GROUPE/AUTEUR:

MIKE OLDFIELD

(ROYAUME UNI)

TITRE:
CRISES (1983)
LABEL:
VIRGIN
GENRE:
ROCK PROGRESSIF

""
TONYB - 10.12.2008 - (1) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
4/5
Je me suis toujours posé la question de savoir pourquoi, à un moment donné ou à un autre, un artiste voyait soudain son existence chamboulée grâce à un titre, et surtout pourquoi une chanson précise parvenait à connaître un succès planétaire ? Pour Mike Oldfield, la réponse tient en deux événements : tout d'abord, la B.O. du film l'Exorciste, popularisant au-delà du vraisemblable un Tubular Bells qui n'en avait guère besoin (et ce malgré une apparition presque furtive du thème principal dans le film). Et puis, en 1983, LE titre qui allait passer son compositeur et son interprète, Maggie Reilly, à la postérité, j'ai nommé le toujours diffusé Moonlight Shadow. Une mélodie qui cramponne l'oreille, des arrangements simples mais qui font mouche, le solo de guitare qui va bien et puis … et puis peut-être un peu de chance !

Mais résumer Crises à ce seul titre serait vraiment réducteur, et surtout bien peu accrocheur pour les fans de la première heure (et les amateurs de progressif tiens donc).Dans la lignée de Fives Miles Out, Mike Oldfield est cette fois entouré d'un véritable groupe, les parties vocales étant portées principalement par Maggie Reilly, avec toutefois deux invités prestigieux dont nous reparlerons.

La "première face" de l'album propose à nouveau une plage longue, très longue, aux sonorités très synthétiques, et soutenue par un Simon Philips en état de grâce derrière ses fûts. Mike Oldfield modernise son propos, écartant notamment les passages celtisant et les interventions vocales féminines de Taurus II, pour tricoter une pièce un tantinet répétitive, la faute à des thèmes étirés et une coloration trop synthétique. L'ensemble s'écoute néanmoins de bout en bout sans lassitude, mais on ne retrouve pas l'étincelle qui permettrait de faire décoller l'ensemble.

La deuxième face est résolument pop, bien ancrée dans son époque, et présente une suite de chansons de qualité inégale. Aux côtés du tube intergalactique dont il fut question précédemment, nous retrouvons un instrumental mettant en valeur la dextérité du maître de la 6 cordes, mais bizarrement dénommé Taurus III et ne comportant aucun lien de parenté avec ses deux illustres prédécesseurs … quant à son intérêt … passons.
Maggie Reilly, outre sa performance dans Moonlight Shadow, est également créditée sur une Foreign Affair, petite bluette à la mélodie harmonieuse mais tournant rapidement en rond. Et dire que cette chanson a été reprise quelques années plus tard par une chanteuse française dont on a rapidement oublié le nom !
Heureusement, deux guest-stars viennent relever le niveau de cette deuxième partie d'album : Jon Anderson tout d'abord, qui vient prêter sa voix en or sur un In High Places subtil et délicat (et en tout cas bien mieux réussi que la deuxième collaboration entre les deux hommes qui accouchera plus tard d'un Shine à oublier). Et puis, le meilleur pour la fin, avec la prestation homérique du désormais regretté Roger Chapman, qui déboule comme un furieux pour un Shadow on the Wall absolument dantesque (et dont je conseille vivement la version allongée présente sur la compilation The Complete), mariage entre l'électricité maîtrisée de la guitare et la voix éraillée/saturée du bonhomme : une vraie réussite !

Album un peu court, coincé entre les deux chef-d'œuvre que sont Fives Miles Out et Discovery, Crises reste néanmoins un bien bel album, desservi toutefois par quelques écarts de qualité et surtout éclipsé par la renommée incroyable de "l' ombre de son clair de lune".

Plus d'information sur http://www.mikeoldfieldofficial.com/



GROUPES PROCHES:
EUREKA, MOLECULE, TAURUS, US, QUORUM, MORILD, TEMPUS FUGIT, NATHAN MAHL, ANTONIUS REX, KOMPENDIUM

LISTE DES PISTES:
01. Crises - 20:53
02. Moonlight Shadow - 3:38
03. In High Places - 3:34
04. Foreign Affair - 3:52
05. Taurus 3 - 2:26
06. Shadow On The Wall - 3:10


FORMATION:
Ant : Guitares
Jon Anderson: Chant
Maggie Reilly: Chant
Mike Oldfield: Chant / Guitares / Basse / Claviers
Phil Spalding: Basse
Pierre Moerlen: Vibraphone
Rick Fenn: Guitares
Roger Chapman: Chant
Simon Phillips: Batterie


TAGS:
Chant féminin
 
 
(1) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
REALMEAN - 24/09/2010 -
0 0
3/5
La chronique me semble analyser très justement ce Crises, un album s'inscrivant dans la suite de la lignée musicale Oldfieldienne depuis la sortie de Platinum: un premier titre assez long, réunissant des élans progressifs et des tendances pop ou rock, suivi d'un certain nombre de pièces plus courtes, aux couleurs variées.

Pour Crises, je placerais bien la barre à 7,5/10, presque 8, mais pas tout à fait.
Le morceau éponyme, bien que talentueux, variant les rythmes et les styles avec le brio habituel de Mike Oldfield, souffre quelque peu en effet de sa tonalité un brin (trop) synthétique. Il est par ailleurs davantage "prévisible", moins audacieux qu'un Platinum sur l'album du même nom, ou qu'un Taurus II sur Five Miles Out.

En revanche, le reste est brillant, sans être exceptionnel toutefois; il n'y a pas vraiment de "creux de la vague", comme c'est le cas à mon sens sur Five Miles Out.
Moonlight Shadow est LE morceau de Mike Oldfield que tout le monde connait, trop commercial diront certains, mais quelle énergie, quelle mélodie ! une fraîcheur intemporelle s'en dégage.
In high places, Foreign affair, et les suivants également apportent chacun leur pierre à l'édifice. Chacun trouve sa place, tout en défendant sa propre originalité.

L'utilité de Taurus III ? élémentaire, mon cher Watson: sa clôture est essentielle pour introduire Shadow on the Wall, de manière percutante ! ;-)

Même petit reproche, toutefois, à Shadow on the Wall qu'à Five miles out, l'éponyme de l'album précédent: j'aurais aimé un développement plus conséquent. Il y avait sans doute moyen de prolonger un peu ce rocker de Shadow, et de lui trouver pour final autre chose qu'un banal fade out.

En tout cas, du bon Mike Oldfield, presque très bon !

Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC MIKE OLDFIELD
DERNIERE ACTUALITE
MIKE OLDFIELD: Return To Ommadawn
Toutes les actualités sur MIKE OLDFIELD
NOTES
3/5 (3 avis) 3.6/5 (8 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
FUNERAL FOR A FRIEND: Memory And Humanity (2008)
POP Ce « Memory and Humanity » est trop lisse, sans véritable âme en fait et pourrait s'apparenter à un met qui manquerait d’odeurs et de saveurs
 
CHRONIQUE SUIVANTE
KEITH EMERSON BAND: Keith Emerson Band Featuring Marc Bonilla (2008)
ROCK PROGRESSIF
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT MIKE OLDFIELD
MIKE-OLDFIELD_Return-To-Ommadawn
Return To Ommadawn (2017)
5/5
4.8/5
MERCURY / ROCK PROGRESSIF
MIKE-OLDFIELD_Man-On-The-Rocks
Man On The Rocks (2014)
3/5
3.3/5
VIRGIN / POP
MIKE-OLDFIELD_Tubular-Beats
Tubular Beats (2013)
1/5
-/5
EDEL / AUTRES
MIKE-OLDFIELD_Music-of-the-Spheres
Music of the Spheres (2008)
2/5
4/5
UNIVERSAL / ROCK PROGRESSIF
MIKE-OLDFIELD_Light--Shade
Light + Shade (2005)
1/5
4/5
MERCURY / AUTRES
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020