ARTISTE:

INQUIRE

(ALLEMAGNE)
TITRE:

MELANCHOLIA

(2003)
LABEL:

MUSEA

GENRE:

ROCK PROGRESSIF

TAGS:
Neo, Théatral
""
TORPEDO (26.11.2003)  
2/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Pour aiguiser la curiosité, je dirais que « Melancholia » n’est pas un album comme les autres. Ses créateurs ont décidé de nous proposer un double album au contenu surprenant. Le premier CD est inspiré par « la nausée » de Jean-Paul Sartre et se présente comme une sorte de film musical. Le second est un réarrangement rock d’une symphonie pour orgue composée par Louis Vierne.

Si l’appellation film musical vous a intrigué, vous n’êtes pas au bout de vos surprises. Très proche d’un Nolan & Wakeman dans l’idée de raconter une histoire et dans les chants, « Melancholia » se détache totalement de cette référence pour ce qui touche à l’instrumental.

La plupart des titres débutent pas une courte présentation des actions réalisées par le personnage principal, Antoine. Bien que le groupe soit allemand, ces prologues sont dits dans un français tout à fait compréhensible avec un léger accent. Le déroulement se fait chronologiquement. Nous sommes à Bouville, petite ville choisie par Antoine pour pouvoir se détacher du monde. Il est pris de nausées et décide de comprendre par lui même pourquoi il a ces nausées.

La narration de cette histoire se fait en plusieurs langues. Le français pour les introductions et certains dialogues, l’anglais pour les chants et un peu d’allemand pour tout ce qui est énumération de noms. Précisons que les chants, occupés par une voix masculine la majeure partie du temps et malheureusement plus rarement par Ulla Becker ne sont pas très nombreux et qu’ils se placent dans un style entre classique (rock) et lyrique (opéra). Ils ne sont généralement accompagnés que par quelques accords de synthé. S’ajoutent bien souvent des bruitages permettant de situer le lieu où se déroule l’action.

Dès lors, la part belle est laissée aux arrangements instrumentaux. Ceux-ci suivent clairement une ligne directrice néo-progressive avec une grosse partie de solos de guitare claire sur des accords de clavier. Pas d’exploit au niveau des rythmiques qui sont réduites à leur plus simple expression. Le piano très véloce est loin d’avoir été oublié et son utilisation s’avère souvent judicieuse. Enfin, en plus des sons courants, un grand nombre de sonorités se fait entendre comme le hautbois, la clarinette ou encore la flûte.

On quitte le coté néo lorsque les sentiments du caractère principal s’exacerbent pour rentrer de plein pied dans un rock progressif assez dissonant, avec les fameuses phrases répétées plusieurs fois et montrant une certaine dose d’agressivité.

Le second album est à mon avis très dispensable. L'interpretation restera une question de gout mais le tout sonne vraiment très (trop ?) artificiel et on a parfois du mal à reconnaitre la mélodie originale.

« Melancholia » est un album ambitieux mais Inquire a peut être visé trop haut ou bien a manqué de temps ou de moyens. Le concept de laisser l’auditeur imaginer les scènes aurait pu être beaucoup plus développé en ajoutant des bruitages, des textes et peut être en s’inspirant d’une œuvre un peu moins hermétique que « La Nausée ». Leur musique est un peu trop proche des classiques progressifs pour pouvoir captiver une attention de tous les instants nécessaire à ce genre.

Passée l’agréable surprise des deux premières pistes l'étonnement fait place à la routine, le duo accords de clavier-guitare limpide devient vite ennuyeux tout comme les interminables solos alourdis par une rythmique trop simpliste. Tout ceci est fort dommageable au vu du potentiel technique et stylistique de début d’album.


Plus d'information sur http://www.inquire-music.de



GROUPES PROCHES:
-


LISTE DES PISTES:
01. Bienvenue À Bouville - 07:35
02. Nausea - 06:29
03. Anny Part 1 - 03:32
04. Der Autodidakt - 09:38
05. The End Of A Sunday - 09:49
06. Anny Part 2 - 03:03
07. The Museum - 13:26
08. The Chestnut Tree - 08:04
09. Anny Part 3 - 01:21
10. Melancholia - 13:39
11. Allegro Maestoso - 03:26
12. Cantilène - 02:46
13. Intermezzo - 03:38
14. Adagio - 02:00
15. Final - 05:50

FORMATION:
Dieter Cromen: Chant / Guitares
Fernand Willy: Narration
Robert Köhler: Basse / Claviers
Thomas Kohls: Batterie
Ulla Becker: Chant
Werner Weber: Accordéon
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
2/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
 
AUTRES CHRONIQUES
RICHARD WRIGHT: Wet Dream (1978)
ROCK PROGRESSIF -
RUSH: Live In Rio (2003)
ROCK PROGRESSIF -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022