ARTISTE:

MIDAS

(JAPON)
TITRE:

BEYOND THE CLEAN AIR

(1988)
LABEL:

MUSEA

GENRE:

ROCK PROGRESSIF

TAGS:
80's, Fusion, Symphonique
""
ABADDON (14.09.2009)  
3/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Ah, le Japon ! Son Mont Fuji-Yama, ses Kimono, ses jardins zen, son théâtre Nô, ses arts matiaux, ses sushi, ikebana, et autres origami, son Kâmasûtra ... euh, non, celui-ci est Indou. Et là n’est pas la question. Le Japon, disais-je, et sa musique progressive... Car depuis Cosmos Factory ou Tomita, l’Empire du Soleil Levant est le seul pays extra-européen qui a vraiment développé le rock progressif, avec une apogée dans les années 80, époque où le genre se faisait plus discret en Europe. En bons amateurs de joujoux électroniques, les Japonais ont toujours accordé une prépondérance marquée aux claviers.

Midas est justement un quatuor qui a débuté dans ces années-là, et si les claviers d’Eishyo Lynn ont effectivement une place importante, l’originalité du groupe tient surtout à l’utilisation du violon par Eigo Utoh, également vocaliste. Beyond the Clean Air, paru en 1988, est considéré comme leur œuvre majeure, dans un style entre le prog symhonique et la fusion jazz.

L’entame, très ample et très symphonique, n’est pas totalement représentative du style du groupe (on pense ici à Watcher of the Skies de Genesis), style généralement plus rapide, entrecroisant les lignes de claviers et de violon, avec des sonorités évoquant un Out of the Wilderness d’Arena qui se serait teinté du violon de Robby Steinhardt (Kansas). Alléchant, me direz-vous ? Hélas, l’auditeur reste assez distant, la virtuosité l’emportant largement sur l’émotion et l‘écoute souffrant d’une section rythmique terriblement conventionnelle et d’un chant souvent martial, utilisant la voix de tête avec insistance, ce qui le rend vite lassant.

Reste un album pas déplaisant, fortement ancré dans son époque et dans son style, très typique du prog japonais 80’s donc. Pour moi, la sauce a du mal à prendre, la faute à des synthés trop typés, à la voix passant mal et au jeu généralement un peu trop mécanique des musiciens. Mais peut-être ai-je l’oreille trop occidentale... Il faut malgré tout reconnaitre que certains morceaux recèlent quand même une belle qualité de composition (le morceau d’ouverture et le morceau-titre). A écouter quand même pour votre culture musicale !


Plus d'information sur http://www.hcn.zaq.ne.jp/midas/



GROUPES PROCHES:
RICK WAKEMAN, WARZECKA


LISTE DES PISTES:
01. Sham Noctiluca - 08:07
02. The Slough Of Despond - 15:34
03. Mortuary - 04:47
04. Beyond The Clear Air - 18:45
05. Green Forest (bonus Track) - 08:54

FORMATION:
Eigo Utoh: Chant / Violon
Eishyo Lynn: Claviers
Katsuaki Mishima: Basse
Kazuo Katayama: Batterie
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
3/5 (1 avis)
STAFF:
2.5/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
 
AUTRES CHRONIQUES
NIGHTMARE: Power Of The Universe (1985)
HEAVY METAL -
DARZAMAT: Solfernus' Path (2009)
METAL GOTHIQUE -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT MIDAS
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022