ARTISTE:

GENESIS

(ROYAUME UNI)
TITRE:

DUKE

(1980)
LABEL:

CHARISMA

GENRE:

ROCK PROGRESSIF

TAGS:
70's
""Duke" est un très bon album capable de faire découvrir de nouveaux horizons aux fans des premiers albums de Genesis."
VANDERGRAAF (03.12.2003)  
4/5
(3) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Il est temps de réhabiliter "Duke", car ce disque mérite beaucoup mieux que la réputation que l'on a voulu coller à tout ce qui est Genesis post-Hackett. Ce disque est très bon et mérite sa place dans la discothèque de tout fan de Genesis.

En 1980, le groupe est virtuellement mort. Les trois musiciens restants se sont échoués sur le récif de "...And then there were three..." et personne ne s'attend à le voir renaître. Banks et Rutherford ont chacun sorti un album solo, et Phil Collins, effondré par l'échec de son mariage, ne fait plus de musique ou presque. Pourtant, les trois amis se retrouvent pour soutenir Phil et se mettent à jouer ensemble. C'est ainsi qu'ils composent, au fil des impros et des journées, un immense morceau intitulé "Duke". Fait de solos construits en fugue comme les affectionne Tony Banks, cassé par des breaks lents et mélodieux, orné de perles rythmiques d'un Phil Collins invincible sur son instrument, cette suite de "Duke" est inspirée par les mésaventures de stars des trois compères : le star-system, les fans, les médias, et les effets pervers sur la vie privée dont Phil fut la principale victime au sein de Genesis. De quoi fournir la matière à des paroles acerbes.

En définitive, les trois membres revigorés décident de construire un album autour de cette suite. Phil s'est mis à écrire des chansons inspirées de son divorce et il les divisera entre cet album et son futur premier album solo. Rutherford colle quelques rocks (dont le meilleur reste le râpeux et syncopé "Man of our times"), Banks quelques ballades au piano. La suite "Duke" est éclatée en plusieurs morceaux qui s'enchaînent plus ou moins autour des autres chansons, et l'album devient une sorte d'album-concept souple.

Au final : une vraie réussite. L'équilibre ballade-délires est parfait et les trois musiciens sont en parfaite osmose. Trois superbes reprises de thèmes émaillent l'album pour le rendre homogène et faire sauter le coeur du public au moment où ils reconnaissent la mélodie du début. Pour les trois amis, un nouveau souffle est trouvé, ainsi qu'un sacerdoce : ne plus jamais se recopier et s'auto-parodier, il faut voir de l'avant, quitte à changer de son et d'image. Car le son est désormais plus 80, finis les sons étouffés des 70's, mais si l'Hammond a disparu c'est au profit d'un synthé qui lui ressemble et le groupe reste le même.

En bref, "Duke" est tout simplement un très bon album capable de rivaliser avec la paire "Trick of the Tail"/"Wind & Wuthering", car il a beau être moins mélancolique et ciselé, il est plus homogène et cohérent. De quoi faire découvrir de nouveaux horizons aux fans des premiers albums de Genesis.


Plus d'information sur http://www.genesis-music.com



GROUPES PROCHES:
PETER GABRIEL, TWIN AGE, IL BACIO DELLA MEDUSA, METAMORPHOSIS, THE FORMER LIFE, MAZE OF TIME, PHIL COLLINS, BALLOON ASTRONOMY, D'ACCORD, GHIRIBIZZI

LISTE DES PISTES:
01. Behind The Lines
02. Duchess
03. Guide Vocal
04. Man Of Our Times
05. Misunderstanding
06. Heathaze
07. Turn It On Again
08. Alone Tonight
09. Cul De Sac
10. Please Don't Ask
11. Duke's Travels
12. Duke's End

FORMATION:
Mike Rutherford: Guitares / Basse
Phil Collins: Chant / Batterie
Tony Banks: Claviers
   
(3) AVIS DES LECTEURS    
REALMEAN
02/04/2013
  0 0  
4/5
C’est l’album de mon paradoxe génésien. Avec près de la moitié des titres qui ne m’accroche que moyennement, Duke ne devrait pas figurer comme mon number one de la période moderne !
J’accorde un intérêt plutôt incertain à la partie médiane de l’album, "Man of our times", "Misunderstanding", "Heathaze", "Alone tonight" et "Please don’t ask" pour être précis. En fait, en dehors de "Heathaze", les compositions pour lesquelles Tony Banks n’a pas participé.
Mais le reste est tellement conceptuel et bien fait, tellement faiseur d’émotions, qu’il m’est impossible de ne pas classer Duke au rang des inoubliables.
Et puis, il y a là ma composition Banksienne fétiche parmi les fétiches, carrières solo et génésienne confondues, en matière de création baroque à la verve indescriptible, telle une inépuisable et diluvienne source de feeling pluridimensionnel : j’ai nommé "Cul-de-Sac". Ne me demandez pas par quel tour de magie je me trouve encore et toujours sous sa coupe aujourd’hui, je ne serais pas en mesure de répondre. Un titre qui paraîtra mineur pour d’autres, comme mentionné par Florent pour sa part.
A noter, encore un album en point de repère tenace, pour le trio restant. Phil Collins ne dissimulera même pas la reprise jazzy de "Behind The Lines", dans son Face Value.
8,5/10

KEITH_WAKEMAN
21/08/2007
  0 0  
3/5
A mon avis, le dernier Genesis progressif ... Un dernier sursaut avant de sombrer mortellement dans le commercial à la Phil Collins ... Fort agréable à écouter.
FLORENT
21/08/2007
85
  0 0  
5/5
Pour moi cet album se détache de la période très "progressive" de Genesis, il est plus pop et moins "12 cordes"... pour la première fois, Collins à une voix écorchée, un timbre avec une félure qui interpelle. Les premières lignes musicales de behind the lines dénotent tout de suite l'intérêt de Genesis pour le concept Album !... on se croirait noté dans le monde des personnages de Koechlin qui a dessiné une pochette très naîvo-poétique.
Le superbe "duchess" commence dans ce qui préfigure pour moi la période "new-age" des années 90, une mélange de boîtes à rythmes et d'ambiances aériennes.
Le ton des 3 premiers morceaux marque un ensemble très homogène, et même si la plupart des paroles écrites par Collins sont tristes, on sent la justesse lyrique des notes.
Genesis a toujours su manier à la perfection l'art musical et le teinter de gimmicks vocaux.
La partition de batterie est une des plus belles des deux decennies du groupe.
Même si cet album marque la fin d'une période musicale, à part cul-de-sac, l'ensemble est parfaitement homogène et peut se qualifier de référence, de modèle du genre.
Même Turn it on again résume assez bien l'ensemble de cet album et de son style : son mat, rythme binaire et vocaux en contrepoint ou en syncopes.

Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
Haut de page
LECTEURS:
3.6/5 (15 avis)
STAFF:
3.2/5 (13 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
Une tournée annoncée en Irlande et au Royaume-Uni pour GENESIS
DERNIER ARTICLE
CONCERT DE GENESIS LE 12 JUILLET 2007 À LYON
Le 12 juillet 2007, El_Bia était au stade de Gerland de Lyon afin d'assister à l'un des derniers shows du groupe de Rock prog légendaire ! Petit reportage de ce concert extraordinaire...
DERNIERE INTERVIEW
FREDERIC DELAGE (03 MARS 2015)
Dans le cadre des interviews du Triumvirat de la critique française de rock progressif, nous avons interviewé Frédéric Delâge, entre autres auteur de deux recueils de chroniques sur le rock progressif et d´un livre consacré à Genesis.
 
AUTRES CHRONIQUES
VIOLENT SILENCE: Violent Silence (2003)
ROCK PROGRESSIF -
DAVID GILMOUR: David Gilmour (1978)
ROCK -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT GENESIS
GENESIS_When-In-Rome
When In Rome (2008)
5/5
4.2/5
VIRGIN / ROCK PROGRESSIF
GENESIS_Calling-All-Stations
Calling All Stations (1997)
3/5
2.9/5
VIRGIN / ROCK PROGRESSIF
GENESIS_We-Can-t-Dance
We Can't Dance (1991)
2/5
3.1/5
VIRGIN / ROCK PROGRESSIF
GENESIS_Invisible-Touch
Invisible Touch (1986)
2/5
2.5/5
CHARISMA / ROCK PROGRESSIF
GENESIS_Genesis
Genesis (1983)
3/5
3.1/5
VIRGIN / ROCK PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020