ARTISTE:

MUSTASCH

(SUÈDE)
TITRE:

MUSTASCH

(2010)
LABEL:

NUCLEAR BLAST

GENRE:

STONER

TAGS:
Growl, Technique
""
NICOFRED (30.12.2009)  
4/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Mustasch est incontestablement un groupe prolifique, car depuis ses débuts en 1998, ce combo suédois aligne quand même huit sorties en comptant une compilation et un DVD tous deux disponibles en 2008. D’autre part, le quatuor est cette année en bonne position pour remporter une voire plusieurs récompenses au Bandit Rock Awards 2010. Assurément, Mustasch n’est pas arrivé jusque là par le simple fruit du hasard. Avant d’aborder le contenu du dernier album, il faut reconnaître que les productions de Mustasch tiennent la route. Cet ex fleuron du label suédois Regain Records vient de signer chez les Allemands de Nuclear Blast. Là aussi, il ne s’agit pas d’une banale fatalité. Cette nouvelle production éponyme contient en effet de quoi faire passer un cap nettement supérieur à ces musiciens talentueux et aux intentions bienveillantes.

En effet, Mustasch passe la surmultipliée et balance, par l’intermédiaire des onze titres de cette offrande, de quoi combler les fans d’une forme de stoner rock à la fois musclé et mélodieux. Pas facile d’apposer une étiquette au sens strict du terme lorsque cet album vous est passé entre les oreilles. Si effectivement le stoner demeure la ligne directrice sur ces nouvelles compositions, Mustasch apporte des variations intéressantes, tout en conservant l’essentiel de ce qui a fait son succès. La courte introduction, qui fera également le thème principal du dernier titre en forme de narration sur fond de riffs écrasants, en dit long sur la volonté de Mustasch de franchir une étape déterminante en terme de notoriété.

L’enchaînement se passe à merveille pour engager cet obus gros calibre qu’est "Heresy Blasphemy" sur lequel le chanteur démontre très vite ces aptitudes vocales pour prendre à partie Satan "himself". Ce titre regorge d’arrangements spontanés, comme le chargement d’un fusil ou bien encore un son de clocher qui s’éteint progressivement mais sûrement. La transition est idéalement amenée avec "Mine", explosif et communicatif au possible. "Damn It's Dark" renchéri dans cette ambiance puissante propulsée par un refrain ultra rock’n’roll qui fera des ravages en concert.

Cette "super team" suédoise a placé la barre très haute et poursuit sur cette dynamique attachante où se côtoient le lourd et le mélodique par l’intermédiaire plutôt costaud de "The Man The Myth The Wreck". Il est vrai que l’on aurait pu croire que le groupe pourrait couper, à ce moment de son existence, son bon vieux Jack Daniels à l’eau de source. Mais heureusement, cette vilaine pensée est belle et bien passée à la trappe. Comme peut en attester la teneur de "The Audience Is Listening" suivi du pachydermique et abouti "Desolate" aux notes de violon presque ensorcelantes. A peine leurs échos disparus, "Deep In The Woods" fait l’effet d’un bon bol d’air au guidon d’une grosse cylindrée. Même la ballade aux couleurs 70’s "I'm Frustrated" trouve logiquement sa place sur cette galette. Son intérêt principal est de démonter une fois encore tout le talent derrière le micro du guitariste / chanteur, le charismatique Ralf Gyllenhammar. La trilogie qui s’en suit fait bloc avec le reste de l’album, à savoir aussi inspirée que déterminée.

Ce nouvel opus sait parfaitement allier la puissance et la redondance du stoner avec des apports très personnels. Un croisement tout à fait naturel qui offre une irrésistible plongée dans une atmosphère tout de même bien virile. Mustasch a donc admirablement négocié son virage vers la reconnaissance internationale en mettant l’accent sur des plages assez courtes mais fort bien garnies. C’est un véritable acte talentueux que de supplanter ce qui pourrait s’apparenter à de l’inégalité au profit d’une diversité pertinente et par le fait bien réelle. Un album très réussi qui peut faire envisager à Mustasch un avenir des plus radieux, en tout cas amplement mérité.


Plus d'information sur http://www.mustasch.net/





LISTE DES PISTES:
01. Tritonus (prelude) - 0:36
02. Heresy Blasphemy - 3:52
03. Mine - 3:38
04. Damn It's Dark - 3:29
05. The Man The Myth The Wreck - 2:42
06. The Audience Is Listening - 3:34
07. Desolate - 5:08
08. Deep In The Woods - 4:16
09. I'm Frustrated - 4:01
10. Lonely - 3:20
11. Blackout Blues - 3:40
12. Tritonus - 5:40

FORMATION:
Danne McKenzie: Batterie
David Johannesson: Guitares
Mats Stam Johansson: Basse
Ralf Gyllenhammar: Chant / Guitares
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
3.4/5 (5 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
MUSTASCH: Testosterone
 
AUTRES CHRONIQUES
A.O.R.: Journey To L.A. (2009)
A.O.R. - Un Parisien qui manie l'AOR à la perfection
ANNOTATIONS OF AN AUTOPSY: The Reign Of Darkness (2010)
DEATH METAL -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT MUSTASCH
MUSTASCH_Testosterone
Testosterone (2015)
5/5
-/5
SONY MUSIC / HARD ROCK
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022