GROUPE/AUTEUR:

THE CULT

(ROYAUME UNI)

TITRE:
THE CULT (1994)
LABEL:
BEGGARS BANQUET
GENRE:
ROCK ALTERNATIF

""
NUNO777 - 17.08.2009 - (0) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
5/5
Les trois ans d’attente entre Ceremony et The Cult (connu chez les fans sous le nom Black Sheep eu égard à la pochette) sont dus à plusieurs événements. Tout d’abord la mort en 1992 du premier batteur de The Cult, Nigel Preston, tombé dans la drogue quelques années plus tôt. Ensuite le travail d’introspection de Ian Astbury, qui va mettre beaucoup de sa personne dans ce nouvel album. Et enfin, les tensions au sein du duo de compositeurs lors de l’enregistrement de Ceremony qui ont laissé des traces. Quoiqu’il en soit, Black Sheep sort bien en 1994 et il célèbre le retour de Bob Rock à la production (qui vient aussi placer quelques accords de guitare acoustique ici ou là). La section rythmique est encore remaniée mais Duffy et Astbury sont là, et pour Ian, l’implication est totale. Il s’avère que Black Sheep est le disque le plus sombre composé par le groupe. Boudé par les fans de Sonic Temple qui ne se donnaient pas le temps de rentrer dans cette œuvre, c’est avec douleur que va se dérouler la tournée de promotion de ce disque.

Véritable mouton noir du groupe (facile!), ce Black Sheep n’en reste pas moins un des tout meilleurs albums du Cult, pour peu qu’on se donne la peine de rentrer dedans. Et ce n’est pas les premières secondes qui vont simplifier la tache des auditeurs. En effet, les premières mesures de "Gone" sont d’une surprise déconcertante. Une batterie faite de roulements de toms à la "Come Together" avec un son brut et une basse venue des profondeurs du rock…les ombres de Jimi Hendrix et de Led Zeppelin n’ont jamais été aussi présentes. On se laisse envahir par l’ambiance incroyablement prenante de ce premier chef d’œuvre et on remet ça avec "Coming Down (Drug Tongue)" et sa rythmique envoûtante. Le refrain gicle au visage avec évidence nous ramenant un peu en terrain connu. Après seulement deux titres, on ne peut que rester admiratif devant la qualité de mutation du groupe, la même qui empêche malheureusement chaque nouvel album de fédérer une base de fan solide.

Entrons directement dans la grande particularité du disque, à savoir une prise de position manifeste de la part d’Astbury avec un message politique explicite. D’une part, dans les titres où nous retrouvons la notion de liberté et d’universalité, et d’autre part dans le contenu des textes clairement en faveur de toutes les revendications passées ou actuelles. Dans le livret du disque nous retrouvons d'ailleurs une affiche avec le slogan « La Beauté est dans la rue » crié par certains étudiants lors des révoltes de mai 68. Autre exemple, la chanson "Real Grrrl" qui participe sans doute à saluer le mouvement féministe (le Riot Grrrl étant un mouvement musical et féministe des années 90) et les paroles très explicite de "Star" (« Star, I'll reach you if I try/Riot girl, show me your truth, yeah ») dans le même esprit.

Pour revenir à la musique, "Black Sun" renvoie des sonorités très ethniques du meilleur effet et "Joy" surprend par son approche très The Doors. "Star" est encore plus inhabituel avec quelques sonorités électro et un couplet très Rolling Stones. "Sacred Life" quintessencie toute la noirceur de cet album avec une mélodie acoustique très légère mais alourdit par une basse très profonde. La grosse basse bien vibrante de "Universal You" laisse place à une batterie en rim-shot et son clair de guitare. La mode du grunge semble avoir eu raison de l’inspiration de Astbury et Duffy et cette chanson est en quelques sortes le morceau grunge de Black Sheep. Comme à chaque album maintenant, une ou plusieurs chansons résonnent plus particulièrement avec un air très évident qui semble appartenir à l’éternité. Le refrain de "Sacred Life" est de ceux-ci. Le rock plus traditionnel n’est pas oublié et "Be Free" le démontre avec brio. Enfin, l’album se clôt sur une ballade qui lentement prend corps pour une explosion finale magnifiée par la voix d’Astbury. "Saints Are Down" est l’épilogue d’un album sombre et torturé, mélange de tragique et de révolte en faveur d’une humanité plus juste.

Véritable chef d’œuvre de rock cross-over, comme disent les Américains quand un disque parcourt autant de styles différents, il y a tout The Cult et bien plus dans cet album qui restera assez confidentiel dans la carrière des anglais malgré la qualité de composition. Il est ainsi grand temps de réhabiliter ce disque parmi les grands albums de rock toutes époques confondues, et s'il est toujours délicat d’établir un classement des œuvres de The Cult tant les contenus diffèrent albums après albums, je placerai quand même ce Black Sheep en haut de la liste. The Cult (Black Sheep) est l’acmé du groupe en terme d’inspiration. A croire que les troubles internes au groupe sont de bonne compagnie. Mais à la suite de concerts annulés en 1995, le groupe se sépare pour la première fois (et pas la dernière). En attendant la suite de l’histoire, plongez-vous dans The Cult (Black Sheep) sans hésiter.

Plus d'information sur http://www.thecult.us/



GROUPES PROCHES:
GUNS'N'ROSES, THE DOORS, LED ZEPPELIN

LISTE DES PISTES:
01. Gone 03:49
02. Coming Down (Drug Tongue) 06:37
03. Real Grrrl 04:26
04. Black Sun 06:19
05. Naturally High 04:23
06. Joy 04:50
07. Star 05:01
08. Sacred Life 05:47
09. Be Free 03:49
10. Universal You 05:15
11. Emperor's New Horse 04:21
12. Saints Are Down 06:54


FORMATION:
Billy Duffy: Guitares
Bob Rock: Guitares
Craig Adams: Basse
Ian Astbury: Chant
Jim McGiueray: percussion
Scott Garrett: Batterie
Scott Humphrey: Claviers


TAGS:
90's, Psychédélique
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC THE CULT
DERNIERE ACTUALITE
THE CULT: Hidden City
Toutes les actualités sur THE CULT
NOTES
4.5/5 (2 avis) 4.5/5 (4 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
GUNS'N'ROSES: Use Your Illusion II (1991)
HARD ROCK
 
CHRONIQUE SUIVANTE
ANORAK: My Own Haze (2009)
HARDCORE
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT THE CULT
THE-CULT_Hidden-City
Hidden City (2016)
5/5
5/5
EPHELIDE / ROCK
THE-CULT_Choice-Of-Weapon
Choice Of Weapon (2012)
4/5
3/5
EPHELIDE / ROCK
THE-CULT_Born-Into-This
Born Into This (2007)
4/5
4/5
ROADRUNNER RECORDS / HARD ROCK
THE-CULT_Beyond-Good-And-Evil
Beyond Good And Evil (2001)
4/5
-/5
ATLANTIC RECORDS / HEAVY METAL
THE-CULT_Ceremony
Ceremony (1991)
4/5
4/5
BEGGARS BANQUET / ROCK
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020