 4:14
06. Body Talk - 4:01
07. Bring It Home - 3:55
08. 7 Days Over You - 4:13
09. Richie's Acoustic Thang - 0:56
10. Ain't That The Truth - 3:25
11. Theatre Of The Soul - 4:41
12. Strike Up The Band - 4:15
13. Ride Child Ride - 3:53
14. Blind Faith - 3:32
15. Bastard Son Of A Thousand Blues - 4:57

FORMATION:
Bobby Dall: Basse / Claviers
Bret Michaels: Chant / Guitares / Harmonica
Richie Kotzen: Guitares
Rikki Rockett: Batterie
   
(2) AVIS DES LECTEURS    
IS93000
04/11/2015
224
  0 0  
5/5
Avec cet album, Poison passe du hard melodique assez classique mais bien senti des albums précédents au stade de groupe culte. L'arrivée de kotzen apporte un son très bluesy, gras, sombre et terriblement inspiré. Une vaie surprise à l'époque de sa sortie... cultissime.
NEKTAR07
19/07/2008
60
  0 0  
5/5
Vraiment le meilleur Poison , c'est certain, les fans des premières heures seront déboussolés mais le niveau technique est fabuleux, ça swingue fort et les chansons sont soutenues par des riffs du meilleur niveau. A acheter d'urgence . Si vous n'en voulez qu' un, prenez celui la.
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
4.3/5 (3 avis)
STAFF:
3.3/5 (3 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
BRET MICHAELS : Nouvelle vidéo
 
AUTRES CHRONIQUES
MICHAEL KISKE: Past In Different Ways (2008)
POP -
URIAH HEEP: Look At Yourself (1971)
HARD ROCK -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT POISON
POISON_Poison-d
Poison'd! (2007)
4/5
4/5
EMI / HARD ROCK
POISON_Hollyweird
Hollyweird (2002)
3/5
3/5
CYANIDE / HARD ROCK
POISON_Crack-A-Smile--And-More-
Crack A Smile... And More ! (2000)
3/5
2/5
CAPITOL / HARD ROCK
POISON_Power-To-The-People
Power To The People (2000)
2/5
2/5
CYANIDE / HARD ROCK
POISON_Flesh--Blood
Flesh & Blood (1990)
4/5
3.8/5
CAPITOL / HARD ROCK
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021