.
.
GROUPE/AUTEUR:

MADMEN AND THE DREAMERS

(ETATS UNIS)

TITRE:
REMEMBRANCE (2009)
LABEL:
AUTOPRODUCTION
GENRE:
ROCK PROGRESSIF

""
ABADDON - 12.08.2009 - (1) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
1/5
L’opéra rock, ça évoque quoi pour vous ? Pour les plus anciens d’entre nous, il reste attaché à “Tommy”, des Who, le disque qui a consacré le terme; ou à certaines productions de Queen (“A Night At The Opera”), même à certaines BO comme “Phantom Of The Paradise” de John Williams. Plus récemment, les Italiens de PFM ont également, avec le lyrisme qui les caractérise, créé un “Dracula” de bonne facture, et nous pouvons retrouver le genre dans les productions d’Arjen Lucassen - “The Final Experiment” est sous-titré “rock-opera” - et jusqu’à l’année dernière dans le “She” de Clive Nolan. Point commun de toutes ses productions: la sophistication et un brin d’emphase, caractéristiques propres à soulever les passions que le genre opéra a toujours été habile à susciter.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le Remembrance des Américains de Madmen And The Dreamers tranche avec ce parti-pris. En 2005, Mark Durstewitz, claviériste et tête pensante du groupe, avait déjà conçu “The Children Of Children”, déjà intitulé opéra rock. Il récidive quatre ans plus tard avec "Remembrance", le line-up du groupe ayant été copieusement remanié, puisque seul Mario Renes (et Mark naturellement) subsistent de l’aventure “Children”.

Ne cherchez pas ici la démesure retrouvée par exemple dans “She”, avec d’amples variations orchestrales, ou la sophistication instrumentale des space-opéra d’Ayreon. A l’écoute de "Remembrance", nous retrouvons des réminiscences d'Elton John, Alice Cooper, Freud (Eric Woolfson) ou des Who : rien de bien récent ! L’orchestration, réduite à des claviers simples et une guitare assez brute, reste d’une sagesse toute académique qui avait cours dans les années 70, mais qui paraît quelque peu lisse pour l’oreille actuelle. Si Mark Durstewitz sait composer des titres sympathiques (Earning My Subsistance, Into The Fold, Collateral Damage s’écoutent très aisément), il encombre l’histoire de nombreux récitatifs extrêmement rébarbatifs sur fond musical discret (les sept minutes d’Industrial Age en sont l’exemple le plus marquant) qui font complètement - et souvent - décrocher l’auditeur, et mettent en avant les imperfections du reste de la production, qui apparaît datée et trop “cheap” (bon marché, en bon français).

En définitive, faute de continuité musicale, même les amateurs de nostalgie 70’s auront bien du mal à trouver du charme à cet opus trop verbeux et pas assez performant au plan de la réalisation. Le propos s’étire et se perd au long des cent minutes : un resserrement de l’écriture aurait été très souhaitable ici.

Plus d'information sur http://www.madmen-and-dreamers.com



GROUPES PROCHES:
ALICE COOPER, THE WHO

LISTE DES PISTES:
101. Remembrance - 08:15
102. The Industrial Age - 07:07
103. Opportunity Calls - 01:39
104. The Business Dance - 04:25
105. My Heart - 06:33
106. Hand In Hand - 05:47
107. Newcast 1 - 00:25
108. Dear Nance - 00:58
109. Suicide By Profit - 04:19
110. Give Us Faith - 01:03
111. Newcast 2 - 00:25
112. Earning My Subsistence - 03:32
113. Take Time - 03:41
114. Into The Fold - 02:34
115. Newcast 3 - 00:24
116. The Dirty Deed - 02:17
117. Don't Step Out Of Line - 04:12
118. The Dirty Deed Reprise - 01:33
119. Pray For Rain - 01:01
120. The Phone Call - 01:01
201. Stampede Of Words - 05:00
202. Collateral Damage - 06:52
203. What Have I Done? - 02:59
204. Child's Play - 04:26
205. Newscast 4 - 00:25
206. Some Blood Must Flow - 03:40
207. Kick My ... - 02:56
208. Ploughshares Into Swords - 02:01
209. Remembrance Reprise - 00:59
210. Nancy - 01:18
211. Battlefield - 04:54
212. Epilogue - 03:09


FORMATION:
Bob Dunleavy: Batterie
Christine Hull: Chant
Ed Dozier: Guitares
Luca Grella: Chant
Mario Renes: Basse
Mark Durstewitz: Chant / Claviers


TAGS:
Concept-album, Opera Rock, 70's
 
 
(1) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
TONYB - 12/08/2009 -
0 0
2/5
Je serais un (petit) peu moins sévère que mon ami Abaddon ... Il n'empêche que l'on s'ennuie ferme à l'écoute de cette galette, bien trop longue pour tenir l'auditeur en haleine sur la durée.
Il y a pourtant de bons passages, quelques compositions intéressantes, mais qui se retrouvent noyées dans un verbiage incessant. La qualité des orchestrations est également fluctuante, passant du très bon au quelconque.

Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC MADMEN AND THE DREAMERS
NOTES
- /5 (0 avis) 1.5/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
BEHEMOTH: Evangelion (2009)
DEATH METAL
 
CHRONIQUE SUIVANTE
GAMMA RAY: Alive'95 (1996)
HEAVY METAL
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT MADMEN AND THE DREAMERS
.
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020