GROUPE/AUTEUR:

MIKE OLDFIELD

(ROYAUME UNI)

TITRE:
DISCOVERY (1984)
LABEL:
VIRGIN
GENRE:
POP

""
TONYB - 05.12.2008 - (3) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
5/5
Après le succès plus que conséquent de Crises, dû en grande partie au tubesque Moonlight Shadow, Mike Oldfield se retire au calme dans les Alpes suisses dominant le Lac Léman pour poursuivre sa route vers une mutation pop/rock affirmée.
Avec une formation resserrée autour de lui-même et de ses deux chanteurs, avec le seul Simon Philips derrière les fûts comme intervenant extérieur, Mike Oldfield nous délivre un album au format similaire (dans la durée des titres) à QE2, le morceau long étant cette fois positionné en fin d'album.

A tout seigneur tout honneur, The Lake va achever Discovery de façon instrumentale, déroulant ses différents thèmes de manière assagie, en totale harmonie avec les panoramas grandioses visibles depuis le studio d'enregistrement. Ecouter ce morceau, c'est se transporter par l'esprit sur les hauteurs du Léman, et se laisser gagner par la majestuosité du site, tiraillé entre les eaux paisibles du lac et les sommets aux ombres inquiétantes qui l'entourent. Mais avant d'en arriver à cette forme de plénitude, l'auditeur aura tout d'abord reçu, telle une enfilade de perles, sept chansons d'une qualité tout bonnement exceptionnelle.

Les cinq premières, composant à l'époque la première face du vinyle, s'enchaînent avec une évidence telle qu'il m'est encore aujourd'hui difficile d'en écouter une sans immédiatement attendre la suivante. Arghh ! Cruelle déception quand LA station de radio pop/rock programme encore aujourd'hui de manière quasi-quotidienne le lumineux To France, et qu'à la place du majestueux Poison Arrows est ensuite diffusé un jingle ! Ces cinq premières plages en arriveraient presque à former une suite conceptuelle tant leur unité est grande, tant les interprètes (Maggie Reilly et Barry Palmer) sont choyés par la production sans faille et les orchestrations lumineuses du maître. Et puis, cerise sur le gâteau, le travail de Simon Philips à la batterie donne une consistance permanente à des titres pourtant déjà bien charpentés.

Passée cette première symphonie pop conclue par des roulements de batterie à l'écho dantesque, 2 autres petites perles nous sont proposées en hors-d’œuvre. Mike Oldfield, on le sait, est un excellent recycleur... et notamment de ses propres œuvres. Tout au long de sa discographie, et au-delà de la récurrence des thèmes de Tubular Bells à toutes les sauces, il a disséminé de ci de là quelques petits extraits de titres en provenance d'albums antérieurs. Ici, il réalise un autre tour de force, puisqu'il réutilise carrément le thème de To France au sein du même album, en contrepoint de la mélodie de Talk About Your life ... et le tout pour un résultat franchement réussi (la même recette sera appliquée plus tard dans Islands ... avec un peu moins de succès). Saved by a Bell quant à lui est le pendant « face b » de Discovery sur la « face a » : un morceau pêchu, porté à bout de cordes vocales par ses interprètes.

On savait Mike Oldfield touche à tout, tant dans la pratique de nombres d'instruments que dans sa capacité à passer d'un style initial (le progressif majoritairement instrumental) à une affirmation plus « commerciale » de ses ambitions, permettant de coller à l'air du temps. Ce qu'il avait réussi, peut-être par hasard, avec Moonlight Shadow un an auparavant, il le décline cette fois de façon volontariste et brillante, avec à la clé un nouveau succès populaire (et commercial tant qu'à faire). Dans le genre pop/rock de luxe, et près d'un quart de siècle après sa sortie, peu de prétendants sont parvenus à la hauteur de cet album qui a placé la barre vraiment très, très haut. Un grand moment de bonheur.

Plus d'information sur http://www.mikeoldfieldofficial.com/



GROUPES PROCHES:
WOLF LARSEN, ROBERT BERIAU, EUREKA, DREAM ARIA, XII ALFONSO, PROXIMAL DISTANCE, MAGENTA, NATHAN MAHL, AETHER, MORILD

LISTE DES PISTES:
01. To France - 4:50
02. Poison Arrows - 3:45
03. Crystal Gazing - 3:03
04. Tricks Of The Light - 3:52
05. Discovery - 4:32
06. Talk About Your Life - 4:24
07. Saved By A Bell - 4:36
08. The Lake - 12:08


FORMATION:
Barry Palmer: Chant
Maggie Reilly: Chant
Mike Oldfield: Chant / Guitares / Basse / Claviers
Simon Phillips: Batterie


TAGS:
Chant féminin, Accessible / FM, Instrumental
 
 
(3) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
TOPPROG - 11/10/2011 -
0 0
5/5
Je ne serais pas très objectif sur ce coup!!! Pour moi Five Miles Out/ Crises et Discovery sont des albums merveilleux, par leur qualité musicale et sonore intrinsèque et indiscutable (la beauté de l'instrumentation, la belle voix de Maggie et la production impeccable et pérenne), mais aussi ce sont les 3 disques qui ont marqué les débuts de ma vie en couple (qui dure toujours merci!) et que je remets toujours sur ma platine avec une émotion partagée en bonheur et nostalgie.
Par contre je suis plus réservé sur l'intérêt d'autres disques plus expérimentaux comme Amarok par exemple.

REALMEAN - 24/09/2010 -
0 0
5/5
Bien d'accord avec tout cela, encore une chronique de Tonyb qui me paraît parfaite. En tout cas, très en phase avec mon approche de cet album magistral.
Je trouve seulement Saved by a Bell légèrement plus faible que le reste (mais vraiment un chouia). L'ensemble est énorme, je ne lui donnerais "que" 8/10 si le cahier des charges avait aussi exigé de Discovery qu'il atteigne les profondeurs des mêmes abîmes spirituels que ceux de Tubular Bells ou Ommadawn (et puis quoi encore ??), mais je suis obligé de le noter pour ce qu'il est: incontestablement un album d'obédience pop/rock, et qui s'habille malgré tout d'une indicible magie progressive.
Qui donc sait faire cela mieux que Mike Oldfield ? et donc, note maximale.

L'alternance des voix masculines et de celle de Maggie Reilly produit un effet somptueux, l'unité de l'album est sans faille malgré l'absence de morceau "long" (mais The Lake nous rappelle que l'auteur n'a pas abandonné sa philosophie !), les mélodies sont accrocheuses et font mouche systématiquement, les subtilités sonores chères au maestro parsèment cet opus (quel effet, par exemple, ce brusque et dramatique accent, à la 2ème minute -et 54 secondes- de The Lake, en pleine envolée lyrique !!). Bref, une réussite parmi les réussites.

4 albums de Mike Oldfield, avais-je dit ailleurs, "à conserver absolument", et Discovery n'y figurerait pas ?? c'est possible, mais le choix est tellement complexe...
Allez, si c'est 5, il y figure !

PROGGI - 05/12/2008 -
0 0
5/5
Tonyb est décidément un grand amateur et connaisseur de Mike Oldfield. Et ce qui m'a fait plaisir en lisant sa chronique, c'est la justesse de son analyse, rendue certainement plus facile par un quart de siècle d'écoute. Le point très fort de cet album, celui qui fait frissonner, c'est la reprise du thème de guitare de "To France" dans "Talk About Your Life". Il l'a noté, ce point fort, et comme le reste est à l'avenant, vous pouvez le croire, c'est du sérieux cet album. Le sens de la mélodie de l'artiste est bien là, dans un des sommet de sa brillante carrière. D'accord aussi avec l'enchaînement des titres qui devient évident au point d'avoir le sentiment d'arrêter un morceau si on ne les écoute pas tous... Mais c'est l'apanage des disques écoutés très souvent... on les mémorise tellement qu'ils forment un tout.

Merci à Mike Oldfield pour nous avoir offert ces compositions et à Tony pour nous les avoir remémorées.

Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC MIKE OLDFIELD
DERNIERE ACTUALITE
MIKE OLDFIELD: Return To Ommadawn
Toutes les actualités sur MIKE OLDFIELD
NOTES
4.2/5 (4 avis) 4.8/5 (4 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
DAVID LEE ROTH: Diamond Dave (2003)
ROCK
 
CHRONIQUE SUIVANTE
LORD BELIAL: The Black Curse (2008)
BLACK METAL
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT MIKE OLDFIELD
MIKE-OLDFIELD_Return-To-Ommadawn
Return To Ommadawn (2017)
5/5
4.8/5
MERCURY / ROCK PROGRESSIF
MIKE-OLDFIELD_Man-On-The-Rocks
Man On The Rocks (2014)
3/5
3.3/5
VIRGIN / POP
MIKE-OLDFIELD_Tubular-Beats
Tubular Beats (2013)
1/5
-/5
EDEL / AUTRES
MIKE-OLDFIELD_Music-of-the-Spheres
Music of the Spheres (2008)
2/5
4/5
UNIVERSAL / ROCK PROGRESSIF
MIKE-OLDFIELD_Light--Shade
Light + Shade (2005)
1/5
4/5
MERCURY / AUTRES
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020