ARTISTE:

THE PARLOR MOB

(ETATS UNIS)
TITRE:

AND YOU WERE A CROW

(2008)
LABEL:

ROADRUNNER RECORDS

GENRE:

ROCK

TAGS:
Bluesy, Chant aigu, Old School
""
ZOSO (14.05.2009)  
2/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Vous êtes quand même gâtés, vous, les lecteurs de Music Waves. Déjà, de par votre assiduité et votre esprit d'analyse, vous connaissez déjà le phénomène 'revival' que vit notre cher hard rock depuis quelques années. Reformations en tous genres, discours passéistes envers les dinosaures sacrés des 70's, glorification de l'esprit et du son de l'époque. Jimmy Page (entre autres futés) l'a bien compris en tentant de maintenir une 'actualité Led Zeppelin', à grand renfort de remasterisations et de compilations. Tout cela se traduit au niveau de la production musicale par un nombre effrayant de groupes tentant de se rapprocher de ces années bénies avec plus ou moins de réussite, et plutôt moins d'originalité.

Et là ou vous êtes chanceux, c'est qu'il y a Music Waves, présent pour trier tout ça. Imaginez-vous un groupe de hard rock, signé chez Roadrunner (tiens donc), qui se réclame de Led Zeppelin (comme tout le monde) mais aussi des White Stripes ou des Black Crowes. The Parlor Mob est ce groupe, et autant le dire tout net, il serait dommage pour l'amateur des genres et groupes suscités de passer à coté. Formé en 2004, sous le nom de What About Franck ?, le groupe se démarque déjà par ses prestations live énergiques qui lui vaudront deux victoires aux 'Asbury Music Awards'. Un album éponyme vient confirmer la révélation avant que le groupe ne change de nom en 2006 pour The Parlor Mob, qui correspond mieux à leur musique. Il faudra attendre encore deux ans pour voir sortir ce "And You Were A Crow".

La première force de The Parlor Mob, c'est de gérer ses influences. De chaque groupe dont ils s'inspirent indéniablement, un élément précis est retiré puis assimilé à leur musique pour correspondre à leur son (car oui, ils ont déjà un son propre, mâtiné d'énergie autodestructrice et de flegmatisme snob. Des larmes de rage essuyées délicatement d'un revers de gant de velours). Ainsi s'identifient clairement le chant et les mélodies de Wolfmother (c'est même assez scandaleux sur "Everything Your Breathing For"). Dès que la guitare passe en lead par contre, c'est Jack White qui s'invite. Le coté anarchique, strident, déchiré des soli ne trompe pas. De Led Zep, c'est le blues qui est retenu. Le sublime "Tide of Tears" fait penser à "Since I've Been Loving You" ou au "Tea For One" du dirigeable (ce qui revient au même).

Mais heureusement, comme je l'ai dit plus haut, The Parlor Mob peut se targuer d'un son personnel. D'une part la production est très claire et permet de distinguer les instruments très rapidement. Le mixage est également très bien dosé, mettant tout le monde à l'honneur et pourtant au service du tout. Tout est précis, juste, et l'ensemble est englobé d'une crédibilité qui fait que le groupe peut se permettre certains clichés (des fioritures à l'harmonica par exemple) en étant sûr que tout s'insérera bien dans le son final. Il y a aussi cette réserve sonore très élégante. Jamais le groupe ne tente la surenchère et préfère faire naitre l'énergie de leurs mélodies et de leurs arrangements. Si j'osais, je les comparerais à Rush sur ce point.

Alors que leur manque-t-il finalement ? Et bien peut-être simplement des morceaux un poil plus percutants. En effet, si chaque petit élément est enthousiasmant, aucun morceau ne sort vraiment son épingle du jeu pour sa cohésion et structure (le groupe a un passé progressif, conclura qui veut). Du coup l'album s'écoute d'une traite, comme un bon moment de hard bluesy, mais ne donne jamais envie de sauter partout ou de revenir sur un titre en particulier. Les moments forts sont d'ailleurs souvent les soli caractéristiques du genre, et moins souvent des refrains plutôt fait pour coller à l'ambiance que pour la faire décoller.

Finissons tout de même sur une note positive. En effet, si les américains feront sans doute mieux au cours d'une carrière qui s'annonce prometteuse, les éléments de la réussite sont déjà en place. Un chanteur très convaincant (malgré une minuscule tendance à geindre qui gagnerait à disparaitre), des guitaristes pleins de feeling qui savent encore nous accrocher en faisant hurler leur instrument, et surtout un son précis et énergique. La suite, la suite, et en chanson cette fois !


Plus d'information sur http://www.myspace.com/theparlormob



GROUPES PROCHES:
-


LISTE DES PISTES:
01. Hard Times - 03:39
02. Dead Wrong - 03:07
03. Everything You're Breathing For - 03:49
04. The Kids - 03:47
05. When I Was An Orphan - 04:49
06. Angry Young Girl - 04:06
07. Carnival Of Crows - 03:28
08. Real Hard Headed - 04:17
09. Tide Of Tears - 08:35
10. My Favorite Heart To Break - 04:03
11. Bullet - 04:31
12. Can't Keep No Good Boy Down - 03:36

FORMATION:
David Rosen: Guitares
Mark Melicia: Chant
Nick Villapiano: Basse
Paul Ritchie: Guitares
Sam Bey: Batterie
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
3/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
The Parlor Mob: Dogs
 

"Découvrez Brainsqueezed dans son nouveau clip !"
AUTRES CHRONIQUES
JAEN KIEF: El Agua De Frente (2008)
ROCK PROGRESSIF -
DGM: Frame (2009)
METAL MELODIQUE -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021