ARTISTE:

IN MORPHEUS' ARMS

(ALLEMAGNE)
TITRE:

DISTRUST THE MANTRA

(2009)
LABEL:

AUTOPRODUCTION

GENRE:

METAL PROGRESSIF

TAGS:
Chant féminin, Technique
""
PLATYPUS (03.02.2010)  
3/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Ils ne sont pas légions, les groupes de métal progressif ayant en lieu et place d’un chanteur, une chanteuse. En symphonique ou mélodique, la recette est connue et, pour le pire comme pour le meilleur, maintes fois éprouvée ; mais dans le progressif pur, la situation n’est pas si fréquente. In Morpheus’ Arms, groupe allemand formé en 2002 qui a connu de nombreux changement de line-up jusqu’en 2004, présente cette particularité, et propose un premier album attachant, non dénué de charme et d’intérêt.

Conséquence ou non de cette présence féminine qui pourrait rapidement exiler le quintet sur des terres plus symphoniques que progressives, aucune velléité classico-lyrique n’est à mettre à l’actif de ce groupe qui pratique finalement un métal progressif relativement old school ancré dans les années 90 et 70. Toutefois, Distrust The Mantra est traversé par une double tension prenant en compte à la fois la richesse de l’atmosphérique et celle issue de la brutalisation du genre par un groupe comme Opeth.

Composé de huit morceaux, dont une suite instrumentale en trois parties s’étendant sur près de 15 minutes, cet album trouve le bon équilibre entre ambition et relative facilité d’accès. Reality et Revelation nous plongent dans le vif du sujet, alternant avec efficacité riffs musclés sauvagement rythmés par un batteur et une bassiste en grande forme et passages plus calmes, tantôt groovy, tantôt franchement planant, sur lesquels Mira Kohli pose sa voix puissante, chaude et claire. Le clavier joue un rôle important dans l’ensemble des compositions, assurant la profondeur du son par la superposition de nappes hypnotiques et apportant une caution technico-mélodique lors de quelques soli tout droit sortis des 70’s.

Contacting The Angelic explore un versant plus rock que métal, et est globalement construite sur deux longues montées en puissance imbriquées l’une dans l’autre et initiées par la complexification croissante de la cellule rythmique puis par la saturation de la guitare. Le solo qui clôture le titre, pour classique qu’il soit, éclaire sous un angle nouveau la monotonie qui s’était installée et la rend de ce fait plus acceptable.
La suite Pandemonium est peut-être, avec Return of Reality, la réussite de ce disque : la première partie est à situer entre Dream Theater et Darkwater, la seconde entre Porcupine Tree et Pink Floyd, et la troisième partie revient à un son beaucoup plus métal porté par une basse slap très en avant. Toutes les diverses facettes du groupe sont en fait représentées, du clavier planant aux rythmiques techniques et agressives en passant par des interventions solistes mélodiques et agréables. Ne manque que la chanteuse, que l’on retrouve avec plaisir dans le dernier morceau, en tous points excellent et rehaussé par quelques breaks jazzy surprenants mais parfaitement intégrés.

Vous l’aurez sans doute remarqué, les adjectifs utilisés dans cette chronique ne marquent pas non plus un enthousiasme délirant. Car Distrust The Mantra souffre d’un défaut, quelque peu handicapant, avouons-le : à moins d’être un public « captif », donc chroniqueur, il y a fort à parier que l’attention de l’auditeur ne sera pas retenue sur toute la durée de l’album, l’omniprésence du clavier ne permettant pas de véritables ruptures au niveau du son. Imaginez-vous lancé à vitesse moyenne sur une route nationale : les paysages qui défilent, aussi variés et charmants soient-ils, finissent par tous se ressembler et s’agréger en une masse visuelle uniforme, d’où émerge de temps à autre un point de vue plus marquant. Distrust The Mantra n’est autre chose que ce paysage…


Plus d'information sur http://www.in-morpheus-arms.de/





LISTE DES PISTES:
01. Intro - 00:28
02. Reality - 08:44
03. Revelation - 06:42
04. Contacting The Angelic - 10:23
05. Pandemonium Pt. I - 05:36
06. Pandemonium Pt. Ii - 03:27
07. Pandemonium Pt. Iii - 04:43
08. Return Of Reality - 10:36

FORMATION:
Karsten Mroszczok: Claviers
Mira Kohli: Chant
Natalie Dröge: Basse
Peter Rosinski: Batterie
Sascha Gutkowski: Guitares
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
3/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
 
AUTRES CHRONIQUES
MIKE OLDFIELD: Tres Lunas (2002)
AUTRES -
HUMAN TEMPLE: Murder Of Crows (2010)
A.O.R. - "Murder Of Crows" fait partie de ces perles qui méritent que l'on prenne le temps de les découvrir jusqu'au bout.
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021