ARTISTE:

EXTREME

(ETATS UNIS)
TITRE:

PORNOGRAFFITTI

(1990)
LABEL:

A&M

GENRE:

HEAVY METAL

TAGS:
FM, Funky, Fusion, Groovy, Guitar-Hero, Technique
""
NUNO777 (29.06.2009)  
5/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Extreme n’a que quelques années d’existence, et un seul disque au compteur quand il s’apprête à sortir ce qui sera son album le plus populaire. Ce n’est pas la percée du grunge qui va détourner les Bostoniens de leur style glam-funk-métal et Pornograffitti en est la parfaite illustration.

Un an auparavant sortait Extreme, un premier jet pour le groupe avec tout ce qu’il faut d’énergie et de fougue. Cette même énergie qui se trouvera canalisée et quintessenciée pour un Pornograffitti varié et explosif. Cet album est celui qui rencontrera le plus grand succès grâce à « Hole Hearted » et surtout « More Than Words », ballade très cliché caractéristique des groupes de glam de l’époque. Parmi les amateurs de ce groupe se trouvaient donc les minettes amoureuses de ce hit (et de Nuno Bettencourt ) en mal de romantisme, les apprentis-shredders émerveillés par la technique du même Nuno (dont fait partie votre serviteur) et les mélomanes attirés par le mélange de funk, de métal et de belles mélodies dont le quatuor s‘est fait le spécialiste. Retour sur un disque qui a bercé beaucoup d’existences…

Adepte des introductions originales, Extreme débute son Pornograffitti par un « Decadence Dance » emballant. Le bruitage d’une pluie orageuse derrière quelques notes de piano ne laisse pas entrevoir que la suite des évènements sera explosive. Une grosse moitié des titres sera à mettre sous une même bannière, à savoir un funk métal très mélodieux avec beaucoup de chœurs dans les refrains et une originalité dans les riffs de guitare (citons par exemple « Get The Funk Out », « Suzi » ou « It’s A Monster »). La section rythmique est bien calée même si Paul Geary à la batterie sera toujours, à mon goût, le point faible du groupe avec un jeu trop linéaire qui dépareille comparé à l‘exubérance de Nuno. Il n’empêche que celui-ci permet aux autres musiciens de s’exprimer. Au premier plan on trouve le guitariste Nuno Bettencourt. Bercé au son d’Al Dimeola et de Eddy Van Halen (son maître), le Portugais a acquis une technique époustouflante à la main droite et possède un sens du groove dont peu de guitaristes peuvent se targuer. Mais sa principale qualité est la composition des mélodies et surtout des soli, qui sont tous d’une extrême créativité. Chaque séquence instrumentale est un chef d’œuvre d’harmonie porté par une capacité à surprendre par l’utilisation, notamment, de la dissonance.

« Li’l Jack Horny », dans un style proche de « Decadance Dance », fait la démonstration des qualités du groupe dans sa propension à inclure toutes sortes d’instruments. Pour le coup, ce sont des cuivres qui viennent accompagner les couplets et transcender les refrains. Parmi les nombreuses qualités d’Extreme, le duo de paroliers Cherone-Bettencourt qui concocte depuis le premier album des textes engagés et fortement politisés. Rien que dans le titre, Pornograffitti (qui sera le titre d’une des chansons dans lesquelles Extreme dénonce l’incursion trop profonde de la pornographie dans la société occidentale moderne) le ton est donné. Les presque vingt ans qui suivront leur donneront raison. Il est à noter qu’ils ne critiquent pas la pornographie pour elle-même mais plutôt le libéralisme, symbole de compétition et de marchandage, qui investit le domaine du sexe à travers la pornographie.

Dans le morceau « When I’m President », Extreme s’exprime sous forme rappée en dévoilant ses projets si Cherone ou Bettencourt étaient portés à la tête des Etats-Unis. « Money(In God We Trust) » est aussi de cet acabit avec un propos dénonciateur de l’argent roi.
Inutile de revenir sur la ballade « More Than Words », mais plutôt sur l’étrange « When I First Kissed You ». Sorte d’hommage à la musique de cabaret des années 40, Nuno Bettencourt nous fait voyager via son piano et la voix assagie de Cherone finit de faire opérer la magie. Les orchestrations de Nuno commencent déjà à faire leurs apparitions dans ce titre, et trouveront leur apogée dans l’album qui suivra.

Parmi les titres marquants, outre la power ballade pleine de violons « Song For Love » et le hit acoustique « Hole Hearted » se trouve un « He-Man Woman Hater » au riff dévastateur. L’intro jouée par le pote de Nuno, Dweezil Zappa, avec tapping et delay, laisse place à une magnifique composition de pur métal dans laquelle est gravé un solo d’anthologie.

La production signée Nuno Bettencourt n’a pas trop mal vieilli, comparée au style vestimentaire des musiciens sur les clips et les photos de l’époque. Pornograffitti reste ainsi un disque tout à fait écoutable, presque 20 ans après sa sortie et, s’il ne fait pas déjà partie des classiques de votre discothèque, il est hautement recommandé de faire son acquisition.

Cet opuscule restera comme un disque charnière dans la courte (mais aujourd’hui d’actualité) carrière d’Extreme. En effet, après les deux premiers albums très axés sur le style glam, vont se succéder deux autres albums dans deux styles différents. Le III Sides To Every Story très orchestré et ambitieux avec comme inspiration principale Queen, et Waiting For The Punchline, dans un style plus grunge et vintage. Il est intéressant de remarquer qu’après deux albums produits et enregistrés en Californie, le groupe s’est recentré sur la côte Est des Etats-Unis pour retrouver un cadre de travail moins distrayant. La conclusion sera aussi brutale qu’évidente : Pornograffitti est indispensable.


Plus d'information sur http://extreme-band.com/





LISTE DES PISTES:
01. Decadence Dance 06:49
02. Li'l Jack Horny 04:51
03. When I'm President 04:21
04. Get The Funk Out 04:24
05. More Than Words 05:34
06. Money (In God We Trust) 04:11
07. It ('s a Monster) 04:24
08. Pornograffitti 06:15
09. When I First Kissed You 04:00
10. Suzi (Wants Her All Day What?) 03:38
11. He-Man Woman Hater" 06:20
12. Song For Love 05:55
13. Hole Hearted 03:39

FORMATION:
Gary Cherone: Chant
Nuno Bettencourt: Chant / Guitares / Claviers
Paul Badger: Chant / Basse
Paul Geary : Batterie
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
2.5/5 (2 avis)
STAFF:
4.8/5 (5 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
Extreme sortira un live pour les 25 ans de "Pornograffitti"
DERNIER ARTICLE
EXTREME + WAXX - LE BATACLAN - 10 DECEMBRE 2017
Extrêmement bien !
 
AUTRES CHRONIQUES
D.A.D: Draws A Circle (1987)
HARD ROCK -
DELIRIUM: Il Nome Del Vento (2009)
ROCK PROGRESSIF -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT EXTREME
EXTREME_Take-Us-Alive
Take Us Alive (2010)
4/5
-/5
FRONTIERS RECORDS / HARD ROCK
EXTREME_Saudades-de-Rock
Saudades de Rock (2008)
4/5
4/5
FRONTIERS RECORDS / HARD ROCK
EXTREME_Waiting-For-The-Punchline
Waiting For The Punchline (1995)
3/5
3/5
A&M / HEAVY METAL
EXTREME_III-sides-to-every-story
III sides to every story (1992)
5/5
4/5
A&M / HARD ROCK
EXTREME_Extreme
Extreme (1989)
4/5
-/5
A&M / HEAVY METAL
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022