.
.
GROUPE/AUTEUR:

MIKE OLDFIELD

(ROYAUME UNI)

TITRE:
THE SONGS OF DISTANT EARTH (1994)
LABEL:
WEA
GENRE:
ROCK PROGRESSIF

""
TONYB - 12.11.2009 - (1) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
4/5
Musicien protéiforme s'il en est, Mike Oldfield choisit d'aborder, entre deux poussées compulsives de cloches tubulaires multi-revisitées (les versions 2 et 3), de nouveaux rivages musicaux, et va publier en ces années 90 deux albums aux styles radicalement marqués… Et opposés. Avant l'hommage aux musiques celtes qui parsèment la majorité de son œuvre dans Voyager, notre britannique préféré va se plonger avec délice dans la New Age, tirant son inspiration du romancier Arthur C. Clarke (auteur entre autres de 2001, Odyssée de l'Espace) et de l'ouvrage qui donne son nom à l'album dont il est question ici.

Dès les premières notes de l'enchaînement In the Beginning - Let There be Light, l'ambiance est donnée : priorité aux sonorités synthétiques et planantes qui définissent si bien le style. Le voyage, entièrement instrumental, va s'enchaîner durant près d'une heure, et emporter l'auditeur dans un bien-être auditif continu. Car une fois de plus (cf. notre chronique de Discovery) quand Mike Oldfield s'aventure dans un style à priori inédit pour lui, il le fait bien et surtout beaucoup mieux que les autres.

Ici, les mélodies sont lumineuses et, quoique quelquefois répétitives, semblent couler de source. Elles se retrouvent de surcroît enjolivées par l'inévitable Oldfield's touch : une guitare que l'on ne présente plus, des chœurs aux accents tribaux plutôt rares mais toujours présents à bon escient, et puis l'inévitable détour par un monde… tubulaire (mais comment fait-il ?), reprenant pour une nième fois (et ce ne sera pas la dernière) la rythmique si particulière de son thème fétiche. Et puis tant qu'à reprendre les codes du genre, notre homme se permet même de rendre un hommage appuyé à un des maîtres de la profession, avec un Lament for Atlantis que n'aurait pas renié Vangelis. Avant de clore cette chronique, il était nécessaire d'évoquer le final A New Beginning, sorte d'Ovni de fin d'album (un chant ethnique) qui doit plus au final d'Ommadawn et ses percussions africaines qu'au style de Songs … ! Mais quand on s'appelle Mike Oldfield, on peut définitivement (presque) tout se permettre.

Réussite saluée en son temps par toute la critique, The Songs of Distant Earth reste un album plutôt à part dans la discographie de Mike Oldfield et qui n'aura pas de lendemain. Mais sa qualité de composition et d'interprétation, associée à une production d'une clarté et d'une limpidité prodigieuses rendent toujours son écoute aussi passionnante, et ce malgré les années écoulées.

A noter également que cet album fut l'un des premiers, si ce n'est le premier, à proposer une piste CD-ROM, lisible à l'époque sur Macintosh, et présentant un clip futuriste avec des animations 3D, préfigurant l'aventure d'Oldfield dans les "jeux videos" quelques années plus tard… Mais ceci est une autre histoire...

Plus d'information sur http://www.mikeoldfieldofficial.com/



GROUPES PROCHES:
WOLF LARSEN, SENSITIVE TO LIGHT, DREAM ARIA, MORILD, ETERNAL WANDERERS, GIORGIO C. NERI, KARDA ESTRA, EUREKA, ANTONIUS REX, ERIC VALLEY

LISTE DES PISTES:
01. In The Beginning - (1'24)
02. Let There Be Light - (4'52)
03. Supernova - (3'29)
04. Magellan - (4'41)
05. First Landing - (1'16)
06. Oceania - (3'27)
07. Only Time Will Tell - (4'19)
08. Prayer For The Earth - (2'10)
09. Lament For Atlantis - (2'44)
10. The Chamber - (1'49)
11. Hibernaculum - (3'32)
12. Tubular World - (3'23)
13. The Shining Ones - (2'59)
14. Crystal Clear - (5'42)
15. The Sunken Forest - (2'39)
16. Ascension - (5'48)
17. A New Beginning - (1'33)


FORMATION:
David Nickless: Chant / choeurs
Ella Harper: Chant / choeurs
The Tallis Scholars: Chant / choeurs
Cori Josias: Chant / choeurs
Mark Rutherford: Tablas
Mike Oldfield: Guitares / Basse / Claviers
Molly Oldfield: Claviers


TAGS:
Concept-album, Planant, Planant, Symphonique
 
 
(1) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
REALMEAN - 25/09/2010 -
0 0
5/5
Un album qui ne vieillit pas !
Peu importe que l'on soit ou non dans l'état d'esprit de Songs of Distant Earth, au moment où l'on appuie sur la touche de lecture: on y est plongé instantanément dès les premières notes. L'immersion dans ce nouvel univers de Mike Oldfield, fascinant, mystérieux, envoutant, est totale.

L'album prolonge d'une manière son prédécesseur Tubular Bells II, mais à la différence qu'il ne s'inscrit dans aucun cadre connu: sa couleur musicale "lissée" lui ressemble, mais "Songs..." transcende le principe de l'album-concept, alors que TB II ne faisait que le revisiter. Ce dernier nous apporte un nouvel éclairage (très inspiré, il est vrai) sur l'oeuvre initiale, Tubular Bells, à travers une construction segmentée.
"Songs...", au contraire, s'il est conçu d'emblée sur un édifice similaire, n'a pas de modèle de départ, et arbore pourtant toute la logique, toute la cohérence et toute la puissance d'un album concept.
Une fois la lecture démarrée, on dirait qu'une force mystérieuse nous empêche de l'arrêter: on l'écoute jusqu'au bout, c'est comme une évidence.

Comme pour Discovery, je dois noter cet album pour ce qu'il est, ou plutôt pour ce qu'il n'est pas: ni progressif, ni chill-out, ni celtique, ni new-age, mais un cocktail de tout cela, et même davantage, au résultat indéfinissable. Je ne peux pas descendre en-dessous de 9/10.

Très difficile, avec Mike Oldfield, de dire quel serait le "meilleur album". Cette notion n'a pas beaucoup de sens, au regard d'une oeuvre aussi protéiforme.
Mais le plus étrange ? ce serait peut-être Songs of Distant Earth.

Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC MIKE OLDFIELD
DERNIERE ACTUALITE
MIKE OLDFIELD: Return To Ommadawn
Toutes les actualités sur MIKE OLDFIELD
NOTES
4/5 (2 avis) 4.3/5 (3 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
CLARENCE BUCARO: New Orleans (2009)
ROCK
 
CHRONIQUE SUIVANTE
BLUE OYSTER CULT: The Curse Of The Hidden Mirror (2001)
HARD ROCK
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT MIKE OLDFIELD
MIKE-OLDFIELD_Return-To-Ommadawn
Return To Ommadawn (2017)
5/5
4.8/5
MERCURY / ROCK PROGRESSIF
MIKE-OLDFIELD_Man-On-The-Rocks
Man On The Rocks (2014)
3/5
3.3/5
VIRGIN / POP
MIKE-OLDFIELD_Tubular-Beats
Tubular Beats (2013)
1/5
-/5
EDEL / AUTRES
MIKE-OLDFIELD_Music-of-the-Spheres
Music of the Spheres (2008)
2/5
4/5
UNIVERSAL / ROCK PROGRESSIF
MIKE-OLDFIELD_Light--Shade
Light + Shade (2005)
1/5
4/5
MERCURY / AUTRES
 
.
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020