GROUPE/AUTEUR:

ANTHROPIA

(FRANCE)

TITRE:
THE EREYN CHRONICLES PART I (2006)
LABEL:
MAGNA CARTA
GENRE:
METAL PROGRESSIF

""
NIURK - 27.04.2009 - (0) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
5/5
J’aime les truffes ! Attention, je parle bien des champignons, et oui je le répète : j’aime les truffes ! « Pourquoi ?! » vous interrogez-vous perplexes : après tout, une truffe c’est moche, c’est cher, c’est rare… On a trouvé plus facile à assouvir comme passion culinaire ! Oui, mais justement : j’aime les truffes pour leur côté précieux, pour le fait qu’une fois dénichées dans le fin fond d’un sous-bois à l’aide de votre fidèle cochon à tête chercheuse, vous puissiez savourer pendant plusieurs jours, semaines, mois (on ne juge pas !), la simple joie de les avoir trouvées.

Et donc, j’aime Anthropia ! Non pas que je me sois rendu avec un porc fouineur chez mon disquaire ce jour-ci, mais bien qu’Anthropia s’avère de la première à la dernière note rare et précieux. Rare, car Anthropia est un produit 100% made in France, un petit produit du terroir bien de chez nous donc, mais un terroir dont on désespérait de voir les produits locaux émerger : celui du Power Métal Symphonique. Précieux, car pour les moins sagaces d’entre vous je m’en vais le dire franchement une fois pour toute : cet album est excellent !

Mais attention, pas l’excellent de supermarché, pas l’affreuse copie d’un produit d’import se cachant sous les attraits d’une appellation d’origine contrôlée. Non, il s’agit bien de l’excellence pure, et je m’en vais de ce pas vous le prouvez en vous détaillant l’étiquette.

Tout d’abord on note le nom de deux artisans sur l’emballage. Si le nombre ne vous surprendra pas avant d’y avoir goûté, vous vous demanderez par la suite comment deux jeunes forçats de la mélodie ont pu développer un tel déluge de qualité. Plusieurs appellations sont ensuite citées, du « Symphoniquement Contrôlé » au célèbre label « Power Trapu », en passant par le toujours intrigant « Certifié 100% Prog ». La liste des ingrédients annonce fièrement 10 morceaux de choix, à la durée alléchante oscillant de 6 à 10 minutes, liste dans laquelle on notera la présence d’une ouverture et d’un court interlude, l’explication se trouvant sur l’étiquette principale : concept-album.

Venons-en aux composants eux-mêmes, car si la soupe est bonne, nul ne doute que les légumes doivent être alléchants ! Là encore on ne se sera pas trompé : chaque saveur a été ajoutée pour que l’on puisse s’en délecter suffisamment, sans risquer pour autant l’écœurement. Du symphonisme léger d’une ouverture tout en mesure et respect des codes, emmenée par des cordes douces et chaudes, râpeuses et menaçantes, renforcée par des chœurs puissants et une narration en crescendo, tout est fait pour magnifiquement nous emmener jusqu’au premier plat, et première claque.

Les riffs sont incisifs, puissants et inspirés : « Question Of Honor » nous terrasse de sa rythmique implacable, martelée par un batteur particulièrement inspiré et doué. Les breaks et changements de rythmes prennent déjà place, la basse venant ainsi chatouiller nos oreilles dans des parenthèses jouissives. L’exercice du premier solo est passé sans soucis, un crescendo classique venant se poser sur une avalanche de riffs toujours plus prenants.

« Lords Of A World » nous ressert une assiette des mêmes ingrédients, tout en faisant montre à nouveau d’une créativité absolue dans l’agencement de chaque détail. La voix d’Hugues, si elle manque d’un peu de coffre, ne s’en trouve pas pour autant dépourvue de qualité, misant sur une technique à toute épreuve, alternant le lyrisme et la narration, le chant léger et nerveux. Là encore les breaks improbables, dont un presque électro, se succèdent pour repartir sur des trames rythmiques tout bonnement exceptionnelles de maturité.

Si le menu est tout sauf étouffant, il va falloir faire en sorte que cette chronique ne le devienne pas plus ! Il faut toutefois signaler l’extraordinaire palette instrumentale déployée sur « Through The Sleeping Seamed », ménageant ses effets pour délivrer une partition parfaite, évoquer aussi la maîtrise des atmosphères plus épurées sur « Forgotten », ou l’apport gracieux de la voix féminine présente sur « Lion-Snake » ou milieu de la rage ambiante et palpable, souligner encore l’ahurissante maîtrise de la power ballade « Where The Secret Lies », ou le caractère surréaliste de l’interlude « The Walk Among The Ruins » digne d’un Tim Burton et mentionner enfin au tableau d’honneur les deux monuments que sont « In The Maze Of A Nightmare » et « The Desert Of Jewels », ce dernier étant tout bonnement impossible à passer sous silence par son gigantisme, son étendu infini d’ambiances, de styles, d’émotions.

A notre truffe originelle, Anthropia a ajouté du caviar, du champagne et plongé le tout dans de l’or fin ! Ainsi, plus que d’énumérer les références multiples qui sont sûrement les leur, j’espère avant tout vous avoir transmis dans cette chronique un peu du seul sentiment que l’on puisse éprouver face à pareil met : la passion. Sur ce, je vous laisse courir chez votre petit disquaire bio le plus proche, tandis que de mon côté je fais fis de la diététique et m’en retourne risquer l’indigestion !

Plus d'information sur http://www.anthropia.org



GROUPES PROCHES:
AINA, GRAVE DIGGER, SYMPHONY X, , LIQUID TENSION EXPERIMENT, TRANS SIBERIAN ORCHESTRA, DREAM THEATER, VIRGIN STEELE, SAVATAGE, ANGRA

LISTE DES PISTES:
01. Welcome To Ereyn - 02:35
02. Question Of Honour - 06:41
03. Lords Of A World - 06:35
04. Through The Sleeping Seaweed - 08:18
05. Forgotten - 08:58
06. Lion-snake - 05:29
07. Where The Secrets Lie - 08:44
08. The Walk Among The Ruins - 01:10
09. In The Maze Of A Nightmare - 09:35
10. The Desert Of Jewels - 10:12


FORMATION:
Damien Rainaud: Batterie
Hugues Lefebvre: Chant / Guitares / Basse / Claviers


TAGS:
Choeurs, Concept-album, Epique, Symphonique
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC ANTHROPIA
DERNIERE ACTUALITE
ANTHROPIA dévoile un nouveau titre
Toutes les actualités sur ANTHROPIA
DERNIERE INTERVIEW
A l'occasion de la sortie de son 2e album (The Chain Reaction), Anthropia a de nouveau fait parler de lui en termes élogieux cette année. Désireux de mieux connaître l'homme derrière le projet, nous sommes partis à la rencontre d'Hugues Lefebvre !

NOTES
3.5/5 (2 avis) 3.8/5 (6 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
THE GATHERING: The West Pole (2009)
ROCK ATMOSPHERIQUE
 
CHRONIQUE SUIVANTE
BLACK SABBATH: Sabotage (1975)
HEAVY METAL
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT ANTHROPIA
ANTHROPIA_Non-euclidean-Spaces
Non-euclidean Spaces (2015)
5/5
4/5
ADARCA / METAL PROGRESSIF
ANTHROPIA_Acoustic-Reactions
Acoustic Reactions (2010)
3/5
-/5
ADARCA / METAL PROGRESSIF
ANTHROPIA_The-Chain-Reaction
The Chain Reaction (2009)
5/5
4.3/5
ADARCA / METAL PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020