GROUPE/AUTEUR:

KOTEBEL

(ESPAGNE)

TITRE:
OUROBOROS (2009)
LABEL:
MUSEA
GENRE:
ROCK PROGRESSIF

""
ABADDON - 10.06.2009 - (1) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
4/5
Pourquoi, me demandais-je à brûle-pourpoint lors de l’écoute d’Ouroboros, dernière parution en date du groupe hispano-colombien Kotebel, pourquoi donc les productions instrumentales sont elles moins accessibles que les créations vocales ? Après écoute et réflexion, j’en suis arrivé à la conlcusion suivante que c’est très probablement parce que les “orchestraux” traitent moins la musique selon le classique système couplet-refrain-pont instrumental, méthode plus propice à la mémorisation rapide des morceaux. En ce sens, Ouroboros est un excellent exemple de ce que peut donner une création musicale plus débridée que le schéma courant, s’appuyant largement sur des influences jazz ou classiques.

Soit donc un quintette sans chanteur, mais avec deux claviers, construisant une musique lorgnant vers le jazz, comme en témoignent le passage en trio piano-batterie-basse du bonus (live) Mysticae Visiones ou les accents quasi-Emersoniens qui émergent dans le jeu de piano; un groupe qui joue une musique en perpétuelle tension, sans beaucoup de temps de repos (ce qui est parfois envahissant, cf. Satyrs), mais avec une technique irréprochable; un ensemble qui navigue entre un Deluge Grander dopé et un Anglagard plus dynamique, mais dans lequel on pourrait trouver des touches de King Crimson ou de the Tangent.

L’écoute laisse une impression de grande densité tant les thèmes sont soumis à variations, et la rythmique est mise en avant (peut-être un peu trop du coté de la batterie). La musique de Kotebel ne se laisse dons pas facilement domestiquer, et c’est quand le groupe s’aventure du côté du prog symhonique qu’il prend tout son envol : en laissant s’épanouir les thèmes dans Ouroboros (le morceau) ou Simurgh, le groupe nous offre de grands instants de très intéressante écoute : une musique intelligente et intelligible ... A l’opposé, le combo peut parfois s’enfermer dans des morceaux plus cérébraux, s’essayant aux dissonnances tout en gardant une tension interne, le tout pouvant passer pour une forme larvée d’agression auditive (Legal Identity).

Ouroboros est donc un disque exigeant mais d’une grande qualité, qui nécessite une certaine immersion pour en retirer toute l’essence. Le genre de disque qui vous donne envie de le réécouter pour vérifier si on a bien tout compris !

Plus d'information sur http://www.kotebel.com/



GROUPES PROCHES:
CICCADA, ELP, DELUGE GRANDER, VAN DER GRAAF GENERATOR, ART ZOYD, [BLEU], KING CRIMSON

LISTE DES PISTES:
01. Amphisbaena - 07:31
02. Ouroboros - 15:45
03. Satyrs - 07:01
04. Simugh - 12:34
05. Behemoth - 07:39
06. Legal Identity V1.5 - 03:51
07. Mysticae Visiones - 16:22


FORMATION:
Adriana Plaza: Claviers
Carlos Franco Vivas: Batterie / Percussions
Carlos Plaza: Claviers
César Garcia Forero: Guitares
Jaime Pascual Summers: Basse


TAGS:
Instrumental, Jazzy, Symphonique
 
 
(1) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
CORTO1809 - 11/06/2010 -
0 0
1/5
Changement de direction pour le groupe espagnol. Après un magnifique OMPHALOS, la formation se resserre : exit Carolina Prieto et sa voix céleste, idem pour Omar Acosta et sa flute enchantée.
La musique d'OUROBOROS est exigeante. L'ambiance générale est souvent à mi-chemin entre Debussy et Art Zoyd, en moins discordant toutefois. Bien que bénéficiant de deux pianistes, c'est pourtant curieusement la guitare, la basse et la batterie qui se retrouvent souvent sur l'avant-scène. L'ensemble dégage un parfum d'agressivité, une atmosphère sombre et oppressante. Plusieurs titres lorgnent du côté du jazz-rock, mais aucun n'accroche réellement l'attention et la lassitude gagne rapidement l'auditeur.
Même le morceau bonus Mysticae Visiones enregistré en concert en 2007 et qui nous permet d'entendre pendant quelques instants la voix de Carolina Prieto ne sauve pas ce disque de l'ennui profond qu'il dégage.
En se séparant de sa chanteuse et de son flutiste, KOTEBEL semble avoir perdu la grâce et la touche de magie qu'il avait su donner à ses précédents albums.

Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC KOTEBEL
DERNIERE ACTUALITE
KOTEBEL: Sortie de "Cosmology"
Toutes les actualités sur KOTEBEL
NOTES
5/5 (1 avis) 3.3/5 (3 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
AMORPHIS: Skyforger (2009)
METAL MELODIQUE
 
CHRONIQUE SUIVANTE
MEGADETH: The World Needs A Hero (2001)
HEAVY METAL
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT KOTEBEL
KOTEBEL_Cosmology
Cosmology (2017)
4/5
3/5
AUTOPRODUCTION / ROCK PROGRESSIF
KOTEBEL_Concerto-For-Piano-And-Electric-Ensem
Concerto For Piano And Electric Ensemble (2012)
5/5
4/5
AUTOPRODUCTION / ROCK PROGRESSIF
KOTEBEL_Omphalos
Omphalos (2006)
5/5
4/5
MUSEA / ROCK PROGRESSIF
KOTEBEL_Fragments-Of-Light
Fragments Of Light (2003)
4/5
4/5
MUSEA / ROCK PROGRESSIF
KOTEBEL_Mysticae-Visiones
Mysticae Visiones (2002)
4/5
4/5
MUSEA / ROCK PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020