GROUPE/AUTEUR:

THE CULT

(ROYAUME UNI)

TITRE:
ELECTRIC (1987)
LABEL:
BEGGARS BANQUET
GENRE:
HARD ROCK

""
NUNO777 - 31.07.2009 - (0) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
4/5
L’année 1987 est une année importante dans le monde de la musique. D’une part elle voit la création de deux groupes majeurs d’un style musical tout nouveau, le grunge, que sont Nirvana et Alice In Chains, et, d’autre part, la sortie du premier EP de Soundgarden. C’est dans cette atmosphère que les Anglais de The Cult vont sortir l’album Electric dont le titre dit l’essentiel.

Après deux albums sortis à un an d’intervalle et gardant une coloration post-punk gothique très forte, le groupe commence à composer pour son troisième album. Ils ont gardé auprès d’eux Steve Brown le producteur de Love mais devant le résultat de certains titres (et sans doute voyant le déclin de leur style musical poindre), ils décident de limoger le bon Steve au profit de Rick Rubin (Slayer, System Of A Down, Red Hot Chili Peppers…), qui va rendre le son d’Electric plus tranchant et, dirons-nous, plus américain.
Certains titres disparaissent de la version enregistrée par Brown et la majorité est retravaillée pour être plus en phase avec les attentes (et les ambitions) du groupe.
Le résultat est qu’Electric reste le premier album à avoir traversé l’Atlantique avec succès, tout en opérant un changement notable de direction artistique avec un hard-rock beaucoup moins ambitieux dans l’inspiration que ne pouvaient l’être ses deux prédécesseurs. La voie de la reconnaissance s’ouvre pour les quatre anglais et le sommet commercial arrivera pour consacrer la sortie, deux ans plus tard, de Sonic Temple. Mais il s'agit d'une autre histoire.

Le premier titre, "Wild Flower" est une bonne mise en bouche avec riff direct, solo de Duffy et chant rocailleux de Astbury. Le refrain est bien trouvé avec de bons apports du groupe mais on reste quand même dans un carcan rock très classique. "Peace Dog" est intéressante dans son rythme saccadé et par les chorus de Duffy pris un peu partout dans le morceau. Duffy restera très sobre dans ses prises de soli malgré une dextérité évidente. "Bad Fun" fait même la démonstration de toute sa technique à la wah. Le blues, qui a toujours nourri l’inspiration du binôme, est plus que bien représenté dans l'entêtant "Lil’ Devil" ou "King Contrary Man".
L’album déroule sans temps mort ce pour quoi il est fait: donner, à qui sait l’écouter, des occasions de prendre du plaisir avec une décharge salvatrice de hard pur jus. Ne cherchez pas les ballades dans Electric, car les musiciens resterons survoltés quoiqu’il arrive. "Love Removal Machine" vient marcher sur les plates-bandes des Rolling Stones avec réussite, et The Cult se permet même la reprise du titre original de Steppenwolf "Born To Be Wild", dans laquelle Astbury met l’intention.

Que de bons morceaux au plus près du rock sans artifices ni ambiance ésotérique, ce qui fait de ce Electric un disque passe-partout qui ne peut que plaire aux fans de rock carré. Billy Duffy y va de ses soli dans chaque piste et la décontraction est de rigueur. Après deux albums assez lourds et denses, The Cult a viré de bord. Electric est court (moins de quarante minutes) et fait la démonstration que The Cult est un vrai grand groupe de hard-rock, qui en un album incarne le rock mieux que certains groupes en toute une carrière. Par son côté très brut, il se démarquera du prochain album Sonic Temple, véritable succès pour le groupe et doté d’une production bien plus léchée qu’Electric. En trois albums, The Cult s’affirme de plus en plus et fournit aux fans trois occasions de célébrer un groupe qui sait se renouveler avec grand talent.

Plus d'information sur http://www.thecult.us/



GROUPES PROCHES:
GUNS'N'ROSES, THE DOORS, LED ZEPPELIN

LISTE DES PISTES:
01. Wild Flower 03:39
02. Peace Dog 03:33
03. Lil' Devil 02:47
04. Aphrodisiac Jacket 04:10
05. Electric Ocean 02:50
06. Bad Fun 03:32
07. King Contrary Man 03:32
08. Love Removal Machine 04:16
09. Born To Be Wild 03:55
10. Outlaw 02:51
11. Memphis Hip Shake 03:57


FORMATION:
Billy Duffy: Guitares
Ian Astbury: Chant
Jamie Stewart: Basse
Les Warner: Batterie


TAGS:
70's, Bluesy
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC THE CULT
DERNIERE ACTUALITE
THE CULT: Hidden City
Toutes les actualités sur THE CULT
NOTES
4/5 (2 avis) 3.8/5 (4 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
BREAKING BENJAMIN: Phobia (2006)
GRUNGE
 
CHRONIQUE SUIVANTE
PAUL SHORTINO: Chasing My Dream (2009)
A.O.R.
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT THE CULT
THE-CULT_Hidden-City
Hidden City (2016)
5/5
5/5
EPHELIDE / ROCK
THE-CULT_Choice-Of-Weapon
Choice Of Weapon (2012)
4/5
3/5
EPHELIDE / ROCK
THE-CULT_Born-Into-This
Born Into This (2007)
4/5
4/5
ROADRUNNER RECORDS / HARD ROCK
THE-CULT_Beyond-Good-And-Evil
Beyond Good And Evil (2001)
4/5
-/5
ATLANTIC RECORDS / HEAVY METAL
THE-CULT_The-Cult
The Cult (1994)
5/5
4.5/5
BEGGARS BANQUET / ROCK ALTERNATIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020