ARTISTE:

TROY DONOCKLEY

(ROYAUME UNI)
TITRE:

THE MADNESS OF CROWDS

(2009)
LABEL:

AUTOPRODUCTION

GENRE:

ROCK PROGRESSIF

TAGS:
Celtique, Chant aigu, Chant féminin, Instrumental, Mélancolique, Planant, Planant, Symphonique
""
MARC M (16.11.2009)  
4/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Connu comme le spécialiste des Uilleann pipes et des fameux low whistles au sein de Iona, groupe qu'il vient hélas de quitter officiellement, Troy Donockley a fait un peu plus parler de lui ces derniers temps pour ses contributions aux deux derniers CD de Nightwish, qu'il a carrément accompagné en tournée ! Troy compose, produit et accompagne aussi Maddy Prior depuis 1999, ainsi que la chanteuse anglaise Barbara Dickson. Ce 3ème album solo, toujours autoproduit, qui fait suite aux fantastiques "The pursuit of illusion" (2003), et "The unseen stream" (1998), est relativement différent, légèrement plus expérimental, ce qui ne signifie pas "bruitiste", heureusement. Il est sans doute plus aventureux mais tout aussi passionnant.

Outre Barbara Dickson parmi les invités, on trouve Heather Findlay (chant), Joanne Hogg (chant) et Frank Van Essen (violon, alto et batterie !), les deux compères de Iona, Rosie Biss (violoncelle), Brad Lang (basse), et même un quintette hautbois, flûte, violon, harpe, basson ! La liste des instruments dont joue Troy est impressionnante : Uilleann Pipes, flûtes, guitares acoustiques et électriques (avec l'e-bow, cet archet électronique qui lui permet de sonner un peu comme un violon, à la manière de Steve Hackett), synthétiseurs et piano, percussions, mandoline, bouzouki. On entend aussi un peu sa voix medium et suave sur deux titres. Les synthés, magnifiques du reste, participent davantage aux orchestrations qu'auparavant.

Les musiques celtiques ne sont que l'une des influences de Donockley, qui est connaisseur de classique, des grands groupes progressifs, et d'autres musiques folkloriques… Ici, on trouve des traces de musique indienne, une citation de Gabriel Fauré, des traces de Vaughan-Williams ou Elgar, etc. Décrivons juste le morceau-titre situé en ouverture. Il s'agit d'une suite de 9 minutes en 4 parties, qui démarre par une adaptation du "Benedictus" de Fauré interprétée d'une voix angélique par Joanne Hogg, sur un fond de synthétiseurs orchestraux aux textures vaporeuses. Il évolue par la suite vers une section comportant des percussions ethniques, créant une sorte de world music orchestrale aux accents indiens, peut-être australiens aussi, avec quelques vocalises de Nick Holland pour finir de nouveau en beauté sur un thème symphonique superbe.

Trois autres des sept morceaux dépassent les 8 minutes et possèdent des structures très progressives avec des contrastes du même genre, la dissonance en moins. "End of Faith" qui termine l'album possède quand même une section constituée par une sorte de bourdonnement en crescendo, rappelant la "musique cosmique" ou contemporaine avant de se muer en un hymne émouvant, longue glissade lyrique aux accents classiques. "Now, Voyager" comporte une intro vocale, puis une section orchestrale avec des vers de Walt Whitman scandés par divers invités puis Joanne Hogg chante de nouveau une partie celtique qui évolue en un final symphonique et plus dynamique. Le mystérieux et envoûtant "Orkahaugr" (11:17) est entièrement instrumental et indescriptible tellement il fusionne les genres et tous les instruments dans un voyage onirique dont le final est, là encore, plus direct et entraînant ! Troy y démontre entre autres son jeu de cornemuse si émouvant. Les trois autres titres, instrumentaux eux-aussi, sont à la fois très calmes et plus courts : "Reeds" est plutôt celtisant, les deux autres fortement influencés par le classique ; "Exiled" est un morceau mélancolique pour violoncelle et piano, harpe, synthé, guitare ; "The Procession" est une pièce solennelle arrangée pour guitare électrique, synthé, hautbois et violon !

A part quelques expérimentations, "The Madness of Crowds" est donc un album aussi magnifique que les deux précédents opus de Troy. Ajoutons que l'édition originale du CD est présentée dans un énorme digipack à 9 volets, illustré de sculptures baroques ou de paysages somptueux, le tout étant inséré dans un étui cartonné… Un bien bel objet, original, qui fait honneur à cette musique qui défriche davantage que la plupart des groupes de rock progressif actuels. Troy Donockley est sans le moindre doute un artiste à découvrir pour tous ceux qui assurent aimer ce genre !


Plus d'information sur http://www.troydonockley.co.uk/



GROUPES PROCHES:
MIKE OLDFIELD, KOMPENDIUM, IONA


LISTE DES PISTES:
01. The Madness Of Crowds (8:54)
02. Reeds (5:14)
03. Exiled (5:15)
04. Now, Voyager (9:13)
05. The Procession (3:14)
06. Orkahaugr (11:17)
07. End Of Faith (8:12)

FORMATION:
Barbara Dickson: Chant
Brad Lang: Basse / contrebasse, basse fretless
Daniel Gregg: hautbois
Frank van Essen: Batterie / violon, alto, percussion
Heather Findlay: Chant
Joanne Hogg: Chant
Lucy Muir: harpe
Martin Vanderhoff: basson
Nick Holland: Chant
Peter Carter: clarinette
Rosie Biss: violoncelle
Troy Donockley: Chant / Guitares / Claviers / Uilleann Pipes, low & high whistles, e-bow, mandoline, bouzouki, percussion
Vita Dowd: flûte
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
4/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
 
AUTRES CHRONIQUES
BOISTER: Some Moths Drink The Tears Of Elephants (2008)
AUTRES -
RAMMSTEIN: Liebe Ist Für Alle Da (2009)
METAL INDUSTRIEL - Un album correct, mais sans surprise et sans grand frisson
 
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022