.
.
GROUPE/AUTEUR:

W.A.S.P.

(ETATS UNIS)

TITRE:
DYING FOR THE WORLD (2002)
LABEL:
SANCTUARY
GENRE:
HEAVY METAL

""
NIURK - 19.05.2009 - (0) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
4/5
Que faisiez-vous le 11 septembre 2001 ? Rares sont les Américains qui ne parviendront pas à vous donner une réponse à cette question. Si le choc fut le même pour toute une nation, les moyens mis en œuvre pour l’exorciser allaient quant à eux diverger. Certains se recueilleraient, d’autres exprimeraient leur colère, Blackie Lawless convertirait ses émotions en musique.

A sa sortie, on savait que cet album n’était pas planifié : trop tôt par rapport au précédent, des textes traitant à une ou deux exceptions près du même évènement, une musique enragée et gorgée d’émotion. Il avait aussi fallu gérer le nouveau départ de Chris Holmes, acolyte des premières heures revenu au bercail, mais frère ennemi toujours en conflit avec l’omnipotent leader. Un jeune loup allait prendre sa place en la personne de Darrel Roberts, éclaboussant au passage l’album de son assurance, sa maîtrise et son talent. Un autre changement, dans la plus pure tradition des remaniements du groupe, s’effectuait avec le départ de Stet Howland et le retour de Frankie Banali, batteur sur The Crimson Idol.

Nouvelle équipe, même son, même inspiration et même rage ! La mainmise de Blackie sur l’ensemble des compositions est palpable : l’âme WASP n’appartient pas au groupe, mais bel et bien à l’homme. On voit donc débouler le tonitruant « Shadow Man », premier pamphlet à l’adresse des terroristes ayant mené les attaques du World Trade Center, dans la grande tradition des hymnes du groupe : puissant et accrocheur. A peine le temps de reprendre son souffle que « My Wicked Heart » nous emporte, voyant Blackie faire une introspection sur ses propres fautes et son aptitude à juger les évènements qu’il aborde. Le titre est un nouveau rouleau compresseur, servi par une rythmique et un riff à l’efficacité ravageuse, et soutenu par des chœurs bien dosés.

Dans la même veine, nous retrouvons un peu plus loin les « Hell For Eternity », encore très efficace et reprenant l’une des répliques du film Scarface « Won’t you say hello to my little friend », avant de souhaiter aux terroristes de brûler en Enfer, puis « Revengeance » et « Stone Cold Killers » aux messages similaires, et à la forme toujours accrocheuse quoique plus linéaire.

Mais le joyau de l’album demeure sans aucun doute « Hallowed Ground », bouleversante de sincérité et déchirante d’émotion, la voix de Blackie venant à nouveau faire des miracles en alternant un chant plaintif et doux, pour basculer à mi-morceau dans une furie poignante. La version acoustique du même titre vient conclure l’album et fait ainsi de lui l’incontestable clé de voûte de l’édifice.

Le reste des titres vient étoffer le registre des préoccupations de Lawless, ne faisant en aucun cas office de remplissage ou de pis-aller. Ainsi, le court et dense « Black Bone Torso » s’apparente en tous points à un « Unholy Terror », usant de la même narration toute en hargne retenue, magnétique et hypnotique, l’attaque étant dirigée vers les prêtres pédophiles. Le second sujet abordé dans « Trail Of Tears » est plus surprenant, pour peu que l’on perçoive l’album dans son ensemble comme patriotique : il s’agit ici d’un hommage aux Indiens spoliés de leurs terres et jetés sur les routes en quête d’un nouveau refuge. Le rythme est lent, envoûtant et tout à la fois oppressant, les saccades surgissant de la batterie structurant l’ensemble comme une marche au pas lourd et forcé. La basse résonne au premier plan tandis que les guitares se voient projetées en retrait, assombrissant d’avantage un titre grave et beau.

Alors qu’il peaufinait chacune de ses œuvres jusqu’à l’épuisement, Blackie parvient avec ce Dying For The World à rendre une excellente copie en un délai raccourci à l’extrême. Si les cyniques diront que le contexte lui a offert cette œuvre, ceux qui l’auront écoutée ne pourront que témoigner de l’engagement de son auteur et rester captivés par la conviction mise dans sa réalisation. Plus qu’un nouvel album, c’est un exutoire personnel, le témoignage d’un profond traumatisme.

Plus d'information sur http://www.waspnation.com/waspnation.htm



GROUPES PROCHES:
ALICE COOPER, DIO, JUDAS PRIEST, SABATON, RATT, TWISTED SISTER, BLACK SABBATH, KISS, ICON, LORDI

LISTE DES PISTES:
01. Shadow Man - 5:34
02. My Wicked Heart - 5:38
03. Black Bone Torso - 2:15
04. Hell For Eternity - 4:38
05. Hallowed Ground - 5:54
06. Revengeance - 5:20
07. Trail Of Tears - 5:50
08. Stone Cold Killers - 4:56
09. Rubber Man - 4:25
10. Hallowed Ground (acoustic) - 6:08


FORMATION:
Blackie Lawless: Chant / Guitares / Claviers
Darrel Roberts: Guitares
Frankie Banali : Batterie
Mike Duda: Basse


TAGS:
Chant éraillé, 80's, Raw
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC W.A.S.P.
DERNIERE ACTUALITE
W.A.S.P. : Nouvelle lyric video
Toutes les actualités sur W.A.S.P.
DERNIER ARTICLE
W.A.S.P + BEAST IN BLACK - L'ELYSEE MONTMARTRE - 29 OCTOBRE 2017
W.A.S.P is back ! Tous les articles sur W.A.S.P.
NOTES
3.7/5 (3 avis) 4/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
DEVIN TOWNSEND: Ki (2009)
METAL ATMOSPHERIQUE Mettant en avant le côté atmosphérique et minimaliste de l'art de son créateur, "Ki" regorge de mélopées entêtantes qui viennent vous hanter longtemps après les avoir écoutées.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
THE BEATLES: Sgt Pepper's Lonely Heart Club Band (1967)
ROCK "Sgt Pepper..." fait partie des rares œuvres de musique dont il est possible de dire qu'elles ont influencé non seulement le paysage musical, mais aussi le paysage social et idéologique de l'époque. Œuvre majeure !
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT W.A.S.P.
W-A-S-P-_Golgotha
Golgotha (2015)
5/5
4/5
NAPALM RECORDS / HEAVY METAL
W-A-S-P-_Babylon
Babylon (2009)
4/5
3.5/5
DEMOLITION / HEAVY METAL
W-A-S-P-_Dominator
Dominator (2007)
4/5
3.5/5
DEMOLITION / HEAVY METAL
W-A-S-P-_The-Neon-God-Part-I--The-Rise
The Neon God : Part I - The Rise (2004)
2/5
3.5/5
SANCTUARY / HEAVY METAL
W-A-S-P-_The-Neon-God-Part-II--The-Demise
The Neon God : Part II - The Demise (2004)
3/5
3/5
SANCTUARY / HEAVY METAL
 
.
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020