ARTISTE:

GENERAL SURGERY

(SUÈDE)
TITRE:

CORPUS IN EXTREMIS: ANALYSING NECROCRITICISM

(2009)
LABEL:

LISTENABLE RECORDS

GENRE:

DEATH METAL

TAGS:
Chant screamo, Growl, Old School
""
MLO (05.03.2009)  
4/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Carcass a laissé derrière lui une génération orpheline. Interminable fut (est encore) la file de parents adoptifs, et les prétendants n’ont pas manqué, plus ou moins ressemblant au moule d’origine cassé depuis, certains proposant même des copies conformes mais dénuées de talent. A défaut de successeur au trône, les anglais végétariens de Liverpool peuvent se targuer d’avoir, dans l’innombrable floppée de rejetons qu’ils ont engendré, donné vie à quelques rares dignes successeurs. Même si affublés de l’étiquette « Carcass like », aussi facile à coller qu’elle est réductrice, quelques-uns tirèrent leur épingle du jeu et parvinrent brillamment à faire revivre une partie de l’âme d’un groupe en avance sur son époque. General Surgery fait partie de ceux-là.

Formé en 1988, "Corpus in Extremis" n’est pourtant que le deuxième album des suédois et fait suite à "Left Hand Pathology" sorti 3 ans plus tôt. Il faut dire qu’après 3 demos et un EP qui vit le jour fin 1991 via Relapse Records, le groupe splitta pour ne se reformer que 12 ans plus tard.

Fidèles à leur maître, General Surgery signe une fois de plus une ode joyeuse au scalpel que ce soit dans les visuels ou les textes, tournant une fois de plus autour de la chirurgie, des pathologies et autres erreurs médicales. Un rapide coup d’œil sur la tracklist vous donnera un alléchant aperçu du menu proposé tout au long des 36 minutes passées sur le billard mal désinfecté des bouchers de Stockholm.

Les 45 secondes d’un « Necronomics » d’ouverture nous balancent directement dans le vif du sujet et ne laissent que peu de doute sur ce qui nous attend : parions que ça va bastonner sévèrement. Le « typiquement-Symphonies-of-Sicknesque » second morceau « Decedent Scarification Aesthetics » enfonce définitivement le clou, gros son à 95% de lipides, blast bordélique, up tempo, break, braillements aux timbres multiples parfois superposés : le death/goregrind a encore son mot à régurgiter en 2009. La suite est un va et vient successif de ce que Carcass a fait de mieux. Parfois un savant mélange fusionnant la rage exacerbée de « Symphonies » et la froideur médicalisé d'un « Necroticism : Descanting the Insalubrious » à la violence plus contenue et ses structures carrés. D’ailleurs la cinquième plage nommé « Necrocriticism » (appréciez la variante) n’a pas été baptisée ainsi pour rien. On se croirait en 91. L’époque « Reek Of Putrefaction » est aussi à l’honneur avec par exemple un « Exotoxic Septicity » bluffant : le blast, le riff punkisant terriblement entraînant, le phrasé quasi constant, le break à la basse bien pouacre… Jeff, Bill, Ken, sortez de ce disque !

Certains mal couchés vont sûrement piailler au plagiat de Carcass et se demander l’intérêt de la chose. Allez danser la tektonik, sales jeunes ! C’est plutôt comme un hommage qu’il faut percevoir ce deuxième album de General Surgery. A l’heure où la scène extrême se voit submerger par des hordes de combos de plus en plus technico-complexes et où le slam death (on va encore me demander de faire un lexique de l’extrême) y fait figure de Caulerpa Taxifolia en cette fin de décennie, un petit contre courant anti moderniste constitué de pus et de glaires est plus appréciable qu’une légère brise aux senteurs printanières à mes vieux sens cagneux.


Plus d'information sur http://www.generalsurgery.nu/



GROUPES PROCHES:
CARCASS, CATTLE DECAPITATION, IMPALED


LISTE DES PISTES:
01. Necronomics - 00:46
02. Decedent Scarification Aesthetics - 01:47
03. Restrained Remains - 03:05
04. Final Excarnation - 01:43
05. Necrocriticism - 02:54
06. Exotoxic Septicity - 02:22
07. Adnexal Mass - 00:36
08. Virulent Corpus Dispersement - 05:17
09. Ichor - 03:06
10. Idle Teratoma Core - 02:11
11. Perfunctory Fleshless Precipitate - 01:54
12. Plexus Necrosis - 01:48
13. Unwitting Donor/cadaver Exchange - 01:27
14. Mortsafe Rupture - 03:24
15. Deadhouse - 04:02

FORMATION:
Adde Mitroulis: Chant / Batterie
Andreas Eriksson: Basse
Erik Sahlström: Chant
Joacim Carlsson: Guitares
Johan Wallin: Chant / Guitares
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
4/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
 
AUTRES CHRONIQUES
NASHVILLE PUSSY: From Hell To Texas (2009)
HARD ROCK -
DEREK SHERINIAN: Molecular Heinosity (2009)
METAL PROGRESSIF -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021