ARTISTE:

PARALLEL OR 90 DEGREES

(ROYAUME UNI)
TITRE:

JITTERS

(2009)
LABEL:

AUTOPRODUCTION

GENRE:

METAL PROGRESSIF

TAGS:
""
TONYB (01.12.2009)  
4/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Après avoir galéré de nombreuses années avec son groupe original, Parallel or 90 Degrees (PO90 pour les intimes), avant de rencontrer le succès d'estime, si ce n'est commercial, que l'on connaît avec The Tangent, Andy Tillison a décidé de ranimer la flamme de son groupe fétiche, en publiant tout d'abord un double album l'an passé en forme de compilation/best of/raretés et autres inédits, et aujourd'hui avec une toute nouvelle production, sobrement intitulée Jitters (Vibrations en français), mais dont le contenu pointe du doigt nombre de dérives de notre société actuelle.

Alors que le style de The Tangent est désormais bien établi, Andy Tillison peut profiter de la renommée moindre de PO90 pour laisser libre cours à sa créativité et se livrer à toutes les expérimentations, arrivant ainsi à changer complètement l'image d'une formation pourtant estampillée progressive pure et dure depuis ses débuts, malgré quelques tentatives d'écorner cette marque de fabrique en s'aventurant dans des contrées plus rentre-dedans (voir à ce sujet notre chronique de A Can of Worms. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que la transformation est radicale !

Dès l'entame de l'album, l'instrumental Interlude prend l'auditeur aux tripes, en proposant un métal mêlé de sonorités électroniques, bien loin de l'image progressive 70's qui colle à la peau de notre meneur de troupe, avec une guitare en fusion et des claviers aux sonorités sorties du King de Marillion (sur l'album Afraid of Sunlight) … Et ce n'est pas le chant des cigales présent sur la fin du morceau (souvenir de France ?) qui viendra adoucir le propos ! Les plages suivantes vont ainsi emprunter le même chemin, à savoir celui d'un rock musclé, à forte coloration métallique, avec des accents grunge proposés par une production qui a fait le choix de délibérément salir la coloration sonore de l'ensemble, et notamment le chant et les parties de guitare (Entry Level). A ce sujet, la pochette et le livret de l'album sont à l'avenant, comme si Andy Tillison cherchait à casser son image d'anglais d'un autre siècle, si fortement attaché à ses racines seventies.

Pourtant, là où un groupe de rock lambda se complairait dans un style identique de plage en plage, PO90 nous offre quelques alternances un peu plus calmes au sein d'une même plage (Jitters), retrouvant une veine progressive qui s'exprimera définitivement sur la dernière plage de l'album, cherchant également à coller le plus possible à l'ambiance générée par les textes. Threesome, qui traite de la migraine en est ainsi le parfait exemple. Et puisque nous parlons des textes, comment ne pas souligner ce qui ne doit pas être loin d'une première dans l'univers du rock : alors que nos groupes français qui résistent tant bien que mal à l'envahisseur se font régulièrement rabrouer pour continuer à chanter dans la langue de Molière, voilà que PO90 nous propose… du français dans le texte sur deux plages (Threesome et le magnifique On the Death of Jade qui traite des ravages de la télé-réalité). Bon, on pourra toujours gloser sur l'orthographe et la grammaire imparfaites et se demander également le sens profond du vers L'aéroglisseur est plein de poissons (Eric Cantona est passé par là ???), il n'empêche que l'effort méritait d'être souligné.

Après une première écoute quelque peu (h)ardue, force est de reconnaître une nouvelle fois tout le talent d'Andy Tillison et de son autre troupe de funambules musicaux. Une fois l'effet de surprise passé, l'album s'apprivoise rapidement et devrait drainer derrière lui un plus large public que celui des désormais classieuses et habituelles productions tangentielles. Et si la mutation métallique du groupe s'assimile finalement plutôt bien, j'émettrai néanmoins une réserve sur le côté "sale" de la production, rendant par moment l'écoute de l'album irritante, sans toutefois parvenir à en faire détourner l'oreille, ce qui reste de bon augure !


Plus d'information sur http://www.po90.com/



GROUPES PROCHES:
THE TANGENT, THE FLOWER KINGS


LISTE DES PISTES:
01. Interlude - 2:47
02. Standalone - 5:48
03. Threesome - 4:32
04. Entry Level - 5:23
05. Backup - 5:27
06. Jitters - 6:23
07. The Dock Of The Abyss - 6:05
08. On The Death Of Jade - 7:06

FORMATION:
Alex King: Batterie / Percussions
Andy Tillison: Chant / Claviers
Dan Watts: Guitares / Samplers
Matt Clark: Basse
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
4/5 (1 avis)
STAFF:
4/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
 
AUTRES CHRONIQUES
LONG DISTANCE CALLING: Avoid The Light (2009)
POST ROCK - Beaucoup de bruit pour rien ou disque qui, tout simplement, prend aux tripes?
FIVE FINGER DEATH PUNCH: War Is The Answer (2009)
HARD ROCK -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT PARALLEL OR 90 DEGREES
PARALLEL-OR-90-DEGREES_A-Can-of-Worms
A Can of Worms (2008)
3/5
5/5
PROGROCK / ROCK PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021