ARTISTE:

AMNESIAC QUARTET

(FRANCE)
TITRE:

TRIBUTE TO RADIOHEAD

(2010)
LABEL:

GREAT WINDS

GENRE:

JAZZ

TAGS:
Instrumental, Jazzy
""
PLATYPUS (25.01.2010)  
3/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Formé en 2006 à l’instigation de Sébastien Paindestre, l’Amnesiac Quartet s’est donné comme mission exclusive la reprise de morceaux du célèbre groupe anglais Radiohead. Entreprise bien peu originale me direz-vous, car nombreux sont les ensemble de jazz à s’y être frottés, en premier lieu le pianiste Brad Mehldau, que Paindestre cite d’ailleurs volontiers dans ses influences. Mais voici avec ce premier album, Tribute to Radiohead, un disque entièrement consacré aux cinq Anglais de la part d’une formation officiellement adoubée par Thom Yorke himself !Depuis deux ans que nos quatre Français écument les scènes, les cinq morceaux qui composent cet hommage raffiné et élégant ont eu le temps d’être bien rodés, pour un résultat on ne peut plus convainquant.

Le choix de la playlist est en lui-même révélateur des ambitions du groupe : deux titres sont issus de Kid A, deux autres de Hail to the Thief, et un d’Amnesiac. C’est donc le Radiohead plus expérimental que pop-rock qui a été privilégié ici, le Radiohead aux compositions lancinantes et hypnotiques, torturées et subtilement décadentes. Et l’interprétation univoquement jazz qu’en fait le quartet a le singulier mérite de prêter autant attention aux versions originales qu’à la part de réécriture et d’improvisation indissociable d’un tel projet.

C’est au saxophone soprano que revient la lourde tâche d’interpréter les lignes de chant de Thom Yorke, qui sont pour partie liées au succès, autant artistique que commercial, du groupe. Et dès le premier titre, la réussite est indéniable, Fabrice Theuillon enrichissant très rapidement la partition d’envolées solistes remarquables. Les trois autres musiciens lui apportent un soutien sans faille, et parviennent à restituer l’ambiance du morceau original tout en s’en écartant parfois assez largement, moins par l’harmonie que par de subtiles variations rythmiques au niveau de la basse et du clavier. Quant au batteur, il ne cesse d’accentuer la couleur jazz de l’interprétation avec un jeu léger, sautillant, tout en nuances d’intensité de frappe, ne se refusant point quelques breaks plus agressifs. Sébastien Paindestre, qui partage avec Theuillon les impro, s’illustre par un touché aérien, doux et feutré ne négligeant pas d’intéressantes accélérations qui ont le mérite de muscler une interprétation globalement apaisée.

Si les partitions originales sont rarement méconnaissables dans l’ensemble de l’album, le thème étant toujours introduit dès le début des morceaux, le travail de composition, seul capable de rendre intéressant un tel projet, reste présent. Il est vrai que celui-ci n’est pas aussi poussé que dans l’excellente version de Paranoïd Androïd (près de vingt minutes de bonheur !) proposée par Brad Mehldau dans son Live in Tokyo, mais la complexité harmonique contenue par chacune des suites d’accords est systématiquement et longuement exploitée. A cet égard, ma préférence ira sans doute à A Wolf at the Door, qui déjà affublé d’un thème vocal superbement mélancolique, est ici magnifié par une basse très musicale et une impro de clavier jouant subtilement avec les codes et plans mélodiques du jazz.

Néanmoins, Tribute to Radiohead souffre à mon sens d’un grave manque : le désir d’expérimentation propre aux Anglais depuis OK Computer me semble singulièrement absent de la prestation des quatre Français. Nous avons affaire ici à un jazz qui reste relativement classique, sage à tous points de vue. Vivant, sensible et sincère, ce disque l’est certainement ; mais il n’est ni habité, ni possédé comme peuvent l’être ceux de Radiohead. S’il s’agit d’un choix artistique tout à fait respectable, il ne m’a pas entièrement séduit, attendant plus d’audace et de créativité. Sans même parler de réincorporer dans ces versions jazz des éléments issus du rock (accomplissant ainsi, dans une sorte de transposition paradoxale, le chemin inverse de celui suivi par Radiohead dans un titre comme The National Anthem), peut-être aurait-il été judicieux pour Amnesiac Quartet de s’offrir des libertés qui ne soient finalement pas si attendues.

Mais il ne s’agit au final que d’une attente purement personnelle, et qui ne doit en aucun cas vous détourner de ce Tribute to Radiohead tout à fait appréciable !


Plus d'information sur http://www.jazzseb.com/



GROUPES PROCHES:
RADIOHEAD


LISTE DES PISTES:
01. Everything Is In Its Right Place - 14:16
02. Morning Bell - 12:11
03. A Wolf At The Door - 07:32
04. Sail To The Moon - 07:09
05. I Might Be Wrong - 12:40

FORMATION:
Antoine Paganotti: Batterie
Fabrice Theuillon : Saxophone
Joachim Florent : contrebasse
Sébastien Paindestre : Claviers
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
3/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
 
AUTRES CHRONIQUES
ORDEN OGAN: Easton Hope (2010)
METAL MELODIQUE -
MIND OF DOLL: Low Life Heroes (2007)
HARD ROCK -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021