GROUPE/AUTEUR:

DAVID LEE ROTH

(ETATS UNIS)

TITRE:
EAT'EM AND SMILE (1986)
LABEL:
WARNER
GENRE:
HARD ROCK

""
STRUCK - 31.07.2008 - (2) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
5/5
1984, Van Halen sort son album du même nom, dernier opus de l’ère David Lee Roth.
Au moment où le groupe n’a jamais été aussi populaire, au moment où les clips du combo tournent sans discontinuer sur un MTV naissant, David Lee Roth au sortir de la tournée triomphale « 1984 » rêve de cinéma et de carrière solo. Ce dernier souhait se concrétise avec le mini-Ep de 4 reprises « Crazy From The Heat » couronné de succès et d’un disque de platine aux USA. C’est la goutte de whisky en trop pour Eddie Van Halen… Les deux égos surdimensionnés du groupe se séparent donc en 1985 à coup de déclarations biens senties.

Las d’avoir subi le dictat d’Eddie Van Halen -monsieur clavier de « 1984 »- Diamond Dave se lance définitivement dans une aventure solo qui débute en 1986 avec l’album « Eat’Em and Smile » pour lequel il s’adjoint les services de Gregg Bissonnette à la batterie, Billy Sheehan à la basse et surtout le petit génie de la six-cordes découvert par Frank Zappa, Steve Vai. Un line-up alléchant qui s’avérera un line-up de rêve au regard de l’évolution de la carrière respective de chacun des membres.

C’est sous cette forme, et sous la houlette de la patte experte du producteur historique de Van Halen, Ted Templeman, que le charismatique David Lee Roth se présente à ses fans avec un « Eat’Em and Smile » aussi barré que la pochette le suggère. Album qui débute par une discussion entre Diamond Dave et Steve Vai par guitare interposée à la façon d’un Peter Frampton qui enchaîne sur un « Yankee Rose » endiablé. Endiablé, le terme est parfaitement trouvé pour ce brûlot de 10 titres dans la continuité des productions van haleniennes avec la Diamond Dave’s touch qui consiste à saupoudrer ses influences hard-rock de références diverses très sixties comme pour mieux se rappeler au souvenir de ceux qui ont encensé le mini-EP sorti une année auparavant !

C’est ainsi que l’auditeur se brûlera les esgourdes au contact du désormais incontournable « Shy Boy » éclaboussé de toute la classe de Steve Vai et de son compère Billy Sheehan suivi d’un « I’m Easy » où Diamond Dave se fait crooner. Dans le même état d’esprit, nous citerons « Elephant Gun » dans lequel l’éblouissant couple Vai/Sheehan brille par sa furieuse technicité et le final bluesy « That’s Life » faisant taire pour l’occasion les détracteurs d’un Steve Vai considéré comme étant uniquement un froid shredder incapable de partager ses émotions.

Et c’est là que réside toute la puissance de ce « Eat’Em and Smile » terriblement addictif, véritable patchwork alternant titres hard rock accrocheurs aux soli encore encensés par les maîtres du genre (« Big Trouble »), tantôt doux et envoûtants (« Ladie’s Nite In Buffalo ? »), rock’n'roll old-school (« Tobacco Road ») et titres sonnant très 60’s (« I’m Easy », « That’s Life ») dans lesquels l’organe de David Lee Roth prouve qu’il peut officier dans n’importe quel de ces styles diamétralement opposés.

Au final, « Eat’Em and Smile » est un album fou dans son éclectisme qui s’avère être un incontournable dans toute discographie hard-rock qui se respecte au même titre que le petit frère qui le suivra deux années plus tard mais ceci est une autre histoire… En attendant, prenez donc ces 10 tubes « mangez-les et souriez »…

Plus d'information sur http://www.diamonddavidleeroth.com/



GROUPES PROCHES:
STEVE VAI, VAN HALEN

LISTE DES PISTES:
01. Yankee Rose
02. Shy Boy
03. I'm Easy
04. Ladie's Night In Buffalo
05. Goin' Crazy!
06. Tobacco Road
07. Elephant Gun
08. Big Trouble
09. Bump And Grind
10. That's Life


FORMATION:
Billy Sheehan: Basse
David Lee Roth: Chant
Gregg Bissonnette: Batterie
Steve Vai: Guitares


TAGS:
Chant aigu, Chant éraillé, Accessible / FM, Bluesy, Happy / Délirant
 
 
(2) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
NESTOR - 03/06/2009 -
0 0
5/5
Le disque d'une époque révolue ?
Juste après avoir quitté Van Halen et son Big Rock "larger than life", Diamond Dave décide de pousser le bouchon encore plus loin.
Plus de démesure, plus de guitares, plus de basses, plus de folie, plus d'insouciance...
Et le résultat est magnifique, la réussite flagrante et incontournable.
Dès les premières notes, la guitare de Steve Vai danse avec la voix chaude de David Lee Roth, et est relayée par la basse de Billy Shehan : énorme.
Le disque est varié, bourré d'humour, gorgé de démonstrations instrumentales...
Sans pour autant sombrer un seul moment dans l'ennui.
Là où les tentatives de diversification de Van Halen ont parfois été maladroites, ici on ne trouve aucune faute de goût.
Reste a svoir si David Lee Roth est un génie où quelqu'un qui a don de s'entourer de génies ?
Peu importe, "Eat'em & Smile" doit être tout sauf un sujet de réflexion.
C'est un disque à écouter sans arrières pensées, au volant d'un décapotable qui roule vers la plage : l'image d'une époque révolue.

ZOSO - 04/12/2008 -
0 0
5/5
J'ai acheté impulsivement l'album suite à cette chronique, et je dois dire que je n'ai pas été déçu. Les dix titres présentés ici sont comme dix gorgées d'eau fraiche dans le désert. Vai est incomparable, Sheehan est impressionnant et pourtant discret, et toutes les compos dégagent une fraicheur et une inspiration brute qui fait que, depuis que j'ai fait son acquisition, il n'a pas encore quitté ma chaine...

Le coup de cœur quoi !

Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC DAVID LEE ROTH
DERNIERE ACTUALITE
DAVID LEE ROTH: Greatest Hits/the Deluxe Edition
Toutes les actualités sur DAVID LEE ROTH
NOTES
4.5/5 (4 avis) 4.3/5 (9 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
PEARL JAM : Ten (1991)
GRUNGE
 
CHRONIQUE SUIVANTE
SLAYER: Show No Mercy (1983)
THRASH
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT DAVID LEE ROTH
DAVID-LEE-ROTH_Diamond-Dave
Diamond Dave (2003)
2/5
-/5
MAGNA CARTA / ROCK
DAVID-LEE-ROTH_DLR-Band
DLR Band (1998)
3/5
4/5
AUTRE LABEL / HARD ROCK
DAVID-LEE-ROTH_Your-Filthy-Little-Mouth
Your Filthy Little Mouth (1994)
3/5
3/5
REPRISE / HARD ROCK
DAVID-LEE-ROTH_A-Little-Ain-t-Enough
A Little Ain't Enough (1991)
4/5
3/5
WARNER / HARD ROCK
DAVID-LEE-ROTH_Skyscraper
Skyscraper (1988)
5/5
4.5/5
WARNER / HARD ROCK
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020