ARTISTE:

NIRVANA

(ETATS UNIS)
TITRE:

NEVERMIND

(1991)
LABEL:

GEFFEN

GENRE:

GRUNGE

TAGS:
90's, Chant éraillé, FM, Oppressant, Raw
""
ZOSO (28.07.2009)  
4/5
(1) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

À bien des titres, "Nevermind" est un album capital. Sans parler du mouvement grunge, aux caractéristiques plus circonstancielles que stylistiques (ce qui explique son évaporation soudaine et la parcimonie avec laquelle ces caractéristiques seront utilisées plus tard), parlons d'abord du groupe. "Nevermind" révèlera Nirvana, "Nevermind" sera Nirvana. Même l'orthographe des deux mots est éloquente.

Nirvana, de par son indépendance par rapport au reste de la scène rock/hard de l'époque, est immédiatement placé dans les rangs des contestataires. Les intellectuels qui, depuis le feu de paille punk, défendent une musique minimaliste en taillant dans le gras à grands coups de réquisitoires pré-mâchés, prennent alors sous leurs ailes ce groupe qui refuse avec courage le "star system". En louant son intégrité pour démontrer la leur, et en proposant à une génération qui n'en demandait pas tant un modèle nihiliste qui sent bon la facilité, ces bien pensants propulsent Nirvana et son leader Kurt Cobain sur le devant d'une scène qu'ils fuyaient à tout prix.

Et le disque est un paradoxe. Utilisé à travers les années comme étendard du rock alternatif et libre, "Nevermind" est surtout un album étroit et coincé. Coincé dans une production lisse et sans saveur, œuvre du même Butch Vig qui MTVisera le groupe. Coincé derrière un formatage qui est à la musique de Nirvana ce qu'est le MP3 au son d'un disque: une version simplifiée, qui ne livre que le principal en oubliant l'essentiel. Le paradoxe, c'est aussi celui d'un album qui sera un immense succès commercial, et qui drainera des foules in-désirées aux pieds fuyants de Cobain.

L'album s'ouvre sur le méga-hit 'Smell Like Teen Spirit', qui déboule lentement et massivement pour tout brûler sur son passage, et s'atténue au fur et à mesure, comme un feu qui s'éteint. C'est même une véritable agonie puisque, mis à part le sursaut 'On A Plane', l'album décline lentement pour atteindre son crépuscule sur un 'Something In The Way' mélancolique et déconcertant, où la bête vaincue use ses derniers souffles sur fond de violons. La hargne est toujours là pourtant. Elle se ressent tout au long du disque, mais sans le contact qu'apportait "Bleach". Cobain se débat derrière une vitre, dans une camisole de force. Les grattes sont lointaines également, overdubbées et superposées. La batterie, triggée, sonne artificielle et lisse.

Mais derrière tout ça ? Dans ce triste emballage, les hits s'alignent, imparables. Les morceaux sont solides. Mélodies de chant entêtantes, riffs rageurs et géniaux, rythme d'acharné... tout le talent de Cobain s'exprime, là, sous le vernis. Il parait que le rock est mort le jour où il a été mis dans un musée. "Nevermind" est un mort-né, une fausse couche, un avortement. Mis sous verre avant même sa sortie, ce disque donnera une véritable crédibilité (commerciale) à un rock alternatif qui se jettera sur le trône dont Cobain ne veut pas. "Nevermind" traumatisera le paysage musical, et tuera son auteur.


Plus d'information sur



GROUPES PROCHES:
SOUNDGARDEN, THE SLEEPPERS, POLUTION, LES BECASSES, DECEIT, NAVEL, ALICE IN CHAINS, SWAMP FREAKS, KLYMT, AUDIOSLAVE

LISTE DES PISTES:
01. Smells Like Teen Spirit - 05:01
02. In Bloom - 04:14
03. Come As You Are - 03:39
04. Breed - 03:03
05. Lithium - 04:17
06. Polly - 02:57
07. Territorial Pissings - 02:22
08. Drain You - 03:43
09. Lounge Act - 02:36
10. Stay Away - 03:32
11. On A Plain - 03:16
12. Something In The Way - 03:55 / Endless, Nameless

FORMATION:
Chris Novoselic: Basse
Dave Grohl: Batterie
Kurt Cobain: Chant / Guitares
   
(1) AVIS DES LECTEURS    
NESTOR - 30/07/2009 -
  0 0
5/5
Difficile d'isoler ce disque de la folie et du succès qu'il rencontra. Et du mouvement auquel il est attaché.
Pourtant, lorsque cet album est apparu, ce fut une baffe énorme.
Cela faisait bien longtemps que nous n'avions pas rencontré une telle fraicheur et un tel talent.
Le groupe y apparait totalement décomplexé et n'hésite pas à passer de l'ultra brutal "Territorial Pissing" au très doux "Come As You Are", avec un seul point commun ; la qualité d'écriture et la simplicité des structures.

Le talent à l'état brut, un disque incontournable qui a pour seul défaut de ne pas avoir pu garder la virginale saveur de l'underground, de l'anonymat.

Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
Haut de page
LECTEURS:
4.7/5 (3 avis)
STAFF:
3.8/5 (10 avis)
MA NOTE :
 
 
DERNIERE ACTUALITE
Nirvana: Nevermind Deluxe Edition
 
AUTRES CHRONIQUES
HELLOWEEN: The Dark Ride (2000)
HEAVY METAL -
HOUSE OF LORDS: Sahara (1990)
A.O.R. -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT NIRVANA
NIRVANA_Unplugged-In-New-York
Unplugged In New-York (1994)
4/5
2.7/5
GEFFEN / GRUNGE
NIRVANA_In-Utero
In Utero (1993)
4/5
4.5/5
GEFFEN / GRUNGE
NIRVANA_Incesticide
Incesticide (1992)
1/5
3/5
GEFFEN / GRUNGE
NIRVANA_Bleach
Bleach (1989)
4/5
2.5/5
AUTRE LABEL / GRUNGE
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020