GROUPE/AUTEUR:

EMERSON LAKE & PALMER

(ROYAUME UNI)

TITRE:
WORKS I (1977)
LABEL:
ATLANTIC RECORDS
GENRE:
ROCK PROGRESSIF

""
ABADDON - 30.12.2009 - (0) Avis des lecteurs - (1) commentaire(s)
2/5
Après la sortie de Brain Salad Surgery, ELP, le trio magique, est au faîte de sa gloire. Il entame une tournée mondiale, immortalisée par le remarquable Welcome Back ... . Quatre excellents albums studio ont placé la barre très haut, et l’attente est énorme pour l’album suivant. Ce sera un diptyque, réuni sous la sobre appellation de Works ("Œuvres" en français et en toute simplicité): un double album pour le volume I et un simple pour le volume II. Si le second volume fait évoluer le trio de manière classique, le premier brouille un peu les pistes : l’idée sur le double vinyle d’origine est de confier la totale conception d’une face (écriture, production) à chacun des musiciens, la dernière face étant réalisée par les trois membres enfin réunis !

Le risque avec ELP, c’est la démesure ... les détracteurs du combo vont ici pouvoir s’en donner à cœur joie. Le groupe va largement s’appuyer sur un orchestre symphonique pour enrichir un son qui n’en avait guère besoin.

Keith Emerson ouvre le bal en nous livrant rien de moins qu’un concerto pour piano ; un concerto classique avec les trois mouvements de rigueur (rapide - lent - rapide), sans aucune intervention d’un instrument “moderne”. Les deux premiers mouvements sont assez quelconques, le piano n’arrivant pas à s’intégrer réellement au jeu orchestral et le propos étant trop segmenté pour maintenir la continuité. Le troisième mouvement est, lui, beaucoup plus réussi. Le dialogue soliste - orchestre est enfin bien installé, et le style, tenant de Ravel, Moussorgsky ou Bernstein, est tout à fait assimilable. Un premier essai ambitieux donc pour Keith Emerson, mais partiellement transformé, et loin des attentes esthétiques des fans.

On attendait Greg Lake comme guitariste/bassiste, c’est la facette chanteur qu’il met le plus en avant. Et sa voix est ici à son meilleur niveau: chaude, bien placée, surtout utilisée dans le registre ‘ballades’, souvent sucrées - on y parle souvent d’amour -, parfois mièvres (Lend Your Love To Me Tonight), mais aussi réussies : C’est la Vie, repris par notre Johnny national, ou Closer To Believing avec son joli thème vocal bien exploité dans le registre philharmonique avec chœurs. Globalement, Greg s’en tire plutôt pas mal.

La gageure est plus risquée pour Carl Palmer, qui n’est pas un compositeur : le seul morceau qu’il a écrit seul, New Orleans a une base mélodique squelettique qui sert juste à placer quelques breaks de batterie. Son instrument est d’ailleurs assez mal mis en valeur, curieusement mixé assez en arrière et utilisé dans un registre rapide, comme si seule la célérité faisait la qualité d’un batteur ... Les adaptations de morceaux classiques (Prokofiev, Bach) n’offrent que l’intérêt d’entendre Carl au xylophone et au vibraphone. Musicalement, rien à signaler.

Pour sauver l’album du naufrage, il reste donc la “quatrième face”, celle où le trio se retrouve. Deux longs titres composent cette partie : le premier est une adaptation d’un morceau d’Aaron Copland (dont ELP avait déjà adapté Hoedown dans Trilogy). L’interprétation est pêchue et bien arrangée, avec un bon travail de Carl Palmer. La partie médiane est un long développement qui peut faire penser à l’Aquatarkus du triple Live par sa lente montée en puissance. Quant à Pirates, il s’agit un gros épic basé sur une musique qu’Emerson avait composée pour un film qui n’a jamais vu le jour. Largement appuyé sur l’orchestre (ce qui ne sera pas sans poser quelques problèmes logistiques pour la tournée qui suivra), cette pièce totalement épique se base sur un récit de flibusterie. Avouons que l’incorporation d’un orchestre ne fluidifie pas le propos musical, qui se promène du symphonique au solo de synthé en passant par le rock : c’est ambitieux, complexe et finalement pas si mal réussi, même si j’ai tendance à préférer la version “allégée” du Live At Royal Albert Hall. Pirates reste un morceau foisonnant, riche, mais pas arrangé comme on aurait aimé : il est évident que les fans attendaient plutôt un délire de claviers ...

Au final, il y a trop d’ambition et de démesure dans ce patchwork (Patchworks, finalement, aurait été un bon titre pour cet album composite). L’obsession du groupe à vouloir intégrer un orchestre symphonique dans leurs productions a faussé complètement l’esprit trio qui est la marque de fabrique de ce groupe unique. Du coup, ELP perd ce qui faisait ses originalités : des claviers dominateurs, une basse groovy, et des percussions complexes et musicales. Reste la voix de Greg Lake, c’est assez peu, malgré l’originalité certaine du complexe Pirates...

Plus d'information sur



GROUPES PROCHES:
-

LISTE DES PISTES:
101. Piano Concerto N°1 - Allegro Giojoso - 09:18
102. Piano Concerto N°1 - Andante Molto Cantabile - 02:09
103. Piano Concerto N°1 - Toccata Con Fuoco - 06:50
104. Lend Your Love To Me Tonight - 04:00
105. C'est La Vie - 04:17
106. Hallowed Br Thy Name - 04:35
107. Nobody Loves You Like I Do - 03:56
108. Closer To Believing - 05:34
201. The Enemy God - 03:16
202. L.a. Nights - 05:42
203. New Orleans - 02:45
204. Two Part Invention In D Minor - 01:53
205. Food For Your Soul - 03:58
206. Tank - 05:09
207. Fanfare For The Common Man - 09:38
208. Pirates - 13:20


FORMATION:
Carl Palmer: Batterie / Xylophone, Vibraphone
Greg Lake: Chant / Guitares / Basse
Keith Emerson: Claviers


TAGS:
Symphonique
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(1) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
ADRIANSTORK - 10/09/2014 17:23:17
0
La note est sévère, le groupe, même s'il est en roue libre, fourmille de bonnes idées (et quelques mauvaises en minorité).
Haut de page
EN RELATION AVEC EMERSON LAKE & PALMER
NOTES
4/5 (2 avis) 2.3/5 (3 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
LEAFBLADE: Beyond Beyond (2009)
ROCK ATMOSPHERIQUE
 
CHRONIQUE SUIVANTE
STRATOVARIUS: Dreamspace (1994)
HEAVY METAL
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT EMERSON LAKE & PALMER
EMERSON-LAKE--PALMER_In-The-Hot-Seat
In The Hot Seat (1994)
2/5
2/5
VICTORY / ROCK PROGRESSIF
EMERSON-LAKE--PALMER_Live-At-The-Royal-Albert-Hall
Live At The Royal Albert Hall (1993)
4/5
4/5
VICTORY / ROCK PROGRESSIF
EMERSON-LAKE--PALMER_Black-Moon
Black Moon (1992)
2/5
3/5
MANTICORE / ROCK PROGRESSIF
EMERSON-LAKE--PALMER_Love-Beach
Love Beach (1978)
1/5
3/5
ATLANTIC RECORDS / ROCK PROGRESSIF
EMERSON-LAKE--PALMER_Works-II
Works Ii (1977)
1/5
3/5
ATLANTIC RECORDS / ROCK PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020