BIG BIG TRAIN

(ROYAUME UNI)

THE UNDERFALL YARD

(2009)
LABEL:

AUTOPRODUCTION

GENRE:

ROCK PROGRESSIF

TAGS:
Chant grave, Epique, Old School, Symphonique
""
PLATYPUS (15.12.2009)  
4/5
(3) Avis (1) commentaire(s)
Comment ai-je pu jusqu’ici passer à côté d’un groupe comme Big Big Train, qui fort de cinq albums et officiant dans un rock (néo-)progressif classique quoique fort ambitieux, représente exactement ce que je peux attendre de ce style ? Je n’ai pas d’autre explication à donner que celle de ma regrettable inculture, et en ai tiré immédiatement les conclusions qui s’imposaient : The Underfall Yard, le sixième et dernier album en date du trio anglais, ne me quitte plus depuis près de trois semaines.

Dans le prog’, la première rencontre est parfois difficile ; ce n’est pas le cas ici. Peut-être parce que le groupe répond parfaitement aux attentes de l’amateur de rock progressif symphonique 70’s ? peut-être aussi parce que le choix d’un court mais superbe instrumental comme titre d’ouverture se révèle être une intuition géniale ? Toujours est-il que l’auditeur se trouve d’emblée transporté dans un monde composé de mélodies envoûtantes, d’arrangements chauds et soignés, de soli aériens et sensibles se fondant parfaitement dans cet environnement si luxuriant, sans parler de la récurrence thématique portée par une polyphonie vocale que soulignent les guitares soudainement plus saturées et un solo de flûte au lyrisme exacerbé. Bref, il s’agit là d’un premier morceau qui, s’il n’a rien de bien original, a le mérite de présenter sur un format très ramassé la couleur dominante de l’album… et de révéler, déjà, l’influence prépondérante de Genesis.

Car voilà bien le principal reproche qui puisse être fait à The Underfall Yard : malgré un propos plus moderne, donc clairement électrifié par moments, malgré une identité plus jazz-rock (et une basse très Yessienne) dans Master James of St. George, malgré enfin une grande diversité instrumentale pour les arrangements orchestraux, l’ombre de Genesis survole tout l’album, notamment au niveau des guitares en son clair. Mais à vrai dire, seul le puriste en mal d’expérimentations pourra le regretter et laisser cette influence gommer les aspects plus personnels et singuliers du groupe ; pour les autres, même en reconnaissant que Big Big Train ne brille pas par son originalité, ce voyage en terres progressives gardera tout son charme.

Les deux épiques de l’album justifient à eux seuls son écoute. Le final orchestral de Victorian Brickwork, qui prend la suite d’un solo de guitare technique et inspiré, étonne par son ampleur et rend hommage à la qualité du mixage, assuré par Rob Audrey (IQ, Transatlantic), tout en réussissant parfaitement à mêler l’ambiance acoustique de la musique symphonique au lyrisme électrique d’un rock progressif traditionnel, basse en avant comme il se doit. Les amateurs de prog italien, et plus spécifiquement d’Hostsonaten, devraient apprécier !

Quant au morceau éponyme, étiré sur près de 23 minutes, il résume parfaitement l’ensemble des qualités et travers du groupe. Ces derniers sont là encore plutôt rares, et sans doute est-ce le chant qui retiendra du coup notre attention : rien à dire sur l’exécution, propre, rigoureuse, agréable, souvent sublimée par de très belles polyphonies, mais le timbre de David Longdon est trop impersonnel, trop stéréotypé pour vraiment marquer les esprits. Ceci dit, le groupe ayant la bonne idée de ne jamais relâcher son effort de composition sur les parties chantées (à la différence du morceau Last Train, commun et gentillet), cette petite réserve n’est que de pure forme. Car pour le reste, The Underfall Yard est une joie de tous les instants, qui m’évoque les sensations ressenties lors des premières écoutes de Blomljud de Moon Safari. Structure rigoureuse, toute en finesse, sage mais jamais ennuyeuse, soli de guitares et de claviers omniprésents, grande richesse mélodique, y compris dans les arrangements, et section rythmique remarquable… que demander de plus ? Peut-être une conclusion plus affirmée, un grand final qui permettrait d’éviter un fade out peu convaincant…

Avec cet album, Big Big Train s’affirme comme un groupe qui compte sur la scène progressive, sans pour autant faire assaut d’originalité. Il est certain que c’est d’ailleurs ce qui manque à The Underfall Yard pour être vraiment inoubliable et marquer les esprits au-delà des amateurs d’un prog symphonique mélodique et ultra léché. C’est en tout cas cette absence de prise de risques qui m’empêche de considérer cet album comme une pièce majeure du grand édifice « progressif »…
- Site officiel

LISTE DES PISTES:
01. Evening Star - 04:52
02. Master James Of St. George - 06:18
03. Victorian Brickwork - 12:32
04. Last Train - 06:27
05. Winchester Diver - 07:31
06. The Underfall Yard - 22:59

FORMATION:
Andy Poole: Basse / Claviers
Dave Gregory : Guitares / Cithare électrique
David Longdon: Chant / Flûte, Glockenspiel
Gregory Spawton: Guitares / Basse / Claviers
Nick D'Virgilio: Batterie
Dave Desmond : Invité / Trombone
Francis Dunnery: Guitares / Invité
Jem Godfrey: Claviers / Invité
Jon Foyle : Invité / Violoncelle
Jon Truscott : Invité / Tuba
Nick Stones : Invité / Cor
Rich Evans : Invité / Cornet
   
(3) AVIS DES LECTEURS    
ALADDIN_SANE
25/12/2009
  0 0  
5/5
Le meilleur album du groupe en ce qui me concerne. La montée en qualité commencée avec le trés bon "The difference machine" trouve ici son apothéose tout le long de cet album intemporel et somptueux. La pochette, trés belle au demeurant, constitue de plus un bel écrin pour cette dernière merveille musical de l'année 2009.
TONYB
15/12/2009
  0 0  
4/5
ENFIN !!! Il aura donc fallu 15 ans pour que Big Big Train nous serve l'album que l'on attendait au vu du talent sous-jacent dans les albums précédents, mais qui se retrouvait trop souvent dilué dans trop de complexité. Ici, le propos est simplifié, les mélodies sont plus abouties ... et même si Genesis n'est jamais très loin, le groupe s'est franchement affranchi de cette référence qui leur collait par trop aux basques. Le résultat ? Que du bonheur !
BENOÎT
15/12/2009
525
  0 0  
4/5
Un voyage en Génésie accompagné par quelques sirènes Yessiennes, voilà le programme proposé par Big Big Train. Et alors ? Et alors chapeau ! Car le groupe vous fait écouter SA musique.

Un superbe album donc, même si je ne l'ai pas inclus dans mon top 2009 il n'en reste pas moins plus que hautement recommandable.

Haut de page
   
(1) COMMENTAIRE(S)    
 
 
LONEWOLF1300
24/07/2023
 
235
0
La voix de David Longdon ne cesse de faire penser à Peter Gabriel. Que ce soit sa tessiture ou sa diction, l'illusion est parfois parfaite. Qu'il n'en fasse pas des caisses ne permet pas d'affirmer qu'il aurait une voix "impersonnelle" ou "stéréotypée". Il a largement prouvé par exemple une capacité à monter dans les aigus qui est impressionnante. Mais c'est justement sa mesure, et le jeu des polyphonies vocales, qui rend cet "instrument" particulièrement stratégique dans la magie de la musique de Big Big Train.
Ces caractéristiques ne permettent pas non plus de s'obséder des supposées évocations "génésissiennes" de ce groupe, qui fait dans un registre suffisamment différent pour qu'on n'y voit qu'une filiation sans âme. Cet album, dans l'océan des musiques prog-rock proposées dans cette tranche d'histoire, est certainement un de ceux qui surnage au-dessus du lot.
Haut de page
LECTEURS:
4.6/5 (10 avis)
STAFF:
4.1/5 (7 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
BIG BIG TRAIN : NOUVELLE VIDEO
 

"Découvrez le nouveau clip de Near Death Experience !"
AUTRES CHRONIQUES
HOLYHELL: HolyHell (2009)
METAL MELODIQUE -
GREEN DOLLAR COLOUR: Green Dollar Colour (2005)
HARD ROCK -
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT BIG BIG TRAIN
BIG-BIG-TRAIN_The-Likes-Of-Us
The Likes Of Us (2024)
4/5
5/5
INSIDEOUT MUSIC / ROCK PROGRESSIF
BIG-BIG-TRAIN_Ingenious-Devices
Ingenious Devices (2023)
4/5
4.3/5
BURNING SHED / ROCK PROGRESSIF
BIG-BIG-TRAIN_Common-Ground
Common Ground (2021)
4/5
4/5
GIANT ELECTRIC PEA / ROCK PROGRESSIF
BIG-BIG-TRAIN_Folklore
Folklore (2016)
4/5
4.9/5
AUTRE LABEL / ROCK PROGRESSIF
BIG-BIG-TRAIN_From-Stone--Steel
From Stone & Steel (2016)
3/5
5/5
AUTOPRODUCTION / ROCK PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2024