GROUPE/AUTEUR:

MEGADETH

(ETATS UNIS)

TITRE:
SO FAR, SO GOOD, SO WHAT! (1988)
LABEL:
CAPITOL
GENRE:
THRASH

""
NIURK - 27.05.2009 - (0) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
4/5
So Far, So Good, So What? est l’album de la confirmation pour Megadeth, celui qui vient prouver à ses fans, concurrents, détracteurs, qu’il faudra désormais bel et bien compter avec Dave, malgré la drogue, malgré l’alcool et des problèmes de line-up qui commencent déjà à se faire jour, Chris Poland et Gar Samuelson étant évincés sans ménagement du groupe. Conséquences du despotisme d’un leader voulant conserver une emprise totale sur sa formation, ou effets de ses excès en tous genres et paranoïa ? Si les interprétations varient, elles convergent toutes pour dire que c’est bien là le fait du Prince Dave.

Mais il faut bien comprendre dans quel contexte cet album devait voir le jour : Peace Sells venait de poser deux ans plus tôt les bases d’une reconnaissance large, et par-dessus tout d’un style unique qu’il faudrait défendre et enrichir pour résister à la concurrence, tandis que les autres groupes Thrash ne chômaient pas, Slayer et Metallica continuant à produire des œuvres majeures dans leur domaine. La petite histoire raconte même que Dave Effelson, seul compagnon d’armes trouvant grâce aux yeux de Mustaine, aurait été approché par ses frères ennemis des Mets pour succéder à Cliff Burton décédé tragiquement. On imagine à peine les répercussions que ce départ aurait pu avoir sur la tête pensante de Megadeth.

Le cadre étant posé, on se doit de remarquer que si proposition il y eut vraiment, elle fut refusée, puisque seuls un guitariste et un batteur furent à recruter, Junior restant fidèle au poste derrière sa 4 cordes. C’est donc Jeff Young et Chuck Behler qui signent leur engagement. On se doutait alors qu’il serait difficile de reproduire la déflagration Peace Sells, mais la jeunesse du groupe laissait espérer qu’il puisse au moins nous resservir une bonne dose de Thrash technique sans se renier, ce qu’ils ont fait sans hésiter !

« Into The Lungs Of Hell » nous plonge ainsi dans l’ambiance tourmentée et pourtant terriblement prenante propre au groupe. Un déluge de riffs tourbillonnants se pose sur une rythmique carrée et millimétrée basse / batterie, déferlement qui prend fin aussi brutalement qu’il avait commencé, ne laissant en fond sonore que le son radiophonique lointain des Ink Pistols déclarant « I Don’t Want To Set The World On Fire ». Attaque alors justement un « Set The World On Fire » au rythme mid-tempo mais aux soli fulgurants jaillissant et disparaissant tout aussi vite.

Venant invoquer de façon plus directe des influences Punk perceptibles sur les premiers opus, Dave nous offre une reprise de l’hymne des Sex Pistols « Anarchy In The U.K. », lui conférant ce qu’il faut de noirceur et de lourdeur supplémentaires pour livrer une très bonne relecture. La tendance sensible à un léger ralentissement de rythme se confirme avec le titre suivant, le mystique « Mary Jane ». La voix de Dave semble ici sortie d’outre-tombe, la ligne mélodique suivie se voulant plus Heavy, transpercée par des interventions vocales étranges, puis bascule de nouveau vers des contrées Thrash parcourues de riffs syncopés et autres soli éclairs.

On a alors droit à un titre de facture plus classique avec « 502 », pas dénué d’intérêt toutefois grâce à un nouveau bon riff et un final complètement apocalyptique qui en rebutera certains autant qu’il en séduira d’autres. Mais la raison même d’exister de So Far, So Good, So What? fait finalement son apparition : « In My Darkest Hour » déroule son mid-tempo sombre et beau, servi par la meilleure prestation vocale de Mustaine jusqu’alors. Le titre s’accélère à mi-chemin pour nous offrir un final en forme de retour au calme typiquement Heavy. Les deux derniers titres « Liar » et « Hook In Mouth » viennent rejoindre « 502 » parmi les bons seconds couteaux du groupe, entraînants et efficaces sans être transcendants.

Quel bilan faire pour cet album donc ? Indéniablement un ton en-dessous de Peace Sells, il témoigne pourtant d’une maîtrise un peu plus affirmée, Megadeth semblant avoir trouvé son rythme d’exécution entre soli speed et tonalité Heavy. Dave a fait de notables progrès en chant et paraît plus que jamais sûr de ses capacités et de ses intentions, structurant sa musique dans un chaos ambiant toujours perceptible. Ce n’est donc pas tout à fait la consécration, mais c’est déjà la confirmation, et l’on avait alors plus que jamais envie d’entendre la suite !

Plus d'information sur http://www.megadeth.com/



GROUPES PROCHES:
ARMORED SAINT, HEATHEN, VICIOUS RUMORS, SLAYER, FALLEN ANGEL, METALLICA, RED LAMB, DEATH ANGEL, METAL CHURCH, FORBIDDEN

LISTE DES PISTES:
01. Into The Lungs Of Hell - 03:30
02. Set The World Afire - 05:48
03. Anarchy In The U.k. - 03:01
04. Mary Jane - 04:24
05. 502 - 03:29
06. In My Darkest Hour - 06:26
07. Liar - 03:20
08. Hook In Mouth - 04:48


FORMATION:
Chuck Behler: Batterie
Dave Mustaine: Chant / Guitares
David Ellefson: Basse
Jeff Young: Guitares


TAGS:
Chant éraillé, Raw, Technique
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC MEGADETH
DERNIERE ACTUALITE
Rencontrez Dave Ellefson (MEGADETH) demain à Paris
Toutes les actualités sur MEGADETH
DERNIER ARTICLE
Wacken Open Air 2017 - 2ème journée - 04 Aout 2017
La 2ème journée du Wacken Open Air s'annonce plus riche et dense avec au programme nombre de formations reconnues. Tous les articles sur MEGADETH
NOTES
4.3/5 (3 avis) 3.7/5 (3 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
W.A.S.P.: Dominator (2007)
HEAVY METAL
 
CHRONIQUE SUIVANTE
IL CERCHIO D'ORO: Il Viaggio Di Colombo (2008)
ROCK PROGRESSIF
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT MEGADETH
MEGADETH_Dystopia
Dystopia (2016)
4/5
3.7/5
UNIVERSAL / THRASH
MEGADETH_Super-Collider
Super Collider (2013)
3/5
3.5/5
UNIVERSAL / THRASH
MEGADETH_Th1rt3een
Th1rt3een (2011)
1/5
4/5
ROADRUNNER RECORDS / HEAVY METAL
MEGADETH_Endgame
Endgame (2009)
2/5
4.3/5
ROADRUNNER RECORDS / THRASH
MEGADETH_United-Abominations
United Abominations (2007)
3/5
3.3/5
ROADRUNNER RECORDS / THRASH
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020